Être courageuse… Ou pas

20140322-143513.jpg

Être courageux n’est pas donné à tout le monde. Je le suis pour certaines choses liées au sport par exemple où je vais avoir envie de me surpasser, je vais prendre mon courage à deux mains et foncer et tenter de remporter le challenge que je me suis fixé. J’ai aussi le courage de me lancer dans l’écriture d’un livre, le mien… Il avance mais c’est un gros défi que je me suis lancée et je vais prendre le temps de bien le faire, après tout rien ne presse.
Je m’aperçois qu’être courageuse en ce qui concerne mes relations sentimentales ou amicales est beaucoup plus difficile. Avoir le courage d’être honnête, de dire ce qu’on pense à l’autre surtout en ce qui concerne les sentiments n’est pas la chose la plus aisée qui soit, car se livrer c’est prendre un risque, on ignore l’impact que ça peut avoir : deux choix possibles, soit l’autre fuit, soit c’est l’inverse, c’est à double tranchant. Avoir le courage de se montrer faible demande une force de caractère et une certaine forme d’acceptation du risque. Car être courageux c’est accepter que l’inévitable peut se produire : se prendre le mur. L’amour ça te tord le ventre parfois et soit tu vas raisonner chaque acte par rapport à la réaction de l’autre, soit tu ne raisonnes plus et agis au risque de faire n’importe quoi, ou bien tu vis et réfléchis pas, il faut trouver le juste milieu. Mais avoir le courage de se livrer, de faire tomber les barrières n’est ce pas être honnête ? Après tout on a tous des sentiments, on ressent tous au fond de nous un petit quelque chose pour cet autre qui croise notre route, et ne pas l’avouer c’est renier ce qui se passe au fond de nous non ? Mais j’avoue ne pas regretter d’être courageuse quand j’y arrive car je suis moi et en accord avec ce que je ressens et pense. On ne pourra pas me reprocher ce courage. Je me sens faible et fragile quand je me livre mais après tout, le risque fait partie de la vie non ? L’honnêteté et la franchise sont deux choses primordiales pour moi dans toute relation, que ça soit amicales ou amoureuses. Mais je m’aperçois que tout est tellement plus simple dans les relations amicales que je me demande pourquoi ça ne l’est pas autant en amour.

20140322-143522.jpg
Avoir le courage de montrer aux autres mes faiblesses et mes forces, avoir le courage de ses opinions, avoir le courage de reconnaître nos possibles erreurs, c’est s’affirmer aux yeux des autres et montrer qui nous sommes, des êtres sensibles, vrais et entiers. Ne pas se voiler la face, ne pas fermer les yeux c’est avoir le courage de regarder la vérité en face, vérité qui peut ne pas nous plaire. J’essaie d’être courageuse en prenant les décisions qui sont bonnes pour moi même si c’est aller à l’encontre parfois de mes envies mais je n’y arrive pas toujours. Avoir le courage de me protéger moi avant les autres me demande beaucoup d’effort et un travail sur moi. Avoir le courage d’avancer seule me prend de l’énergie, faire des choix de vie, accepter les choses comme elles sont est compliqué mais ai je le choix ? Je ne vais pas attendre qu’un homme débarque pour gérer ma vie !! Mais parfois j’ai envie de mettre ce courage à la porte, car ça a beau être louable d’être courageux ça ne nous donne pas toujours ce qu’on recherche, même si on le mérite. Alors je me demande, dois je continuer ? Est ce que ça vaut la peine d’être aussi courageuse ? Et après mûres réflexions je pense que oui alors je vais continuer et essayer de l’être un peu plus :)

