Moi et pas une autre

20140331-225607.jpg

Je suis moi. Pas une autre. Je suis la bavarde qui remplit les oreilles, je suis celle qui a un iPhone greffé dans la main et qui répond aux sms dans la seconde normalement. Je suis celle qui sera présente, peut être trop parfois. Je suis celle qui écoute, qui conseille, qui encourage. Je suis l’amie sur laquelle on peut compter. Je suis celle qui sourit autant que possible, mais je suis aussi celle qui pleure. Celle qui craque, celle dont les barrières vont tomber à cause du trop plein. Je suis celle qui tente de se protéger mais qui veut vivre pleinement, je suis celle qui n’a aucun regrets juste celui de ne pas assez ouvrir les yeux peut être. Je ne suis pas wonder woman, je ne suis pas parfaite car c’est trop ennuyeux, je suis trop entière mais je suis moi. Je suis celle qui donne et celle qui reçoit, mais parfois pas autant que je le voudrais.
Je ne suis pas l’ex. Je ne suis pas celle qui cherchera à leur ressembler pour être aimée. Je ne suis pas celle qu’on imagine dans les rêves les plus fous. Je ne ressemble à personne d’autre. On ne me compare pas aux autres. Je ne suis pas celle qu’on aime parce que je ne suis pas comme l’autre. Je suis celle qu’on aimera pour ce que je suis. Je ne suis pas celle qui hoche la tête pour faire plaisir, je ne le suis plus. Je suis celle qui essaie d’être courageuse mais qui ne l’est pas encore vraiment. Je ne suis pas l’amoureuse toujours disponible pour l’autre, je ne suis pas la même amoureuse que l’autre, je suis moi, pas un contraire, ni un opposé. Je suis différente, je suis juste moi. Je suis telle que je me construis, je suis différente de celle que je serais demain, je ne suis pas la même qu’hier… Je ne suis pas l’amoureuse, je ne suis pas l’amante, mais ça changera peut être demain, ou après demain. Je suis celle qui vit, qui réfléchit, qui pense, échafaude, se torture, doute mais qui se sent vivante malgré tout. Je suis celle qui sait ce qu’elle vaut, qui sait ce qu’elle mérite, et qui a confiance en elle. Je suis celle qui est chanceuse d’avoir les amies que j’ai, et moi je suis l’amie, la fidèle, l’honnête autant que possible, celle sur qui on peut compter. je suis la célibataire qui écrit ses petites aventures sur la toile. Je suis celle qui avance, fait son bout de chemin, qui tente l’aventure de l’écriture, des challenges sportifs. Je suis celle qui a des doutes sur l’amour mais qui se fera encore piégée. Je ne suis personne d’autre que moi. Et c’est déjà pas mal…

Ce sentiment inexplicable…

20140310-224354.jpg

Que l’on ressent lorsqu’une musique nous transporte est étrange vous ne trouvez pas ? Pourquoi cette musique va me rendre mélancolique, triste, sereine, heureuse, en paix avec moi même ? Pourquoi ce morceau plutôt qu’un autre va me faire vibrer, sourire, me faire du bien ? Est ce la voix ? La mélodie ou les paroles ? Pourquoi ce titre va me parler et faire ressortir certaines émotions ? C’est différent selon les personnes, il n’y a pas de règles… Pourquoi ressentons nous parfois le besoin de nous réfugier dans cette atmosphère, de nous évader du quotidien, du bruit ambiant, besoin de nous retrouver dans cette bulle où on laisse libre cours à nos émotions…
Ce sentiment dû à la musique peut être transposé sur les gens de notre entourage aussi. Pourquoi lui et pas un autre ? Pourquoi cette fille ci et pas sa voisine ? Pourquoi cet homme me plait autant ? Le physiologique, les odeurs, le ressenti dû à l’alchimie particulière entre les deux personnes rentrent en ligne de compte en partie mais pour le reste ? Pourquoi j’ai choisi cette amie en particulier, pourquoi nous sommes nous choisies ? Qu’est ce qui fait qu’on s’entende aussi bien ? Pourquoi suis je autant à l’aise avec cette homme et pas avec les précédents ? Qu’est ce qui explique nos choix, les bons comme les mauvais ? On ignore pourquoi cette personne ci va nous plaire… C’est comme ça il n’y a pas vraiment d’explications… Dans le choix de nos amoureux, nos amies, on évolue au fil des années, on saura se tourner inconsciemment vers ceux qui nous font du bien… Plus je vieillis et mieux je m’entoure. J’apprends de mes erreurs, des autres aussi. J’ignore pourquoi cette personne me fera autant de bien, peut être est ce dû à son écoute, sa présence, nos fous rires, les aventures et les défis personnels qu’on se lance, peut être est ce dû au fait de ne pas réfléchir, de vivre tout simplement.

