Pourquoi je cours en fait ?

20140608-173201-63121722.jpg
Voilà une question que l’on pose souvent aux runneurs et que nous même on se pose dès qu’on est sur une course. Ma copine @koxinell m’a donné une très bonne réponse, elle m’a dit que Ryan Gosling m’attendait sur la ligne d’arrivée, quelle meilleure motivation que celle ci franchement ? Bon par contre j’ai toujours pas trouvé la ligne d’arrivée où se trouvait Ryan donc bah je vais continuer hein :)
Trêve de plaisanterie, parfois je me demande pourquoi je vais me faire suer (dans tous les sens du terme) à avaler des kilomètres dans mon petit short tout coloré… Quand on démarre une course c’est toujours une question qu’on se pose, quand le réveil sonne on n’a pas envie de se lever, de s’habiller et de prendre le métro pour aller enfiler les kilomètres.
Mais j’y vais quand même car avant une course il n’y a rien de mieux que de retrouver les copines avant le départ, attendre dans le sas de départ en bougeant ses petites fesses sur de la musique de boîte de Night et partir courir sans pression, juste pour le fun…
Même si le fun on l’oublie vite ! Alors on avance car si on est là c’est pour se dépasser et surtout s’éclater faut pas se leurrer, et passer cette ligne d’arrivée fièrement, et parce que chaque course est un challenge, un dépassement de soi, on fait bouger notre petit corps, on fait partir les tracas, les prises de tête, le stress… Car avancer pas à pas vide la tête enfin la mienne :) et courir avec les copines y a rien de mieux franchement pour se motiver… Certaines courses sont là pour de justes causes comme Odyssea et là pas besoin d’une motivation supplémentaire pour prendre la ligne de départ et d’autres sont plus marketing comme celle de ce matin : la course de 10km exclusivement féminine We Own The Night organisée par Nike dans Paris. Alors en fait on devrait la rebaptiser We Own The Morning car oui partout en Europe cette course se fait de nuit sauf à Paris qui n’accorde pas les autorisations ! Je m’étais inscrite à cette course depuis un moment et j’étais très motivée pour faire leurs sessions d’entraînement dans des lieux insolites dans Paris. Sauf que ça n’était pas si simple que ça pour y participer. Nous étions 8000 inscrites et je me demande si Nike n’a pas été débordé par cet engouement… Bref je n’ai fait que 2 sessions d’entraînement sur 4 semaines quand d’autres les enchaînaient sans problème juste parce qu’elles faisaient de la pub gratuite pour la marque, comme si mes copines et moi ne faisions pas de pub sur les réseaux sociaux ? Injustice ? Pour moi oui ce qui fait que j’avais de moins en moins envie de faire cette course mais bon quand je m’inscris à une course à moins d’avoir une impossibilité pour la courir j’y vais, même si je ne suis pas motivée.

20140608-173201-63121611.jpg
J’y suis donc allée sans envie de chrono, sans envie de me surpasser, juste courir ces 10km, profiter et voir ça comme la sortie du dimanche avec des faux plats et quelques cotes qui me faisaient un bon entraînement. J’ai couru en suivant mon petit lapin et j’ai fini cette course sous l’heure. J’ai même fait un bon temps (56’39") et je me suis aperçue que les entraînements commençaient à porter ses fruits, car je me suis sentie pas trop mal bien que la chaleur m’ait donné du fil à retordre dans les derniers kilomètres… Au final ça dérouille les gambettes et ça fait du bien au moral je me sens plus légère :) Si je cours, ça n’est pas juste pour me maintenir en forme, c’est pour me prouver ce dont je suis capable, pour voir mes copines et partager avec elle un petit moment supplémentaire, me défouler, apprendre sur moi et sur mon mental, avancer et progresser et me prouver chaque jour que je peux y arriver… Et ça m’aide à avancer ailleurs sans que comprenne comment et tant que ça fonctionne je n’arrêterais pas !!