Ce sentiment inexplicable…

20140310-224354.jpg

Que l’on ressent lorsqu’une musique nous transporte est étrange vous ne trouvez pas ? Pourquoi cette musique va me rendre mélancolique, triste, sereine, heureuse, en paix avec moi même ? Pourquoi ce morceau plutôt qu’un autre va me faire vibrer, sourire, me faire du bien ? Est ce la voix ? La mélodie ou les paroles ? Pourquoi ce titre va me parler et faire ressortir certaines émotions ? C’est différent selon les personnes, il n’y a pas de règles… Pourquoi ressentons nous parfois le besoin de nous réfugier dans cette atmosphère, de nous évader du quotidien, du bruit ambiant, besoin de nous retrouver dans cette bulle où on laisse libre cours à nos émotions…
Ce sentiment dû à la musique peut être transposé sur les gens de notre entourage aussi. Pourquoi lui et pas un autre ? Pourquoi cette fille ci et pas sa voisine ? Pourquoi cet homme me plait autant ? Le physiologique, les odeurs, le ressenti dû à l’alchimie particulière entre les deux personnes rentrent en ligne de compte en partie mais pour le reste ? Pourquoi j’ai choisi cette amie en particulier, pourquoi nous sommes nous choisies ? Qu’est ce qui fait qu’on s’entende aussi bien ? Pourquoi suis je autant à l’aise avec cette homme et pas avec les précédents ? Qu’est ce qui explique nos choix, les bons comme les mauvais ? On ignore pourquoi cette personne ci va nous plaire… C’est comme ça il n’y a pas vraiment d’explications… Dans le choix de nos amoureux, nos amies, on évolue au fil des années, on saura se tourner inconsciemment vers ceux qui nous font du bien… Plus je vieillis et mieux je m’entoure. J’apprends de mes erreurs, des autres aussi. J’ignore pourquoi cette personne me fera autant de bien, peut être est ce dû à son écoute, sa présence, nos fous rires, les aventures et les défis personnels qu’on se lance, peut être est ce dû au fait de ne pas réfléchir, de vivre tout simplement.

20140310-224512.jpg
J’ignore pourquoi tel morceau me fera pleurer ou rire, me rendra heureuse ou mélancolique, me donnera confiance… Je sais juste ce que ça m’apporte et je ne cherche pas d’explications. C’est comme une sortie de secours, en cas de besoin, je sais quoi écouter, qui textoter… Toutes ces personnes qui me font du bien un petit peu chaque jour, je les ai choisis, parce que la vie, le hasard les a placés sur ma route et parce qu’ils sont qui ils sont : eux mêmes. Parfois il n’y a pas d’explications, on ne peut pas expliquer pourquoi on s’entend mieux avec cette fille, pourquoi nos amies changent, pourquoi on évolue, pourquoi c’est cet homme qu’on aime et pas le voisin, pourquoi on n’aime plus… À quoi bon vouloir savoir ? Pourquoi se justifier de ce qu’on ressent ? On le ressent c’est bien tout ce qui compte non ?

20140310-224407.jpg

Qui vivra verra…

20140303-234007.jpg

C’est un peu mon mantra quotidien depuis plusieurs mois déjà. Il n’est pas toujours facile à appliquer car parfois on se projette c’est plus fort que nous mais néanmoins, le suivre est plutôt une bonne chose au final. Car comme je l’ai déjà répété dans maints articles, je ne sais pas ce que la vie me réserve pour demain. Je m’attends à être surprise tous les jours.
La seule qu’elle ne me donne pas pour le moment c’est l’homme. Quand je rentre chez moi le soir, aucune surprise ne m’attend, je pousse la porte et revient dans cet appartement vide de toute présence autre que la mienne et celle de mon fauve. Lui seul me fait la fête quand je rentre, lui seul me salue et est content de me voir car il sait que les câlins sont de nouveaux à la maison. Parfois rentrer chez moi c’est dur, personne à qui donner rendez vous, personne à appeler ou textoter, personne à qui faire des câlins jusqu’à épuisement… Personne (excepté les amies, merci à vous…)
Parfois une pensée, un idéal, un espoir vient et parfois s’enfuit… Alors pour combler cette solitude qui parfois me pèse bien plus que je ne le voudrais, je profite au maximum de ce que les autres me donnent. Car les surprises viennent d’eux la plupart du temps. J’ai conscience que mes amis proches se soucient de moi, ils sont présents, tachent de me faire rire même quand je n’en ai pas envie, me taquinent comme ils savent si bien le faire, espèrent pour moi qu’un jour je serais amoureuse et qu’on m’aimera en retour. Qu’un jour enfin je ne rencontrerais pas un mec qui me dira au bout de 3 mois, désolé c’est pas toi c’est moi mais nous deux ça ne marchera pas. Un jour un homme se projètera avec moi, aura des sentiments pour moi, se souciera de moi autant voire plus que mes amis, cet homme sera mon ami, mon amant, mon confident, mon amoureux. Tout sera simple car on sera deux à vouloir les mêmes choses et à avancer ensemble. Pour le moment ce n’est qu’une pensée, un espoir que j’espère toucher.