20140310-224512.jpg
J’ignore pourquoi tel morceau me fera pleurer ou rire, me rendra heureuse ou mélancolique, me donnera confiance… Je sais juste ce que ça m’apporte et je ne cherche pas d’explications. C’est comme une sortie de secours, en cas de besoin, je sais quoi écouter, qui textoter… Toutes ces personnes qui me font du bien un petit peu chaque jour, je les ai choisis, parce que la vie, le hasard les a placés sur ma route et parce qu’ils sont qui ils sont : eux mêmes. Parfois il n’y a pas d’explications, on ne peut pas expliquer pourquoi on s’entend mieux avec cette fille, pourquoi nos amies changent, pourquoi on évolue, pourquoi c’est cet homme qu’on aime et pas le voisin, pourquoi on n’aime plus… À quoi bon vouloir savoir ? Pourquoi se justifier de ce qu’on ressent ? On le ressent c’est bien tout ce qui compte non ?

20140310-224407.jpg

Je suis une fille 2.0

20131208-195128.jpg

Ce n’est pas moi qui l’ai dit mais c’est Giulia, l’animatrice radio de Point G comme Giulia, émission dont je vous ai déjà parlé ici. J’appelais pour parler de l’amitié 2.0, sujet que je connais bien vu que la plupart de mes amis parisiens je les ai rencontrés via le web. Giulia m’a présentée à l’invité en disant que j’étais une des poingistes la plus 2.0 qu’elle connaissait : entre mon blog, mon fb personnel, mon fb en tant que blogueuse et Twitter on peut dire que oui le 2.0 et moi on est bons potes.
Être une fille 2.0 c’est être connecté le plus souvent possible pour papoter, parler de tout et de rien, prendre des nouvelles, discuter avec les copains et copines runneurs, discuter avec tout ceux avec qui on partage les mêmes avis, opinions, goûts, passions… Écrire des articles me prend du temps effectivement, mais ce temps je le prends car écrire me plait, j’écris pour me faire plaisir et échanger avec mes lecteurs. Et pour mon bébé blog de bientôt 3 ans j’ai toujours du temps. Quand je n’écris pas je lis les copines et commente autant que possible. Grâce à mon blog, j’ai créé un compte Twitter et j’adore. Bon ok 140 caractères quand on est MissBavarde ce n’est pas simple je dois condenser mes propos et ça me demande un certain effort. Effort récompensé quand je vois les nombreuses discussions que j’ai sur la toile : échanges avec la bande de runneurs, tous plus adorables les uns que les autres et des runneurs sacrément doués, ce n’est pas des jambes qu’ils ont mais des ailes, j’essaie autant que possible d’échanger avec le plus de monde de mes followers… car chaque échange est intéressant, les avis divergent, les soirées s’organisent, des affinités se créent et je peux parler de ce qui me plait et interagir.

20131208-195040.jpg
Certains auront envie de dire que le 2.0 c’est bien mais le réel c’est mieux. Je ne dirais pas le contraire car sachez que la plupart de ceux avec qui je discute via le blog ou Twitter je les ai rencontrés, je les connais de visu et ils sont tels que je les imagine. Certains sont devenus des amis, des personnes proches de moi et depuis que je suis sur twitter les rencontres ne font que se multiplier et ça c’est génial. Pourquoi ne pas rencontrer ses amis via le web quand on utilise ce même réseau pour rencontrer l’âme sœur ? Bien sur les amitiés ne fonctionnent pas toujours, comme les histoires d’amour mais on ne va pas s’arrêter à une personne… C’est la vie, qu’elle soit 2.0 ou pas. J’aime cette idée que chaque jour une nouvelle personne peut rentrer dans ma vie, je ne me demande pas pour combien de temps car je m’en fiche, je profite juste de la présence de l’autre et de nos échanges. On pourrait croire que le 2.0 éloigne les gens, que le réel n’existe plus mais je pense au contraire que ça rapproche les gens car même si on discute à travers les réseaux sociaux, nous sommes des gens réels et vrais et nous pouvons dire ce qu’on pense sans peur du jugement car on ne nous connaît pas depuis des années et les à priori n’existent pas. Avoir un blog et échanger sur le célibat quand on est trentenaire m’a fait comprendre que je n’étais pas la seule dans ce bateau, que d’autres (hommes et femmes) avaient les mêmes interrogations que moi, échanger sur le running avec des passionnés (pour certains le mot est faible) me booste et me motive et chaque semaine je les retrouve pour un run tranquille et sympa. Le 2.0 a élargi mon cercle de connaissances, je pars en vacances désormais avec une super amie rencontrée via nos blogs et il a rendu ma vie parisienne beaucoup plus riche, intéressante et passionnante. Donc oui le 2.0 c’est le top, peut être même qu’il m’apportera l’Homme qui sait :) Ce que je sais c’est que je n’en ai pas fini avec mes blablas ici et sur Twitter et que j’ai hâte de faire d’autres rencontres et d’approfondir celles que j’ai déjà.

Faire des rencontres en réel ce n’est pas qu’un mythe !