La roue tourne toujours

20140604-201429-72869853.jpgUne de mes amies m’a toujours répété que la roue tourne toujours un jour que ça soit dans un sens ou dans l’autre. Parfois j’ai le sentiment que la mienne reste bloquée, qu’elle stagne et ne me fait pas changer de route. Cette route avec le mur au bout, celui que je vois de loin, dont je devine les contours et dont je connais déjà les ravages qu’il va faire sur mon petit cœur… Pourtant je ne vais pas dévier et je vais continuer droit dans ce mur, avec parfois l’infime espoir de l’éviter. Et non je ne l’évite jamais je le percute de plein fouet et il fait mal, très mal même. Et mon cœur s’émiette encore un peu plus… mais je continue d’avancer avec mon cœur en morceaux qui parfois arrive à se reconstruire un peu, à se blinder, à se préparer au prochain choc. Et les murs se suivent et se ressemblent, bruns, masculins, au sourire ravageur et aux yeux pétillants qui cachent des mensonges, des peurs et des envies… Et je fonce encore et encore mais un jour ma roue va se mettre à tourner et me faire enfin comprendre que cette voie là ne me réussit pas et qu’il est temps que je pense à mon bonheur, et je changerais de direction et ces murs bâtis par ces hommes qui me font vibrer souvent sans que je m’y attende ne seront plus sur mon chemin car mes choix auront changé, enfin. Comment je crois encore en ce bonheur malgré les coups ?! Je ne sais pas j’y crois et j’espère, sinon à quoi bon continuer ! Mais la roue ne tournera pas que pour moi, elle tournera aussi pour celles qui me sont chères et qui méritent elles aussi d’éviter les murs et d’être amoureuses de celui qui les méritera (et je veillerais à ce qu’ils les méritent vous pouvez en être sûrs !).
Mais cette fameuse roue tournera aussi pour toutes ces personnes reines du mensonge, de la fausse flatterie, des sourires enjôleurs qui cachent ce qu’on ne veut surtout pas découvrir, elle tournera pour ceux qui ne se contentent pas de ce qu’ils ont et qui veulent encore plus, qui veulent la cerise sur le gâteau, la maîtresse ou l’amant qui pimentera leur vie, qui espèrent tout avoir sans le moindre effort et sans la moindre conséquence dans leur vie bien rangée… Ces personnes qui se fient des sentiments des autres, de leur bien être même s’ils font croire le contraire, ceux qui sourient en cachant bien des secrets inavouables, ceux qui n’osent admettre faire des erreurs… Pour toutes ces personnes la roue tournera, peut être parfois un peu tard à notre goût mais elle tournera !

20140604-201429-72869752.jpg
La roue tourne toujours, nos actes ont toujours des conséquences, le boomerang revient toujours et si on ne le voit pas arriver il peut faire très mal. J’espère que ma roue du bonheur un jour se mettra en branle car bordel je le mérite et je n’ai pas honte de le dire, que mon cerveau s’alarmera quand je prendrais la mauvaise voie et j’espère que la roue des regrets envahira le monde de certaines personnes, que la roue de la honte les frappera de plein fouet parce que ces gens qui nous font mal ce n’est que justice si un jour leur roue de la chance ne tourne plus. Est ce une vengeance que de vouloir qu’enfin ça ne soit pas toujours les mêmes qui trinquent ? Je ne pense pas.
Ce mur que je me prends constamment un jour je l’éviterais grâce à moi, à ce que j’aurais compris sur moi, à l’homme qui aura changé ma vie, qui m’aura fait comprendre que le bonheur et l’amour qu’il me porte sont mérités et que toutes les claques que je me suis prises seront rangées dans la partie oubliette de mon cœur… Oui la roue va tourner, en attendant moi je vais me reposer car je le mérite, et comme on m’a conseillé je vais essayer de vivre pour moi, d’arrêter de foncer dans le mur, de me comprendre et d’avancer le vent dans le dos ça me réussira mieux !

