Recommencer encore et encore, renaître et mourir un peu…

20140710-224013-81613078.jpg
L’amour c’est un peu ça. Une naissance quand on rencontre l’autre et une petite mort quand on s’en sépare. C’est un éternel recommencement et même quand on dit haut et fort que jamais on nous y reprendra, il y a toujours une personne qui nous fait changer d’avis et nous fait renaître pour une vie (petite ou longue) à deux. Quand l’autre part il laisse un vide qu’on cherche à combler comme on peut, on apprend à vivre de nouveau sans l’autre, à revivre seule avec un téléphone désormais silencieux, et on reprend notre petite route. Et un jour, un autre, encore un, débarque et bouleverse tout, il ravive nos envies, nos croyances, nos espoirs mais nos peurs reviennent aussi, nos craintes et angoisses également… Et on doit jongler avec cet afflux d’émotions qu’on avait oubliées et enfouies très loin…
Lors d’une nouvelle rencontre, je suis toujours un peu perdue et un peu pile électrique aussi. À chaque nouvel homme débarquant dans ma vie, je tente de lui faire une petite place dans ma vie de célibataire en passe de ne plus l’être. J’apprends à le connaître, à m’habituer à lui, à sa façon d’être, je suis curieuse, je découvre son univers, son antre, ses habitudes, et j’apprends de nouveau à faire confiance ce qui n’est pas forcément facile. Peu importe la façon dont on rencontre l’autre, en soirée ou via internet, la confiance s’apprend au fur et à mesure, l’autre saura nous mettre à l’aise, saura faire tomber les barrières qu’on a érigées pour nous protéger et éviter toute chute qui comme d’habitude fera mal à notre cœur. Je lui laisse sa chance, je l’écoute, le regarde sourire et tente l’aventure et je me dis que si je ne lui fais pas un peu confiance, je n’irais nulle part avec lui et que je me dois de vivre cette histoire naissante, peu importe qu’elle soit longue ou courte, je me dis qu’il vaut mieux profiter et ne pas regretter. Je ne sais pas de quoi demain sera fait, ça peut continuer comme s’arrêter alors autant vivre. J’apprends à être moi même car je ne peux être plus sincère et honnête qu’en étant juste moi avec mes quelques défauts et mes nombreuses qualités :) et on ne pourra pas me reprocher d’être moi.

20140710-224012-81612971.jpg
Mais parfois l’histoire se stoppe de façon brutale ou pas. Et ça fait mal, parfois plus que la précédente, et notre cœur se retrouve brisé en mille morceaux, encore. Et on se demande pourquoi, on pleure, on ne comprend pas, on doute, on s’interroge et fatalement on va se dire : pourquoi ça m’arrive encore, pourquoi moi… Pour moi chaque rupture est comme une petite mort, la mort d’une partie de mon cœur, la mort d’une partie infime de moi qui s’était investie dans ce début d’histoire. Je dois faire le deuil de ses sentiments qui naissaient, de cet homme avec qui je ne suis plus, de ce qu’il représentait pour moi et de l’image que j’avais de ce couple qui n’existe plus, apprendre à tourner la page et continuer pour renaître avec un autre un jour. Faire le deuil de une histoire est difficile car on doit accepter qu’encore une fois ça n’a pas marché, mais une fois la page tournée on se rend disponible pour un autre qui nous conviendra peut être mieux. Je reprends mes habitudes de ma vie de célibataire, de ma vie d’avant Lui car même si je lui avais fait une place je ne vivais pas selon ses désirs, je n’étais pas dépendante de lui (conseil : ne jamais le devenir au risque de se perdre soi même) je réussissais plutôt bien ma vie avant sa venue, il n’y a donc pas de raisons que ça ne soit pas pareil maintenant. Bien sûr il va me manquer et la tristesse me tient compagnie régulièrement, et parfois je me demande si ça vaut le coup de recommencer encore et encore, je doute qu’une rencontre arrive de nouveau, parfois je ne suis pas aussi prête que je le crois et puis un matin, on ne pense plus à l’autre et c’est le début d’une nouvelle étape. Et le cycle reprendra de nouveau même si je n’en voulais pas, un homme arrivera par surprise et sans m’en rendre compte je quitterais mon célibat pour assister à la naissance d’un nouveau couple, et je débuterais une histoire qui aura une fin… Ou pas :)

Célibat, couple, y en a t il un meilleur que l’autre à vivre ?