@moodjo

@moodjo

Quand on voit ce bel inconnu à côté de nous dans le métro, ou attablé à côté de nous dans notre bar préféré, on ressent l’envie au fond de nous de lui parler mais on ose pas. Quand on trouve dans une soirée que ces filles ont l’air bien sympas, que ces mecs sont pas mal on aimerait bien faire partie de leur cercle d’amis et partager un verre avec eux, mais on ose pas les aborder. Quand on veut rencontrer de nouvelles têtes pour élargir notre cercle d’amis, on ne sait pas comment faire. Pourquoi ? Peut être la peur du ridicule, peur du râteau qu’on pourrait se prendre, peur des moqueries des copines de nous être lancées et d’avoir échouer ? Pourquoi est ce si difficile d’aborder cette fille ou cet homme qui nous plait ou d’aller aborder un groupe de personnes avec qui on aurait des points communs ? Pourquoi est ce si dur de rencontrer du monde en dehors de notre cercle d’amis habituel ? Parce que notre société est remplie d’individualistes, qu’on est formaté par elle et parler à n’importe n’est pas chose aisée. On croit toutes que c’est facile pour le mec de venir nous draguer alors que quand on y réfléchit, aller parler à la fille qui lui plait sachant qu’elle est entourée de ses copines (je suis sûre que vous voyez le tableau) demande beaucoup de courage mais nous les filles c’est ce qu’on leur demande. On est exigeantes il faut le reconnaître mais on aimerait bien avoir ce courage au fond, oser aborder cet inconnu plutôt mignon, ou tout simplement faire des rencontres amicales ! On veut le faire mais comment ?

@moodjo

@moodjo

Et bien figurez vous que 2 potes de lycée, Sébastien et Olivier, parisiens, trentenaires dynamiques et passionnés ont pensé à ça. Ils ont réfléchi à la question lors d’une soirée entre amis et se sont demandés comment faire pour que leurs amis fassent des rencontres plus facilement ! Par quel moyen pouvaient ils faciliter les rencontres ? Ils savaient qu’ils tenaient là les prémices de la bonne idée. Après un tour du monde pour l’un et un déménagement pour l’autre, leur bébé voyait le jour. Moodjo était né. Moodjo (prononcez "moudjo") est une application gratuite sur smartphone qui est un mix entre le réseau social et une appli dating. Il est bien connu que lors de soirées, tu vas parler aux amis de tes amis car vous avez un lien en commun. Au même endroit, différents cercles de personnes se retrouvent donc et des discussions s’engagent et des affinités se créent. Et bien Moodjo c’est ça : un facilitateur de rencontres en réel, tu rejoins les cercles que tu aimes (ça va des lieux comme le cinéma, les bars, restaurants, ta ville ou bien ton boulot, ta ligne de métro, la musique que tu écoutes etc.) et quand tu sors tu fais un Check in qui te permettra de voir si d’autres personnes dont tes amis appartenant aux mêmes cercles que toi sont eux aussi dans les parages. Et là tu agis, tu prends ton courage a deux mains et tu tagues (en gros c’est comme si tu tapais sur l’épaule de ton voisin) ceux ou celles qui te semblent sympa, en adéquation avec toi selon leur profil. Si eux même t’ont repéré et tagué tu peux leur parler directement et briser la glace et donc faire connaissance :) C’est aussi facile que ça. Le profil de chaque utilisateur est succinct (prénom, âge, boulot…) parce que franchement qu’est ce qu’on s’en fout de leur CV et de savoir s’ils préfèrent le poulet avec des frites ou des haricots !! Que ça soit pour rencontrer des gens sympas et nouveaux pour aller boire un verre ou rencontrer pourquoi pas ton futur chéri Moodjo est fait pour toi. Tu peux faire le premier pas sans peur, si tu tagues et que tu ne veux pas te dévoiler par timidité l’autre ne saura jamais qui tu es :) si c’est pas bien pensé ça !!

@moodjo

@moodjo

Moodjo compte actuellement 8000 utilisateurs et alors la super nouvelle qui ravira tout le monde est que la parité est parfaite. Et oui il y autant d’hommes que de femmes :) Moodjo étant lancée depuis le mois de février seulement c’est un beau démarrage mais plus on est de fous plus on rit n’est ce pas ? Alors pour rigoler et faire connaissance tous ensemble Moodjo se télécharge ICI gratuitement pour la version Apple et une version Androïd est également téléchargeable ! Moodjo fait aussi ta connaissance sur Twitter et sur Facebook. Et il y a même un site pour répondre à tes questions avant même que tu te les poses :) Alors pour faire des rencontres sympa, et en réel sans avoir besoin d’un écran d’ordinateur tu as toutes les cartes en main. Soyons des Moodjo girls & guys et faisons tous connaissance les uns avec les autres car la vie et la réalité, il n’y a que ça de vrai.

L’homme de la blogueuse

20130706-225534.jpg
Il y a quelques semaines se tenait à Paris un sommet de blogueuses. Certaines de Paris, d’autres d’un ailleurs pas si loin. Et qui dit blogueuses, qui plus est célibataires, forcément ça parle de l’Homme. Oui celui avec un grand H. Celui dont on rêve toutes. Et quand j’y réfléchis, sache jeune homme qu’être l’Homme d’une blogueuse n’est pas chose aisée. Nous ne sommes pas qu’une fille comme les autres. On est blogueuses. Alors si on le décide on va parler de toi c’est obligé.