Guerre des sexes

20140601-224321-81801693.jpgJe ne sais pas si comme moi vous avez regardé M6 et Zone Interdite sur la guerre des sexes. Je vous la fais courte : les femmes assument leur sexualité, elles profitent de la compagnie de ces messieurs pour se faire plaisir et le revendiquent, et à être aussi indépendantes dans leur vie et leur sexualité, ces messieurs sont perdus, ne trouvent plus leur place, et se font balader et n’auraient pas leur mot à dire… Pauvres choux… Bah je suis pas d’accord. On est indépendantes oui, on assume notre sexualité aussi moi la première mais les gars vous avez toujours votre mot à dire :)
Les femmes suivies dans le reportage ont choisi de n’avoir que des plans culs pour certaines, à enchaîner les rencards pour d’autres en étant d’une exigeance rare, à utiliser les hommes comme des sextoys suite à une grosse déception amoureuse : divorce, infidélité, rupture… On a l’impression qu’elles se comportent avec les hommes par vengeance, qu’à enchaîner les histoires sans lendemain elles ne s’impliquent pas sentimentalement car elles ont peur de souffrir, et que s’investir non merci, très peu pour elles. Elles sont donc exigeantes, sévères et ne laissent la place à aucun sentiment. Je conçois qu’un plan cul fasse du bien au moral, nous redonne confiance en nous, pour en avoir eu je reconnais le bien que ça fait d’être désirée, mais l’image des trentenaires que les journalistes de M6 font passer ne me convient pas, je ne me reconnais absolument pas dans cette image de "femme-exigeante-tyran" !
Poser trop de critères, et être trop exigeante n’est pas une solution. On veut aimer, et ne pas souffrir mais c’est le cas pour tout le monde, homme ou femme. Je suis trentenaire, célibataire, bien dans mes pompes, indépendante et parfois, oui je m’envoie en l’air mais ce n’est pas pour ça que je vais diriger monsieur à la baguette qu’il soit mon mec ou mon amant… Il aura toujours son mot à dire. Oui j’aime qu’on réponde à mes messages, oui j’aime qu’on prenne soin de moi et qu’on soit attentionné mais est ce pour autant que je suis exigeante, compliquée et difficile dans mes choix et tyrannique ? Non. Que ces femmes veuillent se protéger après avoir trop souffert je le comprends j’essaie de le faire autant que possible, qu’elles veuillent profiter en attendant l’homme je le comprends aussi mais être à ce point insensible ? Je ne comprends pas il y a autre chose là dessous qu’une simple peur des sentiments…

20140601-224321-81801594.jpg
Quand je vois que les hommes sont présentés comme des victimes je ris. Je ne vais quand même pas plaindre un mec qui accepte en son âme et conscience de se faire diriger à la baguette par une nana, c’est leur problème. Si le mec veut être carpette et dire oui à tout sans broncher on n’y peut rien, alors c’est sûrement un manque de confiance etc mais si la relation lui convient je ne vais pas le plaindre non plus. Et il faut être conscient que dans n’importe qu’elle relation, le "risque" de s’attacher à l’autre existera toujours. Et alors quand je vois qu’un coach en séduction affirme devant son client que si monsieur est célibataire c’est qu’il a un problème là j’ai envie de le gifler et en plus il affirme que mentir sur certaines parties de sa personnalité c’est le jeu c’est encore pire !! Bref vous l’aurez compris je ne me sens pas concernée du tout par ce reportage qui pourtant suivait des femmes de ma génération, des trentenaires célibataires.
Je ne suis pas experte, mais ce que je sais et ce que j’ai compris avec mes histoires et les quelques gifles que j’ai pu prendre, c’est qu’à trop chercher on ne trouve rien, que laisser faire les choses et vivre c’est dur mais c’est ce qui nous construit, que la vie c’est prendre des risques, c’est parfois souffrir mais avant ça on aura aimé et on s’en relève toujours. Et le prochain homme qui partagera quelques mois de ma vie ne trinquera pas des erreurs des autres. Il ne sera pas mes ex et je ne suis pas la même et je vivrais mon truc à fond sans aucun regrets. Et surtout vouloir rentrer dans une norme est une mauvaise idée car en amour il n’y a pas de normes :)

L’amour question d’ego ?