20140629-223505-81305660.jpg
Etre célibataire, faut avouer que parfois ça te fait chier. Célibataire, les réflexions de tes potes et des gens en couple te prennent la tête comme jamais : pourquoi t’es célibataire je ne comprends pas, quand nous présentes tu un mec, peut être que tu ne sors pas assez ? Et sinon des questions un peu rébarbatives et qui ne servent à rien tu en as combien dans le chapeau ? Et je ne vous parle pas des "t’en fais pas, ça va t’arriver un jour, tu vas rencontrer quelqu’un…" Comme si ça faisait avancer les choses mais bon ça part de bons sentiments alors on dit merci. Apparemment dans la vie faut que tu sois en couple, comme tout le monde, sauf que ce n’est pas si simple et est ce même nécessaire ?! Après tout être célibataire ça a peut être plus d’avantages que d’être en couple ? Je m’interroge sérieusement sur cette question en tout cas. Le célibat c’est mon vieux jean confortable, est ce que parfois j’aime le quitter ? Bien sur que oui ! Est ce que j’aime le retrouver ? Pas forcément mais très souvent je ne choisis pas. Et je me réhabitue vite, le moral en prend un coup comme toujours, mes espoirs sont déchus de nouveau mais je suis tellement habituée à être avec moi que je glisse dans ma vie sans difficultés et que comme à chaque fois je continue ma route seule.
Et en couple, monsieur fait partie de ta vie et parfois il te prend la tête pour des broutilles. Début d’histoire, monsieur ne répond pas assez vite à tes sms et tu fais déjà ta chieuse. Puis la routine va s’installer, les petits défauts vont apparaître et parfois les disputes. Puis l’un va prendre l’ascendant sur l’autre (et parfois c’est dès le début) et on aura beau me dire que non ce n’est pas le cas dans tous les couples je reste persuadée que si, l’un des deux est toujours plus à fond que l’autre, toujours… En couple, tu en arriverais presque à regretter ton célibat qui t’apprend à être indépendant, à te débrouiller par tes propres moyens et à avancer dans la vie en ayant confiance en toi, car cette confiance tu ne la trouves qu’en toi, et même si un homme te donne confiance en toi, c’est à toi au départ que le mérite en revient. Dès que tu rencontres quelqu’un, tout est chamboulé, tu ne vas pas changer toute ta vie par rapport à l’autre mais automatiquement il va faire partie de tes projets et tu vas te débrouiller pour agencer ton emploi du temps entre ton mec, tes potes et ta vie. Pas simple de remettre en question ses habitudes de vie à l’arrivée de l’autre. Pas simple de bouleverser sa vie et pourtant c’est si facile. On ne veut pas laisser les copines de côté et pourtant on le fait toutes au début, car entre ce qu’on dit quand on est célibataire et ce qu’on fait une fois en couple, il y a une grosse différence.
Et je me demande ce que je préfère en fait.

20140629-223505-81305746.jpg
Être célibataire c’est mon quotidien, je ne le vis pas toujours très bien surtout aux périodes de rupture où quand j’ai des problèmes personnels que je dois gérer seule sans personne contre qui me blottir les soirs de doutes, mais parfois ça me va bien. Je suis habituée, je vis ma vie à mon rythme et avance et je suis fière du chemin parcouru… Mais est ce suffisant ? J’en sais rien ! Puis il y a le couple. Le couple ça m’effraie, m’habituer à l’autre, espérer lui plaire, espérer être dans sa vie un long moment, vouloir être présente sans être étouffante, être moi à 100%, me laisser porter et profiter… et découvrir l’inconnu à deux. Est ce que j’aime ça ? Au final j’en sais rien, j’aime être avec quelqu’un je le sais, je sais que je donne beaucoup à chaque fois et que je n’ai pas toujours la pareille, j’aime savoir que quelqu’un pense à moi mais suis je sereine à chaque fois ? Aucunement et je vous vois venir vous allez me dire que c’est parce que je n’ai pas rencontré le bon. Et je m’en fous. On peut rencontrer des personnes qui nous font du bien sans que que se soit les bonnes, doit on automatiquement rencontrer et vivre avec la bonne personne ? Ne pouvons nous pas juste vivre différentes histoires et avoir plusieurs bonnes personnes selon nos moments de vie ? Je pense que si.
Célibataire je vis ma vie. En couple je profite de chaque moment car ça ne dure jamais longtemps. Ai je une préférence pour l’un ou l’autre ? Non car chaque moment vécu avec moi même ou avec un autre m’apprend quelque chose. En tout cas être en couple n’est obligatoire en rien, car on n’a pas à rentrer dans le moule que la société nous impose et je ne pense pas que le célibat soit meilleur à vivre que le couple, ce sont juste deux expériences différentes et il faut profiter de chacune. Et si un jour je devrais choisir entre l’un ou l’autre je ne sais vraiment pas ce que je choisirais car je me demande toujours si l’amour c’est vraiment pour moi. Le doute m’habite.