Comme je suis plutôt sympa, je vais te donner 2/3 pistes pour réussir haut la main le test du rencard si déjà tu arrives à en choper un. L’Homme de la blogueuse doit réunir plus d’une qualité hélas. Et oui je sais c’est pas facile à entendre mais tu sais mon petit, la vie c’est pas facile. Tu n’es pas encore notre compagnon de route que déjà tu t’imagines qu’on t’aime, qu’on parle de toi aux copines sans arrêt et qu’on rêve de toi avec les yeux qui pétillent bla bla bla bla !?! Eh oh faut pas pousser hein tu crois qu’on bave sur toi sans même te connaitre ?!! Alors sache que notre Homme n’est pas du genre à être trop fier de lui. Il doit bien sûr, être pour nous beau, sexy, intelligent, drôle et attentionné. Il sait ce qu’il veut, ne tourne pas autour du pot sans arrêt et ose dire ce qu’il ressent parce que oui, on aime savoir ce que ton cœur ressent pour nous. Et si par malheur tu ne devais rien ressentir, dis le aussi ça nous évitera de nous faire de fausses idées et la claque sera moins rude.

20130706-225516.jpg
Notre Homme, enfin le mien en tout cas, sera sportif, pas le sportif drogué aux machines de muscu hein mais du style à faire quelques footing de temps en temps par exemple. Notre Homme, enfin le mien (oui c’est mon blog autant que je parle de ce que j’aime ^^) me préparera le petit dej de temps en temps, sera présent quand j’en aurais besoin, m’acceptera comme je suis (ça va du caractère un peu de merde, au fait d’être quelque peu dépendante mais je me soigne, en passant par l’acceptation du chat et en acceptant d’entendre souvent parler des copines…entre autre). Il n’essaiera pas de me changer et fera en sorte que tout soit naturel et simple avec lui. Et quand j’aurais des prises de tête ridicules, j’aimerais bien lui en parler. Et quand il aura envie de me dire merde qu’il le fasse :) Pour plus d’infos je te dirais ça plus tard. Ah et j’ai oublié 2 trucs super importants, il va falloir accepter qu’on soit souvent sur notre tablette ou téléphone pour instagramer, facebooker, Twitter, mailer, commenter et envoyer un SMS aux copines en disant que tu es trop mignon… Et que tu aies des potes célibataires aussi pour mes copines :) Bref ça sera pas facile facile mais tu verras ça vaut le coup :)

Testeuse de site

20130308-191400.jpg

En tant que nana qui parle de sa vie, expériences amoureuses… sur son blog je suis susceptible d’être contactée par des fondateurs de sites internet comme beaucoup d’entre nous au final. Et il y a quelques mois de ça j’ai été contactée par 2 fondateurs de 2 sites différents : voyons-nous et funster.

Les 2 sites fonctionnent de façon différente mais le but reste la rencontre. L’un table plus sur la rencontre amoureuse et l’autre plus sur la rencontre en général et laisse la part belle au hasard. J’ai testé les 2. Alors certains vont me dire pourquoi tu testes des sites de rencontres vu que tu ne veux plus y aller et l’écrit noir sur blanc ? Ce a quoi je répondrais que je teste ce que je trouve intéressant et qui me permet de rencontrer de nouvelles têtes et vu qu’actuellement c’est ce que je recherche autant utiliser les moyens mis a ma disposition non ?

Alors le site voyons-nous lui est axé sur la rencontre amoureuse. Pour le moment il ne fonctionne que sur Paris. Le principe est le suivant : on s’inscrit homme et femme, on remplit nos critères, ce qu’on aime, déteste, ce qu’on attend de notre relation et de l’homme/femme avec qui on veut partager notre vie. L’originalité est que l’on ne voit pas les autres inscrits sur le site. On propose donc une sortie qui va d’une exposition, d’un théâtre, cinéma, resto, sortie sportive… Notre proposition est envoyée ensuite aux inscrits susceptibles de nous plaire et qui correspondent a notre recherche. Ils reçoivent la proposition par mail et mon profil et choisissent de m’accompagner ou pas. Une fois reçu ceux qui veulent m’accompagner je choisis celui qui me plait et avec qui je suis censée m’entendre. On ne discute pas du tout par mail comme sur les autres sites, ou alors juste pour pouvoir s’organiser pour le rendez vous lorsque celui ci est validé. Pour le reste ça ne regarde que les 2 participants. Moi j’ai rencontré un mec sympa, on a passé une bonne soirée et même si il n’y a pas eu de coup de cœur le principal est d’avoir rencontré quelqu’un de sympa, que j’aurais plaisir à revoir.

