Qui vivra verra…

20140303-234007.jpg

C’est un peu mon mantra quotidien depuis plusieurs mois déjà. Il n’est pas toujours facile à appliquer car parfois on se projette c’est plus fort que nous mais néanmoins, le suivre est plutôt une bonne chose au final. Car comme je l’ai déjà répété dans maints articles, je ne sais pas ce que la vie me réserve pour demain. Je m’attends à être surprise tous les jours.
La seule qu’elle ne me donne pas pour le moment c’est l’homme. Quand je rentre chez moi le soir, aucune surprise ne m’attend, je pousse la porte et revient dans cet appartement vide de toute présence autre que la mienne et celle de mon fauve. Lui seul me fait la fête quand je rentre, lui seul me salue et est content de me voir car il sait que les câlins sont de nouveaux à la maison. Parfois rentrer chez moi c’est dur, personne à qui donner rendez vous, personne à appeler ou textoter, personne à qui faire des câlins jusqu’à épuisement… Personne (excepté les amies, merci à vous…)
Parfois une pensée, un idéal, un espoir vient et parfois s’enfuit… Alors pour combler cette solitude qui parfois me pèse bien plus que je ne le voudrais, je profite au maximum de ce que les autres me donnent. Car les surprises viennent d’eux la plupart du temps. J’ai conscience que mes amis proches se soucient de moi, ils sont présents, tachent de me faire rire même quand je n’en ai pas envie, me taquinent comme ils savent si bien le faire, espèrent pour moi qu’un jour je serais amoureuse et qu’on m’aimera en retour. Qu’un jour enfin je ne rencontrerais pas un mec qui me dira au bout de 3 mois, désolé c’est pas toi c’est moi mais nous deux ça ne marchera pas. Un jour un homme se projètera avec moi, aura des sentiments pour moi, se souciera de moi autant voire plus que mes amis, cet homme sera mon ami, mon amant, mon confident, mon amoureux. Tout sera simple car on sera deux à vouloir les mêmes choses et à avancer ensemble. Pour le moment ce n’est qu’une pensée, un espoir que j’espère toucher.

20140303-234016.jpg
Je me sens bien dans ma peau, j’aime ce corps qui est le mien, je m’assume en tant que femme indépendante, j’ai un caractère entier qui plait ou pas mais je ne changerais pas pour plaire, je plais comme ça en étant moi. Quand je vois mes amies célibataires qui sont tout simplement des filles géniales je me demande pourquoi elles sont seules même si elles le vivent bien et l’assument. Parfois je me dis que c’est injuste. Qu’on mérite un homme dans notre vie qu’on rendra heureux. Et puis un jour une rencontre peut se produire et là je me dis que si on vit notre vie à fond on ne peut qu’aboutir à nos rêves. Parfois je doute que l’amour soit pour moi, mais qui vivra verra. Ce n’est pas facile mais ça vaut le coup je pense d’être patiente et peut être un jour l’homme sera derrière ma porte, derrière un sms, derrière ce sourire ou ces beaux yeux… Je ne sais pas où la route va me mener mais je verrais bien :)