La séduction : un challenge ?

20140615-231603-83763539.jpg
C’est à se demander si tout compte fait vouloir rencontrer un mec ne relève pas du challenge ? Dans la vie de tous les jours, tout le monde court à droite et à gauche, à peine le temps de lever le nez de nos tracas quotidiens, de voir les copines, de faire du sport et de faire toutes les tâches ménagères qui nous attendent bien sagement à la maison… On n’a le temps de rien faire alors rencontrer quelqu’un quand on est jeune trentenaire dynamique et actif c’est pas forcément simple, les occasions ne sont pas si nombreuses que ça, elles ne sont même pas nombreuses d’ailleurs !! Et quand on a mon âge, on se rend compte que les mecs trentenaires sont très sollicités et pas seulement par des nanas trentenaires. En plus d’essayer de plaire à un mec, j’en arrive à avoir comme rivales des petites pépettes de 25 piges car bon être avec une jeune quand même, ça fait bien auprès des potes. Sinon quand ce ne sont pas les pépettes ce sont les cougars… Bah oui elles sont épanouies, ont de l’expérience et forcément mes petites cibles à moi bah ça peut les intéresser ! Mais du coup moi la dedans, je suis entre les deux, et je suis quoi ? Je dois faire quoi ? Ok j’ai moins d’expériences que ma petite cougar mais j’en ai toujours plus que la pepette, et je suis pas encore défraîchie ! Déjà que je suis pas une pro de la séduction, loin de là, mais si en plus je ne trouve plus ma place et ai cette vague impression de devoir engager un combat je suis pas prête d’y arriver. Et pourtant ce combat je le fais à chaque rencontre je n’en avais juste pas conscience !

20140615-231603-83763630.jpg
Sur les sites de rencontres c’est à peu près le même combat. Soyons honnêtes avec nous même, quand un mec vient te parler et inversement, l’un comme l’autre n’allons pas devenir exclusif avant même qu’il se passe quelque chose. Et soyons réalistes, lors d’une première rencontre, à moins que dès le début, il soit défini entre les 2 personnes que c’est sérieux, en général, enfin parfois, tu vas attendre 2/3 rendez vous pour savoir si tu te sens bien avec le potentiel futur ou pas. Il peut même arriver que tu rencontres d’autres personnes parce qu’après tout c’est déjà pas facile de rencontrer du monde alors si en plus tu devais te fermer à d’autres rencontres qui potentiellement te conviendraient mieux ça serait dommage. Mais en aucun cas il ne faut jouer sur deux tableaux trop longtemps juste par respect de l’autre et on se doit de rester honnête avec l’autre. Mais fatalement, moi comme le mec, on peut se retrouver éliminer parce que l’autre aura ce petit plus qu’on n’a pas… C’est hélas comme ça que ça se passe. Les rencontres via les sites internet font que tu es quasiment à chaque fois en lice contre une autre et chacune "combat" avec ses armes. Séduire devient un combat tout compte fait parce qu’on va vouloir mettre toutes les chances de notre côté pour séduire celui qui nous plait. Moi la première. Même si parfois j’étais outsider et que ça s’est vérifié, et que je n’ai pas eu l’homme que je voulais, je me dis que la prochaine fois sera sûrement différente. Et j’aurais ce petit plus qui changera beaucoup de choses dans ma vie amoureuse. Je le sais et c’est déjà un bon point.