20130308-191446.jpg

Le site suivant est funsterclub. Lui se positionne comme un club social et fonctionne pour le moment sur Paris. Le concept est très original et assez novateur. Le principe est qu’on envoie sa candidature au site en se connectant via son Facebook. La team funster regarde notre profil et valide ou pas notre inscription. Une fois accepté on choisit une date via le site et ensuite on invite 2 copines avec nous. Et oui c’est le principe aller à une soirée dans un bar avec 2 copines, ça casse le truc du rencard et on se sent plus à l’aise avec ses copines. Et pour le gars c’est pareil il vient accompagné de 2 de ses potes. Personne ne sait qui il retrouve c’est la surprise, on a juste le nom du bar et l’heure. La personne inscrite paie la 1ère tournée pour elle et ses copines. Les gars sont matchés selon le profil de la fille et inversement. Le site via un algorithme se base sur les intérêts, le job, le profil, l’âge de la personne pour choisir l’autre. Le côté surprise est vraiment fun c’est un peu comme si vous étiez dans un bar avec vos copines et n’osez pas aborder les mecs à côté de vous alors que vous en mourrez d’envie. Via funster pas le choix vous devez être ouverts à la rencontre et parlez aux 3 mecs qui vous ont rejoint. Je l’ai testé avec 2 copines dont Trois fois rien, blogueuse talentueuse, et on a passé une très bonne soirée. Pas de coup de cœur mais une soirée sympa, originale avec des gars cool, légèrement plus jeunes que nous mais pas grave. Le but était de passer une soirée sympa et ce fut le cas. Le concept est original et drôle, je vous encourage à essayer et ça permet de voir de nouvelles têtes et de travailler parfois sur notre côté timide !

Comme d’habitude chacun fait ce qu’il veut, allez voir les sites et voyez si ça vous tente mais l’un comme l’autre change des sites comme Meetic ou Adopte un mec. Et ça fait du bien. Et juste pour info ces posts viennent de moi, de mon avis personnel et n’ont pas du tout été demande par les sites dont je viens de parler.

La vie et ses rencontres c’est un sacré bordel…

we heart it -tumblr

we heart it -tumblr

La vie s’écoule doucement et parfois de façon agitée. Et dans notre vie, les gens vont et viennent… Certains restent, un peu, longtemps, à jamais, et d’autres disparaissent. Ils disparaissent de nos vies soit parce que la vie s’en est mêlée, soit par choix… Une dispute, une distance, de la mésentente ou une évolution de vie font que l’on se détache petit à petit… Parfois ça peine, parfois seulement…

Certaines personnes ont une place dans notre vie sur le long terme au point d’avoir une place privilégiée dans notre développement social, amical, personnel et d’autres font un passage éphémère et laisse une petite trace dans leur sillage qui s’estompera au fur et à mesure. Je me dis que la vie (enfin la mienne en tout cas) c’est un sacré bordel de rencontres, de gens croisés juste pour une soirée, de paroles et de sourires échangés à de parfaits inconnus jamais recroisés, de regards, de paroles, de discussions avec des inconnus qui ne le deviendront plus… Bordel réel ou en 2.0. Et depuis que je suis blogueuse et que je vis à Paris, le nombre des rencontres a très fortement augmenté. Des bonnes et des moins bonnes mais ça, parfois, on n’y peut pas grand chose. Et ce bordel est très souvent plein de rires, de petits bonheurs appréciés, de joie et de partage. Mais parfois dans ce gros bordel, ça déraille.

we heart it - tumblr

we heart it – tumblr

La vie ça nous bouscule, ça nous oblige à faire des choix, faire du tri, à prendre des décisions et avancer tant bien que mal en choisissant ceux qui nous entourent, nous soutiennent, nous enrichissent. Nos amis on les choisit et ils nous choisissent. En vieillissant je deviens égoïste, j’ai pris cette décision l’an dernier et depuis j’essaie de penser à moi, me faire plaisir sans oublier ceux qui me sont chers et prendre le temps de profiter d’eux, des rencontres que la vie occasionne, profiter du hasard… Je ne veux plus subir la présence de ceux qui me critiquent, me testent, veulent me changer, me font de la peine alors je prends mes distances, en me demandant quand est ce que ça a déraillé. Je suis fatiguée de toujours vouloir arranger, discuter, négocier, parlementer, comprendre, me remettre en questions constamment pour que mes relations amicales, amoureuses tiennent bon la route… J’ai souvent l’impression d’être la seule à vouloir arranger un peu tout ça. Et ça me prend la tête ! Je ne dis pas que je suis facile comme amie, comme amoureuse, mais j’ai le mérite de dire ce que je pense et de répondre présente, je n’essaie pas de changer les autres, je les aime comme ils sont, je les écoute et essaie d’être celle sur qui on peut compter. Je ne suis pas wonderwoman et je n’essaie pas de l’être.