Et si…

20140227-233209.jpg

Et si c’était lui celui que je cherche. Et si c’était de cette opportunité dont j’ai besoin pour m’épanouir encore plus. Et si c’était cette rencontre qui allait changer ma vie et ma vision des choses. Et si c’était cette décision la meilleure. Et si ce petit rien pouvait tout changer ?
Et si… Rien que ces deux petit mots me montre que je crois encore à quelque chose de bon, de beau qui peut m’arriver et je prends confiance en moi un peu plus. Même quand on veut baisser les bras, qu’on a envie de tout envoyer valser, quand on veut dire merde… quand ces deux petits mots s’insinuent dans notre tête ça nous montre qu’on y croit au fond de nous malgré tout. Parfois croire aux choses ne suffisent pas je le sais très bien mais avoir l’espoir qu’une chose peut nous arriver, se dire que peut être ce bonheur on peut l’avoir, nous donne l’énergie nécessaire pour essayer d’atteindre ce but. En tout cas chez moi c’est comme ça, alors je sais que je suis prête et j’avance. Le chemin ne sera pas forcément facile, la déception peut m’attendre au tournant, tout comme l’échec ou la frustration… Mais après tout on se relève d’une chute non ? Et si on se dit qu’on a essayé pourquoi s’en vouloir ? Parfois ce n’est pas encore le bon moment ou la bonne personne… Quand on fait une jolie rencontre par exemple, dans notre petite tête un jour arrive ce fameux "et si" et avec lui l’espoir que peut être c’est lui ou elle et ça remet tout ou presque en question car on ne se pensait pas prêt, on est pris par surprise. Et si c’était comme ça que ça devait arriver? Parfois un petit rien me fait dire que ma vie est décidément très taquine.

20140227-233218.jpg
Et si j’y arrivais? Et si cette décision pouvait tout changer? Et si j’osais ? Et si je n’avais pas de regrets? Et si pour une fois je ne me trompais pas ? Et si c’était juste ça le bonheur, avancer, avoir confiance en soi, oser vivre, oser dire ce qu’on ressent, faire plaisir et se faire plaisir, aimer faire le bonheur de l’autre avec un mot, un rire, un cadeau ou juste être là. Et si je disais oui ? Et si la vie n’était qu’une succession d’événements imprévus, de surprises.., et si on acceptait les choses telles qu’elles sont, ne serions nous pas plus heureux ? Je crois que si et c’est ce que je fais chaque jour je vis et profite et ça fait du bien :)

Ces nombreux petits rien qui font tout

20140220-224549.jpg

Parfois un petit rien peut faire de grandes choses. Un grain de sable se glisse dans la roue de votre journée et peut vous la changer sans qu’on ne sache trop comment. C’est quasiment magique en fait. On va se lever d’humeur morose, on sent que la journée ne fera pas partie des meilleures et pourtant sans qu’on s’y attende, un petit rien vous donnera le sourire et votre journée prendra une autre tournure…
Ces petits rien nous font parfois faire des choses incroyables, qu’on ne pensait pas vivre ou même tenter, ces petites choses, ces petites confidences, ces jolis compliments reçus, ces challenges proposés me font avancer et m’épater. Je ne contrôle rien, je me laisse porter et j’ai adopté comme nouveau mantra : qui vivra verra car la vie est surprenante dans le bon comme dans le moins bon parfois ! Alors la vie étant ce qu’elle est, je décide de vivre, de profiter et de ne pas avoir de regrets et tout ça, même si parfois c’est difficile, ne m’apporte que du bonheur au final. Me laisser entraîner dans des projets tous plus fous les uns que les autres est excitant et motivant… Quand on a autour de soi des amis, des vrais qui savent nous motiver, nous pousser dans nos retranchements, nous surprendre, nous entraîner dans certaines folies personnelles, je me dis que c’est du bonheur car la plupart des petits riens que je vis sont grâce à ces gens là. Depuis quelques mois j’ai fait de belles rencontres qui m’apportent beaucoup, m’enrichissent, me boostent à vivre ma vie à fond, à profiter sans penser trop au lendemain pour certains, ou à faire des projets de fou pour d’autres. C’est grâce à cette parole, ce geste, ce désir, ce sourire, ce sms, ces conversations profondes que les petits riens qui changent ma journée existent.