La roue tourne toujours

20140604-201429-72869853.jpgUne de mes amies m’a toujours répété que la roue tourne toujours un jour que ça soit dans un sens ou dans l’autre. Parfois j’ai le sentiment que la mienne reste bloquée, qu’elle stagne et ne me fait pas changer de route. Cette route avec le mur au bout, celui que je vois de loin, dont je devine les contours et dont je connais déjà les ravages qu’il va faire sur mon petit cœur… Pourtant je ne vais pas dévier et je vais continuer droit dans ce mur, avec parfois l’infime espoir de l’éviter. Et non je ne l’évite jamais je le percute de plein fouet et il fait mal, très mal même. Et mon cœur s’émiette encore un peu plus… mais je continue d’avancer avec mon cœur en morceaux qui parfois arrive à se reconstruire un peu, à se blinder, à se préparer au prochain choc. Et les murs se suivent et se ressemblent, bruns, masculins, au sourire ravageur et aux yeux pétillants qui cachent des mensonges, des peurs et des envies… Et je fonce encore et encore mais un jour ma roue va se mettre à tourner et me faire enfin comprendre que cette voie là ne me réussit pas et qu’il est temps que je pense à mon bonheur, et je changerais de direction et ces murs bâtis par ces hommes qui me font vibrer souvent sans que je m’y attende ne seront plus sur mon chemin car mes choix auront changé, enfin. Comment je crois encore en ce bonheur malgré les coups ?! Je ne sais pas j’y crois et j’espère, sinon à quoi bon continuer ! Mais la roue ne tournera pas que pour moi, elle tournera aussi pour celles qui me sont chères et qui méritent elles aussi d’éviter les murs et d’être amoureuses de celui qui les méritera (et je veillerais à ce qu’ils les méritent vous pouvez en être sûrs !).
Mais cette fameuse roue tournera aussi pour toutes ces personnes reines du mensonge, de la fausse flatterie, des sourires enjôleurs qui cachent ce qu’on ne veut surtout pas découvrir, elle tournera pour ceux qui ne se contentent pas de ce qu’ils ont et qui veulent encore plus, qui veulent la cerise sur le gâteau, la maîtresse ou l’amant qui pimentera leur vie, qui espèrent tout avoir sans le moindre effort et sans la moindre conséquence dans leur vie bien rangée… Ces personnes qui se fient des sentiments des autres, de leur bien être même s’ils font croire le contraire, ceux qui sourient en cachant bien des secrets inavouables, ceux qui n’osent admettre faire des erreurs… Pour toutes ces personnes la roue tournera, peut être parfois un peu tard à notre goût mais elle tournera !

20140604-201429-72869752.jpg
La roue tourne toujours, nos actes ont toujours des conséquences, le boomerang revient toujours et si on ne le voit pas arriver il peut faire très mal. J’espère que ma roue du bonheur un jour se mettra en branle car bordel je le mérite et je n’ai pas honte de le dire, que mon cerveau s’alarmera quand je prendrais la mauvaise voie et j’espère que la roue des regrets envahira le monde de certaines personnes, que la roue de la honte les frappera de plein fouet parce que ces gens qui nous font mal ce n’est que justice si un jour leur roue de la chance ne tourne plus. Est ce une vengeance que de vouloir qu’enfin ça ne soit pas toujours les mêmes qui trinquent ? Je ne pense pas.
Ce mur que je me prends constamment un jour je l’éviterais grâce à moi, à ce que j’aurais compris sur moi, à l’homme qui aura changé ma vie, qui m’aura fait comprendre que le bonheur et l’amour qu’il me porte sont mérités et que toutes les claques que je me suis prises seront rangées dans la partie oubliette de mon cœur… Oui la roue va tourner, en attendant moi je vais me reposer car je le mérite, et comme on m’a conseillé je vais essayer de vivre pour moi, d’arrêter de foncer dans le mur, de me comprendre et d’avancer le vent dans le dos ça me réussira mieux !