20140528-210504-75904285.jpg
C’est à se poser la question non ? Est ce que l’amour n’est pas une question d’ego parfois ? Franchement quand on plait, l’ego est flatté, on se sent désirable, on est joyeux, tout est beau surtout nous. Et quand l’homme ne reste pas, ne se décide pas ou fait le mauvais choix de me quitter (bah oui je suis formidable il fait donc le mauvais choix ça ne se discute même pas :) ) mon ego est blessé, il en prend un coup car c’est parfois soudain et à l’encontre de tous ses dires… Et parfois la tristesse est accompagnée de la vexation…
Quand je suis désirée, aimée, je me vois différemment dans le regard de l’autre que cette image renvoyée par le miroir, je suis donc forcément flattée, et ça arrive à tout le monde cet effet là. On se sent différente car on sait qu’une personne nous désire, a envie de nous, nous trouve belle et automatiquement on le fera ressentir inconsciemment. Il paraît que l’amour nous transforme… Il paraît… Sauf que parfois l’ego en prend un coup, car il a beau être en forme quand on est en couple, quand on est célibataire aussi (le mien se porte bien, je sais qui je suis et ce que je vaux, je peux paraître prétentieuse mais si on s’aime soi on sera plus facile à aimer… Donc je m’aime bien et ça me réussit bien (bon ok je suis quand même celib mais c’est qu’un détail !) parfois il se trouve blessé, meurtri et démoli car les ruptures ce n’est jamais agréable peu importe qui a pris la décision. Décider de ne plus voir une personne fait mal, la claque est dure à encaisser, la déception difficile à digérer et l’ego en prend un sacré coup et c’est difficile à vivre. S’entendre dire qu’on est une fille bien, qui mérite un mec bien et tous les blablas qui vont avec n’aident en rien vu que monsieur se barre, va ailleurs, ne désire pas être avec nous… bref vous voyez le tableau.

20140528-210504-75904180.jpg
Forcément je vais être triste et sacrément vexée, mon amour propre est déçu et attristé et admettre que je me suis trompée de nouveau ce n’est pas évident. Qui aime avoir tort ? Personne à ce que je sache. Donc je me demande si l’amour ce n’est pas une grosse partie une question d’ego en plus des sentiments qu’on ne contrôle pas. Il sera soit au top soit démoli, l’autre à une incidence sur notre façon de nous regarder et en tant que célibataire j’ai appris à flatter mon ego grâce à moi même. Si je devais attendre qu’un homme me flatte je me verrais comme ce que je ne suis pas, je serais toujours à me rabaisser et même si je l’ai souvent fait, j’ai décidé de ne pas continuer sur cette voie. J’aime qu’on me désire et je déteste me tromper et échouer encore et encore dans mes histoires, je déteste que mon ego se prenne des claques à cause de l’autre mais c’est la vie. Elle ne fait pas de cadeaux, et l’amour ne fait pas de cadeaux non plus ça se saurait. Ça fait mal et ça fait du bien, c’est parfois les montagnes russes et suivre tous ces bouleversements n’est pas toujours chose aisée mais je me dis que je ne regrette rien de ce que je vis, ego flatté ou meurtri. Après tout la vie aussi est peut être une question d’ego non ?