20140220-224558.jpg
Grâce à ces petites choses qui peuvent paraître dérisoires mais qui sont énormes, je me retrouve à être partout, à faire le Mud Day avec ma Rrrrrr Team, à partir à San Francisco avec ma comparse et amie romaine, et Miami avec ma fidèle amie, mon petit lapin, à courir un 5 km pour la bonne cause "Make-à-wish" toujours à Miami, à vivre des instants qui sont peut être les derniers, à aller à Utrecht faire un raid urbain féminin avec Pop In the City. Et ce n’est pas fini car on est qu’en février.
Parfois c’est difficile de se lever, de se motiver, de sourire, de ne pas être mélancolique, de ne pas être en colère mais il ne faut pas (en tout cas essayer) se dire que toute la journée sera mauvaise car un petit rien peut faire de grandes choses. Même si parfois je doute d’une rencontre qui me comblerait, que je doute de moi tout court, je rencontre une personne qui me fera changer d’avis, une amie saura utiliser les bons mots, j’arriverais à prendre du recul et à relativiser et à voir le positif là ou il se trouve : un peu partout.

La seule chose dont on est sûr en amour…

20140210-233849.jpg

C’est qu’on n’est jamais sûr de rien. C’est ce que dit Sophie Cadalen, psychanalyste très souvent invitée dans l’émission de Giulia Foïs : Point G comme Giulia sur Le Mouv´. J’ai acheté son dernier livre "Tout pour plaire, mais toujours célibataire" et je l’ai dévoré car le contenu de ce livre, c’est exactement ce que je pense depuis quelques mois et essaie de vivre.
Sophie Cadalen nous dit que la seule façon de donner une chance à l’amour, à la rencontre, c’est de partir à l’aventure, sans calcul ni mode d’emploi, sans avoir d’idées préconçues sur le couple ou sur la façon dont sera monsieur, c’est se laisser surprendre, se laisser vivre, suivre ses envies et ses désirs et ne pas se focaliser sur ce qu’on imaginait… Laisser libre court à ce qu’on ressent et se laisser porter sans avoir au préalable fait un plan établi de ce que sera la relation. Jamais on ne rencontre quelqu’un comme on le prévoyait, c’est toujours inattendu et surprenant. Ça fait peur évidemment de se lancer dans une relation car on doit faire tomber nos barrières et nos doutes, mais vivre une histoire pleinement c’est aussi accepter le fait que l’issue de la relation nous est inconnue. Rencontrer l’autre c’est abandonner ses illusions pour laisser place à d’autres rêves, c’est vivre sa vie en acceptant l’idée que l’échec fait parti de toute histoire, c’est comme ça. Mais qui ne tente rien n’a rien. Laisser l’autre découvrir notre univers et profiter du moment présent, se laisser surprendre par l’imprévu est je pense la meilleure façon de profiter d’une relation sans se prendre la tête, car une histoire évolue au fil du temps… tout comme les individus évoluent ensemble et l’histoire se construit petit à petit. Parfois l’amour frappe à la porte et s’insinue dans la relation, et parfois non mais si on a vécu notre histoire à fond, il n’y aura rien à regretter !

20140210-234421.jpg
On ne peut présager de rien alors pourquoi trop y penser au final, pourquoi vouloir se voir dans 10 ans, pourquoi ne pas tout simplement se dire je suis bien avec cette personne, je profite, je vis, je suis surprise et on verra ce que l’avenir nous réserve. On a bien sur nos peurs qui se rappellent à nous, notre passé amoureux et ses échecs qui refont surface mais chaque personne, chaque homme que j’ai rencontré et que je rencontrerais sera différent du précédent et mes aventures/histoires avec eux aussi, alors je décide de profiter et de vivre car la vie passe trop vite. L’échec est un risque mais je le prends malgré tout sinon à quoi bon vivre selon ses désirs ? L’amour ne se contrôle pas, les envies, les sentiments non plus alors je préfère les suivre le plus possible et être heureuse car je mérite d’être heureuse et si ma vie sentimentale n’est pas telle que je l’imaginais il y a de ça encore 2/3 ans mais qu’elle me convient aujourd’hui, c’est le principal… C’est un vaste sujet que j’essaierai d’approfondir dans un autre post ou dans mon livre :) Je vous laisse méditer sur ces quelques phrases que je suis depuis plusieurs mois et qui me réussissent pas trop mal :
"Suivre l’élan qui nous porte vers quelqu’un ne représente pas forcément un mauvais calcul…"
"Ne pas laisser filer le désir qui nait, sous prétexte que l’histoire risque de ne pas durer… Nous pouvons nous autoriser le pur plaisir de la rencontre sans préjuger de l’endroit ou elle nous emmènera… Seul l’avenir nous le dira".
"Je me comporte en être responsable dès lors que je choisis de vivre sciemment certaines aventures…"
"La jouissance nait de ce moment magnifique où l’on s’oublie à soi même pour se laisser porter par la vague."