Toutes ces rencontres c’est un gros bordel. Mais un joyeux bordel en général. Un bordel qui est sans cesse en mouvement, qui parfois s’agite et se calme… et roule doucement, suit son bonhomme de chemin. Et mon bordel de rencontres va parfois prendre une personne qui m’attendait sur le côté de ma route. Soit elle reste, soit elle vient et s’en va. Les hommes que j’ai fréquentés ont fait partie de ma vie, en font encore partie d’une certaine façon car c’est grâce à eux que je me construis, que j’évolue, que je sais ce que je recherche et ce que je veux abandonner, mais ils ont disparu de mon entourage pour mon bien. C’est aussi le cas d’ami(e)s, ils débarquent sans crier gare, certains s’installent, un temps et prennent une place importante, d’autres ont élu domicile dans mon joyeux bordel depuis des années et sont importants dans le bon déroulement de mon épanouissement personnel, ils sont là à chaque instant. D’autres sont arrivés, puis sont partis, par décision personnelle, ou par leur propre choix, ou tout simplement parce que la vie a décidé que l’on avait fait le tour. Je prends ce que j’ai à prendre. Je prends ce qu’on me donne. La vie est trop rapide, houleuse, courte pour ne pas prendre chaque moment qu’une personne me donne en un moment précis. Mon bordel est riche, entier, vrai, honnête… il évolue chaque jour, ce soir il va évoluer par un nouvel arrivant même éphémère … et la semaine prochaine d’autres éléments vont l’enrichir… Pour un temps ou pour la vie. Je l’ignore alors je profite. La seule chose que je sais sur mon bordel de rencontres, c’est que la base, forte et puissante est là et si je dois me séparer de quelques uns pour être pleinement heureuse, je le ferais même si c’est difficile à comprendre. Mon petit bordel de rencontres qui rythme ma vie sociale ne demande qu’à être enrichi et à grossir, grossir, et me remplir de petits bonheurs, d’instants furtifs et précieux. Et pour ça je ferais tout ce que je peux pour le vivre.

Ma vie est un cliché et j’aime ça

We_Heart_ItPour certains je suis une jeune femme qui ressemble a un cliché : trentenaire, célibataire avec un chat et des amies célibataires autour d’elle et d’autres en couple! Un peu la Carrie Bradshaw sans les pompes, les fringues de luxe et New York :) Mais c’est pas totalement faux, de loin je peux être assimilée à un cliché :) et j’aime ça, ça vous en bouche un coin n’est ce pas? Pour d’autres je suis une jeune femme comme il en existe beaucoup et qui se moquent des clichés !

Pour certains donc je suis un cliché, pour la société aussi sûrement et alors? Voilà comment je me vois moi : un joli petit cliché sympathique qui bouleverse parfois l’image que les autres ont d’elle. Je suis célibataire et désolée pour vous je ne m’envoie pas en l’air tous les 4 matins et quand je sors on ne me drague pas et je ne drague pas non plus! Et franchement on s’en fout ! C’est pas grave, ce n’est pas un but en soi et ma vie n’est pas si triste et pathétique comme beaucoup peuvent le croire quand ils croisent une célibataire longue durée qui couche pas pendant des lustres et qui en plus a un chat ;) La célibataire cliché a automatiquement un sex friend sinon de quoi elle parlerait avec ses copines lors de soirées filles ? Si elle n’a pas de mec à fréquenter elle peut pas l’ouvrir elle y connaît rien non? Et bien j’en ai pas ! Comme c’est ballot par contre j’ai quand même toujours un avis sur la question :) Mais j’ai fait l’expérience des sex friends pendant plus d’une année et j’ai décidé que ça ne m’apportait rien… Du moins j’avais fait le tour (non pas des mecs célibataires de Paris hein) mais de mon expérience, et je savais enfin ce que je voulais !
La fille célibataire a toujours des amies en couple ! La j’avoue c’est le cas et même que ma chérie elle va se marier cet été et que ça me fait tout bizarre mais il y a aussi les autres super copines qui sont célibataires avec qui je peux parler rencontres, mecs, histoires de couple… pendant des heures au téléphone ! Car on a beau dire entre célibataires on se comprend !

1452187767La fille célibataire, pour être un beau cliché (fun, dans l’air du temps, qui la rend attachante) doit avoir un animal de compagnie :) Moi j’ai choisi le chat, le chien c’est moins tendance sauf si on aime se promener avec son Chihuahua dans son sac comme Paris Hilton ou qu’on s’appelle comme une ville ! La femme cliché parle de son chat autant que les mamans parlent de leurs enfants en exhibant des photos évidemment ! Je le fais, je suis fière de ma boule de poils, elle est belle, assez sage, pose bien sur les photos, me fait plein de câlins et me fait rire ! Pourquoi j’en parlerais pas hein ? Parce que c’est un animal et que certains trouvent ça pathétique? Et alors ? Si je devais parler seulement de ce qui intéresse les gens ou de ce qui fait croire que j´en ai dans le cerveau je dirais pas grand chose de mes journées et ça serait dommage non?

Quand on est un cliché on se doit d’aimer les fringues et les chaussures… J’aime ça enfin surtout les jeans j’en fait une collection et il m’en manque toujours plein. Hélas j’avoue que mon compte en banque parfois m’empêche d’être complètement cliché ! Ça me fend le cœur si vous saviez :) En tant que célibataire, trentenaire qui ne couche pas rappelons le, je me dois de critiquer les hommes, les détester pour ne pas m’aimer et les mettre dans le même panier ! Hélas je ne pense plus comme ça quel dommage, je casse ma réputation là! Je ne dis pas que je n’ai pas pensé ça durant un moment mais ça remonte à loin désormais :) Au final les hommes ils sont comme nous, une fois que tu sais ça tes rencontres masculines changeront des précédentes !