Bonnes questions

20140522-230046-82846870.jpg
Pourquoi s’emmerder à y croire ?
Pourquoi vouloir y croire ?
Pourquoi continuer à chercher encore et encore ?
Pourquoi espérer ?
Pourquoi rêver ?
Pourquoi se dire que peut être, la prochaine fois sera la bonne ?
Pourquoi se poser toutes ces questions ?
Pourquoi ça ne me laisse pas tranquille ?
Pourquoi ne pas juste me faire prendre une autre route sans ses emmerdes ?
Pourquoi ne pas pouvoir éviter l’amour ?
Pourquoi vivre cette connerie ?
Pourquoi je n’y arrive pas ?
Pourquoi il tarde ?
Pourquoi encore moi ?
Pourquoi ?

20140522-230046-82846958.jpg
Parce que c’est la vie ma chérie, parce que sans amour on n’est rien, parce que hélas on ne peut pas l’éviter et parce que si on ne croit pas en l’amour en quoi allons nous croire ? Aux Bisounours ? Au monde des licornes et de la magie ? Ce monde n’existe pas, il fait juste partie de toi, il est ton jardin secret, ce monde où tu peux te réfugier quand c’est trop dur. On cherche inconsciemment car nous ne sommes pas fait pour vivre seul et qu’on en a besoin dans notre vie, parce que les baisers d’un homme, ses bras qui sont là pour toi et le regard qu’il a sur toi te font avancer et te donnent confiance. Parce que ces questions que tu te poses font et feront toujours partie de toi. Ton homme tarde à venir et j’ignore pourquoi, je te souhaite qu’il existe et que tu le rencontres bientôt mais en attendant tu dois être patiente. Tu prendrais une autre route les rencontres amoureuses seraient tout de même présentes, L’amour ne s’évite pas ma chérie, il fait tenir le monde, il te fait vibrer, il te rend vivante mais je reconnais que c’est aussi une belle connerie, que c’est moche, vache, puissant, parfois destructeur, que c’est injuste et que ça ne se contrôle pas. L’amour te fait aller très haut mais te fait aussi chuter très bas, mais tu t’en relèveras comme toujours encore plus forte et grandie, et peu importe le temps que ça prendra. L’amour dis lui merde autant de fois que tu veux, mets lui ta main dans la gueule si ça peut te soulager mais je sais que cette petite chose ne t’en voudra pas de la détester car je t’assure que tu y retourneras encore et encore, que tu lui ouvriras de nouveau tes bras et ton cœur. Dis toi que tu n’échoues en rien, que tu n’es responsable de rien et qu’hélas de nouveau ça ne s’est pas passé comme tu l’espérais et j’ignore pourquoi c’est encore toi qui le vit. Mais continue de rêver, même juste un peu, recommence à faire des erreurs, elles seront moins pires que les précédentes jusqu’à la bonne rencontre. L’amour c’est une belle merde mais c’est aussi tout le contraire ça peut être magique et être vivant c’est douloureux. Mais on oublie les peines, les pleurs quand on y regoûte… Alors pourquoi ne pas pleurer, prendre ton temps et revenir plus tard, grandie et prête à recommencer ? Car tu ne pourras y échapper, personne ne le peut… Et tu dois l’accepter.

Fais ton marché sur Twitter planète

20140519-223244-81164448.jpg
Tu cherches un truc, n’importe quoi ? Amis, amour, runneur, job, appart, chien, chat, infos, places de concert… et j’en passe tu vas sur Twitter tu as tout ce que tu veux, voire plus. Twitter c’est un puits d’infos, c’est le reflet même de la société ça rit, plaisante, se cherche, se drague, se félicite, s’encourage, se déteste, se critique, s’informe, se jalouse… et parle par derrière sur ceux qu’on aime pas en message privé.
Twitter c’est la société comme on la connaît où amour, haine, passion, jalousie, rire ont la vie belle… Dans la vie réelle il se passe la même chose que sur la toile, tu te croises, tu te plais, tu te séduis et advienne que pourra, tu te croises, tu t’entends bien et 2, 3 plaisanteries plus tard tu fais connaissance et tu organises déjà la prochaine soirée ou le prochain entraînement entre runneurs…
Je ne regarde plus les infos j’ai Twitter pour ça, je ne regarde pas la montée des marches de Cannes j’ai Twitter pour ça, je ne regarde plus le programme télé j’ai Twitter pour ça, je veux vérifier les dates d’entraînement du mardi j’ai Twitter pour ça… J’ai même trouvé un mec fut un temps grâce à Twitter… Mon cercle d’amis s’étend grâce aux rencontres de Twitter.