20140303-234016.jpg
Je me sens bien dans ma peau, j’aime ce corps qui est le mien, je m’assume en tant que femme indépendante, j’ai un caractère entier qui plait ou pas mais je ne changerais pas pour plaire, je plais comme ça en étant moi. Quand je vois mes amies célibataires qui sont tout simplement des filles géniales je me demande pourquoi elles sont seules même si elles le vivent bien et l’assument. Parfois je me dis que c’est injuste. Qu’on mérite un homme dans notre vie qu’on rendra heureux. Et puis un jour une rencontre peut se produire et là je me dis que si on vit notre vie à fond on ne peut qu’aboutir à nos rêves. Parfois je doute que l’amour soit pour moi, mais qui vivra verra. Ce n’est pas facile mais ça vaut le coup je pense d’être patiente et peut être un jour l’homme sera derrière ma porte, derrière un sms, derrière ce sourire ou ces beaux yeux… Je ne sais pas où la route va me mener mais je verrais bien :)

La complexité de l’amitié

we-heart-it

we-heart-it

L’amitié c’est beau. C’est simple. Parfois. Car parfois c’est compliqué. Complexe. C’est tellement fort, entier, vrai, réel, honnête que parfois ça déborde, le trop plein fait qu’on ne se comprend plus, qu’on craque… Et après ça revient. Et ça repart comme avant. Plus enrichi de l’autre, mieux compris, plus aimé, respecté. C’est comme l’océan et ses marées. Les vagues sont plus ou moins hautes, fortes, destructrices, enrichissantes, surprenantes… Et elles partent. Se retirent. Redeviennent calmes, douces, tranquilles…

L’amitié c’est du partage, du rire enfin DES rires, des larmes, de la colère, de l’amour, des confidences, du soutien, de la présence, de l’honnêteté, de la pudeur et de l’impudeur aussi, de l’écoute, des bavardages, nombreux et animés. L’amitié c’est de la compréhension, de l’incompréhension, des coups de pied au cul, de l’attente, de la patience, de la passion, de l’entraide. L’amitié c’est entre filles, enfants, ados, adultes, entre hommes et femmes, entre hommes. L’amitié c’est inconditionnel, fort, puissant, timide. C’est naturel, difficile, simple, facile, sans questions et parfois sans réponses. L’amitié c’est la vie. Des hauts et des bas. Des arrivées et des départs. On y gagne. Et parfois on perd. Mais l’amitié c’est un ciment. Elle nous lie aux autres. A nous.

we heart itDes ami(e)s j’en ai. Ils/elles se comptent sur les doigts de mes 2 mains. Des vrai(e)s. Des entier(e)s. J’ai cet honneur. Je les aime. Tous. Qu’ils me fassent rire, pleurer, sourire, me poussent dans mes retranchements, me mettent hors de moi. J’espère qu’ils m’aiment aussi. Au moins un peu. Avec eux je suis moi. Juste moi. Parfois c’est facile pour eux. Parfois non. Je suis complexe. Compliquée. Grise. De différentes teintes. Pas facile à suivre. Agaçante, frustrante, décevante, drôle, souriante, bavarde, parfois un peu folle, complexée, amoureuse, pleureuse. Je suis entière, franche, honnête, dure. Mais c’est moi.