J’ai pas le temps de dire au revoir, je suis en retard en retard

20140201-204407.jpg

Pour les fans de dessins animés, vous aurez reconnu les phrases du petit lapin blanc d’Alice aux Pays des Merveilles. Et cet après-midi je me suis retrouvée dans la peau d’Alice aux foulées de Malakoff. J’ai laissé ma Dîna chez moi et j’ai suivi mon petit lapin ! Mon challenge était de finir ces 10 km en 57′ sachant que mon record était 58’24" en mourant aux 10 km Paris Centre et 59’25" à la corrida d’Issy en y allant "tranquillement".
57′ pour moi c’était un sacré challenge, j’ignorais si j’en étais capable, car tant que je ne tente pas, je ne sais pas si je suis capable, mais mon lapin (@koxinell sur Twitter) était convaincue que j’y arriverais ainsi que plusieurs personnes de mon entourage et au vu de ces encouragements je ne pouvais pas les décevoir alors je me suis concentrée et comme Alice, j’ai suivi mon lapin. Petit lapin qui fonçait à un rythme super régulier et moi je suivais docilement, ma copine n’avait pas le temps de regarder derrière, elle suivait sa montre et fonçait droit au but en m’encourageant, bah oui elle était pressée car elle avait une sacrée mission, elle n’était pas en retard en retard mais elle n’avait pas trop le temps de parler et moi non plus d’ailleurs ! Et les km ont défilé les uns après les autres, je tenais le rythme, je ne regardais pas mon appli pour voir le temps ou la vitesse, j’étais concentrée sur ma respiration, le regard droit devant, le déroulement de mes petites pattes et j’avançais. Je savais que le rythme n’était pas le mien, mais je suivais et à ma grande surprise j’étais bien… Et j’ai continué docilement à courir, à suivre et à accélérer… Au km 6, mon petit lapin me demande : t’en as encore sous la chaussure ? Je réponds oui et on continue sachant qu’on était déjà à un bon rythme de 5’26" au km… Et là mon lapin passe la cinquième et accélère, et moi je suis et je sens le souffle se raccourcir mais je continue. Au km 8, ça commence à tirer dans les pattes et au souffle on est à 5’15" du km et on continue et mon lapin file droit et je suis… Je m’accroche mais je grimace et le dernier km est pour moi difficile car on a encore accéléré… mais je tiens et j’accélère encore en m’épatant moi même.

20140201-204416.jpg
L’objectif de mon petit lapin, je l’apprends après était de me faire frôler les 55′… Objectif parfaitement bien rempli car j’ai fini ces 10km en 55’18" !!!!! Moi j’ai fini en 55’18" et je peux vous dire que je suis encore toute étonnée de ma performance. Je suis fière de ce dont j’ai été capable, fière de mon lapin, ma super amie qui a assuré comme jamais, elle a été incroyable et je ne la remercierais jamais assez. Des amies comme ça qui se donnent pour vous, qui se battent pour vous c’est rare et beau et j’ai beaucoup de chance. Et là je vous laisse car après une journée comme ça, on a bien mérité un resto, du champagne et une petite virée dans des bars :)