20140519-223244-81164366.jpg<br /
Certains pourraient croire que Twitter c’est juste des gens qui se parlent par écran interposé mais Twitter c’est plus que ça. Même si ça tacle parfois sévèrement, que des discordes éclatent sur la toile aux yeux de tous, que des plans drague se voient comme les yeux au milieu de la figure, que les rumeurs vont plus vite que le tweet… Twitter c’est du partage, de l’échange, de la complicité, des rencontres, des moments partagés, des joies aussi, des coups de gueule qui éclatent… Bref c’est la société sur écran. Tu n’aimes pas Twitter et ce qui s’y passe ? Alors tu n’aimes pas la société actuelle. Ce que tu lis c’est ce qu’on vit. Et moi Twitter j’adore, la plupart de mes amis viennent de la toile, que ça soit via mon blog ou Twitter, et franchement quel pied. Ces personnes je les aurais peut être rencontrées dans la vie réelle, croisées maintes fois sans même qu’on s’accorde peut être un regard ou un sourire ou sans qu’on approfondisse notre rencontre, via Twitter le dialogue est né, les affinités se sont créées et de belles choses sont arrivées ! Twitter est un puits, puits de la société, des hommes, d’êtres humains forts et faibles, amoureux, heureux ou tristes… Twitter est un puits de rencontres, c’est l’endroit ou si tu te sens seul, il y aura toujours quelqu’un pour te répondre… Alors moi Twitter je suis pas prête d’en partir car j’ai pas fini mon tour du marché :)