Guerre des sexes

20140601-224321-81801693.jpgJe ne sais pas si comme moi vous avez regardé M6 et Zone Interdite sur la guerre des sexes. Je vous la fais courte : les femmes assument leur sexualité, elles profitent de la compagnie de ces messieurs pour se faire plaisir et le revendiquent, et à être aussi indépendantes dans leur vie et leur sexualité, ces messieurs sont perdus, ne trouvent plus leur place, et se font balader et n’auraient pas leur mot à dire… Pauvres choux… Bah je suis pas d’accord. On est indépendantes oui, on assume notre sexualité aussi moi la première mais les gars vous avez toujours votre mot à dire :)
Les femmes suivies dans le reportage ont choisi de n’avoir que des plans culs pour certaines, à enchaîner les rencards pour d’autres en étant d’une exigeance rare, à utiliser les hommes comme des sextoys suite à une grosse déception amoureuse : divorce, infidélité, rupture… On a l’impression qu’elles se comportent avec les hommes par vengeance, qu’à enchaîner les histoires sans lendemain elles ne s’impliquent pas sentimentalement car elles ont peur de souffrir, et que s’investir non merci, très peu pour elles. Elles sont donc exigeantes, sévères et ne laissent la place à aucun sentiment. Je conçois qu’un plan cul fasse du bien au moral, nous redonne confiance en nous, pour en avoir eu je reconnais le bien que ça fait d’être désirée, mais l’image des trentenaires que les journalistes de M6 font passer ne me convient pas, je ne me reconnais absolument pas dans cette image de "femme-exigeante-tyran" !
Poser trop de critères, et être trop exigeante n’est pas une solution. On veut aimer, et ne pas souffrir mais c’est le cas pour tout le monde, homme ou femme. Je suis trentenaire, célibataire, bien dans mes pompes, indépendante et parfois, oui je m’envoie en l’air mais ce n’est pas pour ça que je vais diriger monsieur à la baguette qu’il soit mon mec ou mon amant… Il aura toujours son mot à dire. Oui j’aime qu’on réponde à mes messages, oui j’aime qu’on prenne soin de moi et qu’on soit attentionné mais est ce pour autant que je suis exigeante, compliquée et difficile dans mes choix et tyrannique ? Non. Que ces femmes veuillent se protéger après avoir trop souffert je le comprends j’essaie de le faire autant que possible, qu’elles veuillent profiter en attendant l’homme je le comprends aussi mais être à ce point insensible ? Je ne comprends pas il y a autre chose là dessous qu’une simple peur des sentiments…

20140601-224321-81801594.jpg
Quand je vois que les hommes sont présentés comme des victimes je ris. Je ne vais quand même pas plaindre un mec qui accepte en son âme et conscience de se faire diriger à la baguette par une nana, c’est leur problème. Si le mec veut être carpette et dire oui à tout sans broncher on n’y peut rien, alors c’est sûrement un manque de confiance etc mais si la relation lui convient je ne vais pas le plaindre non plus. Et il faut être conscient que dans n’importe qu’elle relation, le "risque" de s’attacher à l’autre existera toujours. Et alors quand je vois qu’un coach en séduction affirme devant son client que si monsieur est célibataire c’est qu’il a un problème là j’ai envie de le gifler et en plus il affirme que mentir sur certaines parties de sa personnalité c’est le jeu c’est encore pire !! Bref vous l’aurez compris je ne me sens pas concernée du tout par ce reportage qui pourtant suivait des femmes de ma génération, des trentenaires célibataires.
Je ne suis pas experte, mais ce que je sais et ce que j’ai compris avec mes histoires et les quelques gifles que j’ai pu prendre, c’est qu’à trop chercher on ne trouve rien, que laisser faire les choses et vivre c’est dur mais c’est ce qui nous construit, que la vie c’est prendre des risques, c’est parfois souffrir mais avant ça on aura aimé et on s’en relève toujours. Et le prochain homme qui partagera quelques mois de ma vie ne trinquera pas des erreurs des autres. Il ne sera pas mes ex et je ne suis pas la même et je vivrais mon truc à fond sans aucun regrets. Et surtout vouloir rentrer dans une norme est une mauvaise idée car en amour il n’y a pas de normes :)

L’amour question d’ego ?

20140528-210504-75904285.jpg
C’est à se poser la question non ? Est ce que l’amour n’est pas une question d’ego parfois ? Franchement quand on plait, l’ego est flatté, on se sent désirable, on est joyeux, tout est beau surtout nous. Et quand l’homme ne reste pas, ne se décide pas ou fait le mauvais choix de me quitter (bah oui je suis formidable il fait donc le mauvais choix ça ne se discute même pas :) ) mon ego est blessé, il en prend un coup car c’est parfois soudain et à l’encontre de tous ses dires… Et parfois la tristesse est accompagnée de la vexation…
Quand je suis désirée, aimée, je me vois différemment dans le regard de l’autre que cette image renvoyée par le miroir, je suis donc forcément flattée, et ça arrive à tout le monde cet effet là. On se sent différente car on sait qu’une personne nous désire, a envie de nous, nous trouve belle et automatiquement on le fera ressentir inconsciemment. Il paraît que l’amour nous transforme… Il paraît… Sauf que parfois l’ego en prend un coup, car il a beau être en forme quand on est en couple, quand on est célibataire aussi (le mien se porte bien, je sais qui je suis et ce que je vaux, je peux paraître prétentieuse mais si on s’aime soi on sera plus facile à aimer… Donc je m’aime bien et ça me réussit bien (bon ok je suis quand même celib mais c’est qu’un détail !) parfois il se trouve blessé, meurtri et démoli car les ruptures ce n’est jamais agréable peu importe qui a pris la décision. Décider de ne plus voir une personne fait mal, la claque est dure à encaisser, la déception difficile à digérer et l’ego en prend un sacré coup et c’est difficile à vivre. S’entendre dire qu’on est une fille bien, qui mérite un mec bien et tous les blablas qui vont avec n’aident en rien vu que monsieur se barre, va ailleurs, ne désire pas être avec nous… bref vous voyez le tableau.