Sommes nous doués pour le bonheur

20140130-234219.jpg

Est ce inné le bonheur ? Je ne crois pas, le bonheur ça se travaille chaque jour. Et pour mieux le trouver j’ai mis en place un petit jeu : chaque jour je me trouve un petit bonheur. C’est parfois pas grand chose… Mais si ça me fait sourire et embellir ma journée que demander de plus. Par exemple il y a les gamelles du chat, ou un compliment, une surprise que je n’attendais pas, un mot de mon neveu… C’est un petit grain de sable qui te fait du bien dans une journée parfois morose !
Accéder au bonheur, c’est vivre pour soi, c’est prendre des décisions, parfois simples et parfois non. C’est décider de prendre cette route plutôt que l’autre. Vivre chaque opportunité qui se présente à moi sans essayer de me poser trop de questions, juste profiter (je ne dis pas que c’est simple par contre). Mais il n’est pas toujours facile de vivre nos envies et pourtant je vous assure que vivre ses envies il n’y a rien de meilleur. Et il n’est pas toujours évident de ne pas trop penser à nos actes, nos choix qui nous permettent de toucher un peu le bonheur (parole de fille, il n’y a qu’à lire mon dernier article).
Je suis jeune, je veux vivre et essayer de réaliser mes rêves. Rêves de voyages lointains, rêves pour ma vie privée… et je vais me donner les moyens pour y arriver. Mes rêves de voyages sont sûrement les plus simples à réaliser, de l’envie, des sous, la super copine avec qui partir à défaut de l’amoureux et hop !! Peut être que parfois certaines routes seront plus longues que d’autres pour arriver à ce dont je rêve mais je vais persévérer. Ma route sentimentale par exemple n’est pas la plus facile à suivre mais je n’ai aucun regrets. Cette route m’a fait ouvrir ce blog, m’a donné envie d’écrire un livre (faudrait peut être que je commence d’ailleurs), a fait celle que je suis aujourd’hui. Elle n’est donc pas si mal après tout, juste un peu trop longue… J’ai décidé de ne pas m’encombrer de personnes qui me jugeraient, qui veulent me changer pour que je corresponde à l’image qu’ils ont de moi. Je fais le tri et ne garde que les meilleurs :)

20140130-234230.jpg
Prendre des décisions demande du courage mais parfois ça vaut le coup de prendre son courage à deux mains si c’est pour notre bonheur personnel. Le bonheur est une idée que l’on se fait, chacun voit son bonheur de façon différente, j’espère un jour faire le bonheur de quelqu’un mais pour celui là ça ne dépend pas que de moi. Vivre pour atteindre le bonheur c’est comme la quête du Graal, je suis heureuse dans ma vie même si je changerais bien des petites choses (mon célibat par exemple), mais malgré le manque de tendresse, de câlins, de la présence d’un homme, ma vie n’est pas si mal quand j’y réfléchis. Je ne suis pas forcément douée pour le bonheur, je vais me poser des questions, douter, pleurer, mais si je me relève plus forte et avance pour atteindre le bonheur, le mien, ça en vaut la peine non ? Le bonheur, la joie de vivre ne sont pas aisées à atteindre, on passe par toute sorte de phases. Je ne suis pas douée pour positiver, ni pour être heureuse chaque jour et pourtant, je le suis la plupart du temps… Alors même si parfois ma journée a été merdique, morose, pourrie puissance 1000, j’arrive toujours à trouver un petit moment de bonheur, même en étant célibataire… Et un jour mon bonheur sera de retrouver mon homme le soir en rentrant chez moi et pourquoi pas, le bonheur d’avoir une famille.