Ma plus vieille amie est dans ma vie depuis près de 25 ans. D’autres depuis quelques mois. Certaines depuis 5 ans, 10 ans. Ils et elles sont artistes, épicuriens, fous, posés et réfléchis, petits et grands, d’origines culturelles variées. Loin de moi géographiquement pour certaines. Proche de moi pour les autres. Nos rencontres sont à nous, juste à nous. L’amitié c’est la diversité, culturelle, intellectuelle, familiale, amoureuse. L’amitié c’est simple, tout coule de source. une intonation de voix, un regard et on comprend. On sait. Et parfois on ne sait pas. On doute. On force. On critique. On essaie. On se trompe. Et on apprend. Et on pardonne. Et on aime. Car jamais on ne cesse d’aimer nos amis. Les miens en tout cas. Parfois je me trompe. Et il y a rupture. Mais ça laisse la place à d’autres. L’amitié ça va, ça vient, mais c’est rare. L’amitié ça reste. Chez moi en tout cas c’est comme ça que ça marche. Mes amis, je les aime. Même si parfois ils m’agacent prodigieusement. Ils sont eux, différents. Compliqués. Mais enrichissants.

Partir en vacances entre amis ça doit vraiment être sympa

Je me demandais, enfin je demande à vous. C’est un constat : jamais je ne suis partie en vacances avec des amis. C’est pourtant pas fautes de l’avoir voulu mais on ne fait pas toujours ce qu’on voudrait :) J’ai réalisé ça hier soir et j’envie ceux qui ont la chance de vivre ça ! Se remémorer des souvenirs de vacances lors de soirées je n’ai jamais connu. Je le vis en tant que spectatrice, je souris aux bribes de souvenirs, des histoires racontées en me disant que moi mes vacances je ne peux les partager avec personne, alors bien sûr je les raconte mais mes souvenirs il n’y a que moi qui les ai, je n’ai pas d’anecdotes à partager avec mes amis… Alors je souris de voir les gens sourire, rire aux éclats de leurs exploits en vacances !!

Alors bien sur je suis déjà partie en vacances mais avant c’était avec ma famille, ce que j’aimais car on a beaucoup bougé en France et à l’étranger, puis j’ai commencé ma vie active et n’avait pas de vacances… ou bien mes amies avaient déjà eu les leurs, ou étaient déjà parties… Alors par contre je suis déjà partie en vacances avec un de mes ex mais bon même si c’était sympa dans mon souvenir c’était pas non plus à marquer dans les annales ! Je l’ai fait 1 fois seulement c’était suffisant. Mais partir avec ma meilleure amie par exemple, avec mon groupe de potes sur juste un week end ou carrément 1 semaine, ça serait tellement bien… Mais désormais c’est toujours un peu plus compliqué une fois adulte, on a grandit, on a nos vies dans des villes différentes et il nous est parfois difficile de faire coïncider nos emplois du temps…

Mes dernières vacances étaient l’an dernier quand je suis partie seule à Barcelone et au club Med à Otranto. J’y ai rencontreé des gens super avec qui je peux me remémorer cette période :) Mais voilà à 30 ans, je ne connais pas l’excitation de préparer son voyage avec mes amis, de regarder les brochures, voir où partir, quand, poser ses vacances et s’envoyer un mail en se disant c’est ok, let’s go !!!! Je ne connais pas ces petites joies de la préparation des vacances, qui part, qu’est ce qu’on va faire, quand prendre les billets d’avion, réserver, faire sa valise en se textotant de ce qu’on emmène comme fringues (typiquement un truc de gonzesse ça :) ), et l’énervement positif du départ quand tu te retrouves à l’aéroport ou quand tu rejoins tout le groupe pour partir… Ça me fait rêver tout ça :) Parfois je me dis que c’est peut être moi qui n’ai pas su saisir l’occasion quand elle s’est présentée, faut pas croire j’étais un peu "boulet" étant ado, et jeune adulte… j’ai commencé à m’éclater vraiment dans ma vie vers mes 22/25 ans c’est vous dire…

N’allez pas croire que je regrette les vacances que j’ai pu vivre; mais disons qu’en vieillissant je me rends compte de choses que j’ai pu manquées, que je n’ai pas eu l’occasion de vivre et je suis un peu triste d’avoir manqué ces petites choses qui font mes expériences de ma vie d’adulte… C’est la vie aussi, les évènements, les occasions qui font que je n’ai pas eu l’occasion de vivre ces expériences mais bon je n’ai que 30 ans j’ai encore le temps de vivre ça :) J’ai même hâte de le vivre que ça soit l’an prochain, dans 5 ans ou dans 10 ans, c’est en tête de ma liste des choses à faire…

Et vous déjà vécu ce genre d’expériences ?