I’m a Mud Girl

20140512-155400.jpg

Après une petite dizaine de jours passés sous le soleil de Miami à dorer ma peau avec ma comparse @koxinell on avait envie de pimenter notre retour et de profiter d’un bon bain de boue en plein air car paraît il la boue c’est bon pour la peau… Il y a donc quelques mois de ça on décide avec nos compères @valpareiso et @J_Chicknrun de s’inscrire à l’édition 2014 du MudDay. Comprenez qu’on a décidé en notre âme et conscience d’affronter un parcours de 13km dans la boue agrémenté de 22 obstacles sur le terrain militaire de Beynes. Oui nous étions un peu foufous dans notre tête.
20140512-155349.jpg
Dimanche matin c’était parti, direction Beynes pour un départ à 13h. Tee-shirt blanc (me demandez pas pourquoi blanc) flocké au nom de notre magnifique team de warrior la RrrrrTeam, maquillage de guerrier étalé artistiquement sur nos trombines, moral au top du top et une envie de nous surpasser nous habitait (et un peu de peur aussi). Il faut savoir que cette édition a été la plus difficile car la boue était plus que présente tout au long du parcours avec des conditions plus que dantesques : pluie, vent et parfois soleil. Après un échauffement dans la terre agrémenté de cris de guerre, de pompes, de squats et de quelques recommandations sur la sécurité, un leitmotiv sur le fait que la boue on aime, on vit boue, on travaille boue et on va plonger dans la boue… le départ était donné et là tu fonces et tu réfléchis surtout pas ! La première descente était je vous le donne en mille dans la boue et sans que je comprenne comment je ne suis pas tombée et pourtant des glissades j’en ai fait un paquet !! Puis arrivent les premières épreuves, ramper sous des barbelés, escalader un filet haut de 4m, ramper dans le noir, escalader une barrière de près de 3m (merci au seul homme de l’équipe sans qui je n’y serais pas arrivée), sauter par dessus de la paille en feu… et toujours au milieu de la boue évidemment… Puis l’épreuve redoutée arrive : l’ice crime soit un bain dans une eau à 4 degrés avec une poutre au milieu qui t’oblige à mettre les épaules (j’ai évité d’y mettre la tête)… Je vous assure que ça saisit et que j’ai claqué des dents comme jamais à la sortie… Et la boue devient de plus en plus présente et je ne pensais pas que c’était possible d’ailleurs !!
20140512-155436.jpg
On avance comme on peut, je glisse tellement que j’ai peine à courir, mes bras m’ont bien aidé dans mon équilibre, j’ai jamais autant mouliné de ma vie (d’où les sacrées courbatures d’aujourd’hui) mais je suis assez peu tombée et dès que ça m’arrivait je choisissais l’endroit propice, la petit mare de boue qui t’arrive au genou si tu marches au bon endroit ce qui bien sûr n’était pas mon cas mais le must fut le Crossover Mud Mountain où tu escalades comme tu peux des montagnes de boue en passant au milieu de fossés remplis d’eau boueuse et plus tu avances plus c’est pire, j’ai cru y laisser une basket quand j’ai mis le pied là ou fallait pas et que je me suis retrouvée avec de la boue jusqu’à la mi cuisse, ma jambe a été compliquée à sortir car ça pèse lourd la boue :) et puis bon je riais tellement que je pouvais pas avancer je crois que ce fut mon épreuve préférée !! bien évidemment on sort de là dans un état plus que dégueulasse car la boue te recouvre entièrement, mais tu continues et tu rampes sur du sable et sous des barbelés accessoirises de filins électriques (bonjour les décharges qui te font ramper plus vite), et tu rampes dans une eau boueuse avec le tee-shirt qui remonte, et tu passes des mares de boue, tu escalades des pentes avec des sacs pesant 3 tonnes (non je n’exagère pas rien qu’à mettre le sac sur le dos j’ai avancé de 3 mètres ou glissé sur 3 mètres je ne sais plus mais sans tomber ^^)… Vers la fin du parcours, une petite côte avec un dénivelé de 85% avec de la boue qui parfois t’arrive à la cheville a achevé mes gambettes mais ne m’a pas arrêté pour autant… Je voulais terminé ce parcours de folie, on m’avait promis de la boue j’en ai eu plus que je l’espérais je crois n’avoir jamais marché sans glisser en fait :) Les dernières épreuves se succèdent et ça se termine avec les filins électriques à passer et j’ai reçu de belles petites décharges qui te réveillent bien comme il faut… Mais quelle fierté quand tu passes la ligne d’arrivée et que tu reçois ta Mudaille, ton tee-shirt de finisher et ta bière :) J’en ai bavé, je glissais constamment, certaines épreuves étaient pour moi difficile car il fallait de la force dans les bras et j’en ai pas, j’ai eu très froid parfois et l’hypothermie a eu raison d’une de mes comparse, j’étais épuisée à la fin et c’est vraiment un parcours du combattant et faut être bien conscient dans quoi on s’embarque mais aucun de nous n’a regretté cette aventure… On a partagé à 4 un truc de fou et on a adoré être ensemble pour ça !
Bilan de cette après-midi boueuse : du kif, de la fierté, de la boue, du glagla de dents, des glissades, des fous rires, de la boue, des courbatures, quelques bleus, des écorchures, du kif et du kif… Vous allez croire que je suis maso mais on me le propose l’an prochain j’y retourne j’ai trouvé ça génial ce dépassement de soi, j’en reviens toujours pas de ce que j’ai accompli et même si j’ai échoué à 3 ou 4 épreuves sur les 22 j’ai essayé et rien que pour ça je suis ravie… Et n’ayez pas peur à la vue des photos je suis un peu plus propre d’habitude :)

20140512-155413.jpg

20140512-155419.jpg

<a href="https://blogdemissbavarde.files.wordpress.com/

<a href="https://blogdemissbavarde.files.wordpress.com/

20140512-155446.jpg