Dans la tête d’une fille

20140127-082154.jpg

C’est pas toujours très clair :) Et il suffit qu’en plus on soit fatiguée je ne vous raconte même pas l’imbroglio présent dans notre petite tête. C’est que ça cogite sérieux et sur tout hélas… Un défaut j’en conviens volontiers mais c’est dans nos gènes, on l’a toutes à plus ou moins grande échelle… Tout n’est pas rose ou blanc chez nous. Quand notre mec nous dit noir on va se dire qu’il veut dire jaune, bah oui pourquoi irions nous croire qu’il veut vraiment dire noir ? Dans notre tête, l’information dite par chéri ne prend pas le chemin le plus direct, à quoi bon ? C’est tellement plus fun que l’information passe par tous les coins et recoins de notre tête avant d’arriver au bout : au noir (vous suivez c’est bon ?)
Nous les femmes avons tendance à interpréter quasi tout même ce qui n’a pas lieu d’être interprété. Le beau gosse te dit bonjour en souriant, tu vas te dire il craque sur moi, et pas juste l’explication la plus plausible : il est poli (mais il peut aussi craquer sur toi !!). Dans notre tête il y a un bon nombres de virages, de loopings que l’information doit prendre avant de franchir la ligne d’arrivée. Franchement mets toi dans la tête d’une fille et dis moi pourquoi l’idée irait droit au but alors que la petite route de droite voire celle de gauche sont tellement tentantes, ça a l’air tellement sympa alors pourquoi ne pas l’emprunter juste un peu pour voir ? La femme interprète les propos de tout à chacun (surtout les dires de chéri et ceux des copines). Pourquoi se torturer me diras tu? Parce qu’on s’ennuie, qu’on n’a pas confiance en nous, que ça nous protège du bon comme du mauvais ? Se préparer au pire c’est se protéger d’une certaine façon non ? Qui a dit que la femme était simple ? :) Bref j’en sais trop rien mais faut que cette sale manie se stoppe. Pendant longtemps j’interprétais tout de travers dès que j’étais concernée. Gros manque de confiance en moi pendant très longtemps alors que j’étais plutôt douée concernant les autres, j’étais assez observatrice. Dans ma tête je ne pouvais pas plaire à ce mec, car qu’est ce que j’avais de si particulier qui pouvait lui plaire ? Jamais l’idée que je pouvais plaire justement parce que je ne faisais rien de plus qu’être moi ne m’avait effleuré. J’ai donc pendant longtemps pensé que je ne plaisais pas et que les autres se trompaient. Mais il a bien fallu que je me fasse à cette idée au fur et à mesure de ma vie sentimentale et puis j’ai vieilli. Et désormais j’ai beaucoup plus confiance en moi (j’ai pas dit totale confiance hein ne nous emballons pas !!) et je me fie plus à mes observations, mon ressenti et mon instinct et j’essaie de moins interpréter (j’essaie j’ai dit) et de croire à ce qu’on me dit car j’ai compris depuis de longs mois que les gens autour de nous (pour la plupart), nous disent ce qu’ils pensent et ce qu’ils ont envie de nous dire tout simplement, sans fioritures, sans détours juste par honnêteté.

20140127-082208.jpg
Tout n’est pas sujet à interprétation et heureusement (et si on interprète trop y a toujours les copines pour arrêter nos délires :) ) Croire ce qu’on me dit c’est beaucoup mieux pour ma petite tête, je fais plus confiance aussi. Je donne toujours autant mais j’essaie d’être plus moi, de dire plus souvent ce que je pense (surtout mes désaccords en fait) et je ne m’en porte pas plus mal, et je n’ai aucun regrets mais il y a toujours cette partie de moi où je vais voir un peu de noir dans le rose, peut être pour ne pas m’emballer ? Parfois je vais douter, me dire je n’aurais peut être pas dû mais au final je suis moi, et si ça ne plait pas hélas je n’y peux pas grand chose. J’essaie de prendre les événements comme ils viennent, de profiter et de patienter, voir ce que la vie me réserve. J’ai toujours de petits doutes car prendre des risques fait peur et l’on peut ne pas toujours avoir ce que l’on espère, mais tant que je suis moi, après tout c’est ce qui compte. Interpréter, faire tourner les choses dans ma tête fera toujours partie de moi, car j’ai encore du mal à croire que de belles choses m’arrivent, que mes amis sont aussi formidables et que j’ai de la chance tout simplement… Profiter et vivre au jour le jour c’est tellement agréable… Que j’ai décidé de continuer comme ça et de laisser mon cerveau de côté, un peu… :) mais je n’ai pas dit que c’était facile par contre !!!