Tout ceci est bien sur des exemples de ce que j’ai pu moi même penser étant plus jeune (hélas), de ce que beaucoup pense des jeunes femmes trentenaires et célibataires !! D’où viennent toutes ces idées tordues je l’ignore mais elles ont la vie dure ! Le mieux est à mon sens d’assumer et d’en rire car certains clichés sont vrais et agréables à vivre. Je suis un cliché a ma façon, je suis mon propre cliché, pas celui des autres, le mien et certains clichés peuvent être magnifiques! J’en ai vécu plein quand je vivais près de l’océan, c’est un lieu idéal pour ça mais mon plus beau cliché reste celui vécu ici à Paris :)

La complexité de l’amitié

we-heart-it

we-heart-it

L’amitié c’est beau. C’est simple. Parfois. Car parfois c’est compliqué. Complexe. C’est tellement fort, entier, vrai, réel, honnête que parfois ça déborde, le trop plein fait qu’on ne se comprend plus, qu’on craque… Et après ça revient. Et ça repart comme avant. Plus enrichi de l’autre, mieux compris, plus aimé, respecté. C’est comme l’océan et ses marées. Les vagues sont plus ou moins hautes, fortes, destructrices, enrichissantes, surprenantes… Et elles partent. Se retirent. Redeviennent calmes, douces, tranquilles…

L’amitié c’est du partage, du rire enfin DES rires, des larmes, de la colère, de l’amour, des confidences, du soutien, de la présence, de l’honnêteté, de la pudeur et de l’impudeur aussi, de l’écoute, des bavardages, nombreux et animés. L’amitié c’est de la compréhension, de l’incompréhension, des coups de pied au cul, de l’attente, de la patience, de la passion, de l’entraide. L’amitié c’est entre filles, enfants, ados, adultes, entre hommes et femmes, entre hommes. L’amitié c’est inconditionnel, fort, puissant, timide. C’est naturel, difficile, simple, facile, sans questions et parfois sans réponses. L’amitié c’est la vie. Des hauts et des bas. Des arrivées et des départs. On y gagne. Et parfois on perd. Mais l’amitié c’est un ciment. Elle nous lie aux autres. A nous.

we heart itDes ami(e)s j’en ai. Ils/elles se comptent sur les doigts de mes 2 mains. Des vrai(e)s. Des entier(e)s. J’ai cet honneur. Je les aime. Tous. Qu’ils me fassent rire, pleurer, sourire, me poussent dans mes retranchements, me mettent hors de moi. J’espère qu’ils m’aiment aussi. Au moins un peu. Avec eux je suis moi. Juste moi. Parfois c’est facile pour eux. Parfois non. Je suis complexe. Compliquée. Grise. De différentes teintes. Pas facile à suivre. Agaçante, frustrante, décevante, drôle, souriante, bavarde, parfois un peu folle, complexée, amoureuse, pleureuse. Je suis entière, franche, honnête, dure. Mais c’est moi.

Ma plus vieille amie est dans ma vie depuis près de 25 ans. D’autres depuis quelques mois. Certaines depuis 5 ans, 10 ans. Ils et elles sont artistes, épicuriens, fous, posés et réfléchis, petits et grands, d’origines culturelles variées. Loin de moi géographiquement pour certaines. Proche de moi pour les autres. Nos rencontres sont à nous, juste à nous. L’amitié c’est la diversité, culturelle, intellectuelle, familiale, amoureuse. L’amitié c’est simple, tout coule de source. une intonation de voix, un regard et on comprend. On sait. Et parfois on ne sait pas. On doute. On force. On critique. On essaie. On se trompe. Et on apprend. Et on pardonne. Et on aime. Car jamais on ne cesse d’aimer nos amis. Les miens en tout cas. Parfois je me trompe. Et il y a rupture. Mais ça laisse la place à d’autres. L’amitié ça va, ça vient, mais c’est rare. L’amitié ça reste. Chez moi en tout cas c’est comme ça que ça marche. Mes amis, je les aime. Même si parfois ils m’agacent prodigieusement. Ils sont eux, différents. Compliqués. Mais enrichissants.

J’ai besoin de temps, merci de me le laisser

1353563421576898

Parfois ça va. Et parfois non. C’est comme ça. Dans la vie, il y a des hauts et il y a des bas. Chacun vit sa vie à sa façon et à son rythme. Surtout à son rythme. Quand il n’y a rien à signaler, les jours défilent comme à leur habitude. On est à droite à gauche. Enfin je vais parfois à droite et parfois à gauche et de temps en temps je reste chez moi. Pour moi. Pour me retrouver et prendre soin de moi et passer du temps juste avec moi.

Ca peut paraître étrange pour certains mais j’assume. J’aime me retrouver avec moi. Certains vont me trouver égoïste voire égocentrique ou encore ermite. Mais c’est comme ça, vivre avec soi n’est pas forcément chose aisée, s’accepter tel que l’on est, voir et accepter ses défauts n’est pas évident mais je le fais. Je n’aime pas toujours  celle qui est dans le miroir, je n’aime pas toujours les failles et les faiblesses que je vois en moi mais je les accepte car elles font partie de moi. Elles me rendent faible je le reconnais mais elles me rendent plus forte aussi. Nos faiblesses sont à mon avis un atout pour avancer et se construire et évoluer dans la vie en se relevant après chaque embûches. Courir à droite à gauche c’est bien, ça fait passer le temps plus vite, je profite de chaque instant mais parfois n’est ce pas juste une raison pour ne pas voir ma vie telle qu’elle est réellement ? Je suis seule, le revendique, en est même assez fière quand je vois ce que j’accomplis par moi même mais ce n’est pas pour ça que c’est tous les jours évident.

tattoo-tumblr-photography-for-myspace-on-we-heart--w-i-tattoodonkey.com_largeJ’aime prendre le temps d’aller mal pour mettre des mots sur mes maux au cœur. Ça peut prendre du temps, et ça survient n’importe quand. En ce moment c’est ce que je suis en train de vivre, et j’ai le sentiment que personne ne me laisse le soin de le vivre. J’ai le moral en baisse, j’ai le cerveau et mon cœur qui font des sauts dans le passé, ça me peine, m’attriste mais ce n’est pas pour autant que je suis malheureuse dans ma vie. En ce moment mes questions portent sur l’amour, le sentiment amoureux et j’ai de sérieux doutes sur la raison de le vivre. Est ce que ça vaut vraiment le coup ? Pourquoi vais je vouloir croire en une historie et m’y investir en ayant des sentiments pour l’autre quand je connais déjà la fin de l’histoire au fond de moi ? Est ce pour cela qu’à 31 ans je n’ai jamais été vraiment amoureuse ? Je n’aime pas ce sentiment qui rend dépendant à plus ou moins grande échelle selon les personnes, change ta façon de voir le monde… Alors je m’interroge et me dit que ce n’est peut être pas pour moi tout ça. J’aurais surement de belles histoires mais est ce que ça vaudra la peine que je me dise : peut être qu’avec lui je changerais d’avis ? J’ai déjà cru, et ça n’a servi à rien. Alors oui j’ai vécu des moments heureux mais j’ai comme un gout amer dans la bouche. Comme une impression de ne pas avoir vécu comme je le voudrais et je m’en veux. Et j’ai l’impression que dès que je vais mal, pour les autres je suis malheureuse dans ma vie tout simplement. Je leur fais pitié, ils me trouvent pathétique. J’ai l’impression de ne pas avoir le droit de ne pas aller. On va me dire fais ci, fais ça, penses à ci, à ça, t’inquiète pas l’amour viendra… Alors que j’ai plus besoin d’entendre mais vas y, fais la tête, sois énervée tu as le droit de toute façon ça passera, je te comprends… Alors stop laissez moi vivre et être triste si j’en ai envie et ne me faites pas me sentir mal parce que mes questions vous semblent être du n’importe quoi.

J’ai besoin parfois de me retrancher dans mon coin, et si j’ai besoin d’un coup de pied au derrière je sais à qui m’adresser, il n’y en a qu’une capable de faire ça comme il faut et hélas elle est loin de moi. Si je veux un conseil je le demande. Si je ne demande rien c’est que je n’ai besoin de l’avis de personne. Parfois juste échanger avec une amie, avoir une discussion simplement comme on peut en avoir plein. Je suis désolée si c’est mon mode de fonctionnement et qu’il déplait mais parfois l’avis des autres je m’en cogne. Je ne peux pas leur en vouloir de me conseiller, c’est pour mon bien mais hélas parfois j’entends mais n’écoute pas ce qu’ils me disent parce que certains de mes soucis ne pourront être résolus que par moi.

J’ai le sentiment que personne ne comprend que parfois je vais mal, et qu’après je vais bien et que tout simplement je suis comme ça. Quand je n’ai pas le moral, j’essaie de savoir pourquoi pour enfin trouver la solution à ce que je ressens. Je revendique mon statut de célibataire, il y a pire dans la vie et quand je dis que je ne veux pas être en couple parce que ça me fait peur, parce que je n’aime pas devenir  inconsciemment dépendante de l’autre, je considère avoir le droit de le dire, bien qu’étrangement j’espère quand même un peu parce que sans espoir à quoi bon ? Ça paraît si irréel pour certains ? Si inconcevable que j’ose dire que peut être l’amour c’est pas pour moi. Même si je dis que le passé c’est le passé, et bien je dis aussi que le passé fait ce qu’on est et que le passé récent a besoin d’être accepté pour pouvoir avancer. Et on ne contrôle pas toujours les retours imprévus du passé. En ce moment il y a des évènements qui resurgissent et avec lesquels j’ai du mal à m’entendre. Je suis en colère. Mais ça passera. J’avais juste besoin que vous le sachiez, et si vous avez envie de me donner un conseil ne le faites pas, ne vous fatiguez pas dites juste que vous comprenez ou pas en toute honnêteté.