20140528-210504-75904180.jpg
Forcément je vais être triste et sacrément vexée, mon amour propre est déçu et attristé et admettre que je me suis trompée de nouveau ce n’est pas évident. Qui aime avoir tort ? Personne à ce que je sache. Donc je me demande si l’amour ce n’est pas une grosse partie une question d’ego en plus des sentiments qu’on ne contrôle pas. Il sera soit au top soit démoli, l’autre à une incidence sur notre façon de nous regarder et en tant que célibataire j’ai appris à flatter mon ego grâce à moi même. Si je devais attendre qu’un homme me flatte je me verrais comme ce que je ne suis pas, je serais toujours à me rabaisser et même si je l’ai souvent fait, j’ai décidé de ne pas continuer sur cette voie. J’aime qu’on me désire et je déteste me tromper et échouer encore et encore dans mes histoires, je déteste que mon ego se prenne des claques à cause de l’autre mais c’est la vie. Elle ne fait pas de cadeaux, et l’amour ne fait pas de cadeaux non plus ça se saurait. Ça fait mal et ça fait du bien, c’est parfois les montagnes russes et suivre tous ces bouleversements n’est pas toujours chose aisée mais je me dis que je ne regrette rien de ce que je vis, ego flatté ou meurtri. Après tout la vie aussi est peut être une question d’ego non ?

Fais ton marché sur Twitter planète

20140519-223244-81164448.jpg
Tu cherches un truc, n’importe quoi ? Amis, amour, runneur, job, appart, chien, chat, infos, places de concert… et j’en passe tu vas sur Twitter tu as tout ce que tu veux, voire plus. Twitter c’est un puits d’infos, c’est le reflet même de la société ça rit, plaisante, se cherche, se drague, se félicite, s’encourage, se déteste, se critique, s’informe, se jalouse… et parle par derrière sur ceux qu’on aime pas en message privé.
Twitter c’est la société comme on la connaît où amour, haine, passion, jalousie, rire ont la vie belle… Dans la vie réelle il se passe la même chose que sur la toile, tu te croises, tu te plais, tu te séduis et advienne que pourra, tu te croises, tu t’entends bien et 2, 3 plaisanteries plus tard tu fais connaissance et tu organises déjà la prochaine soirée ou le prochain entraînement entre runneurs…
Je ne regarde plus les infos j’ai Twitter pour ça, je ne regarde pas la montée des marches de Cannes j’ai Twitter pour ça, je ne regarde plus le programme télé j’ai Twitter pour ça, je veux vérifier les dates d’entraînement du mardi j’ai Twitter pour ça… J’ai même trouvé un mec fut un temps grâce à Twitter… Mon cercle d’amis s’étend grâce aux rencontres de Twitter.

20140519-223244-81164366.jpg<br /
Certains pourraient croire que Twitter c’est juste des gens qui se parlent par écran interposé mais Twitter c’est plus que ça. Même si ça tacle parfois sévèrement, que des discordes éclatent sur la toile aux yeux de tous, que des plans drague se voient comme les yeux au milieu de la figure, que les rumeurs vont plus vite que le tweet… Twitter c’est du partage, de l’échange, de la complicité, des rencontres, des moments partagés, des joies aussi, des coups de gueule qui éclatent… Bref c’est la société sur écran. Tu n’aimes pas Twitter et ce qui s’y passe ? Alors tu n’aimes pas la société actuelle. Ce que tu lis c’est ce qu’on vit. Et moi Twitter j’adore, la plupart de mes amis viennent de la toile, que ça soit via mon blog ou Twitter, et franchement quel pied. Ces personnes je les aurais peut être rencontrées dans la vie réelle, croisées maintes fois sans même qu’on s’accorde peut être un regard ou un sourire ou sans qu’on approfondisse notre rencontre, via Twitter le dialogue est né, les affinités se sont créées et de belles choses sont arrivées ! Twitter est un puits, puits de la société, des hommes, d’êtres humains forts et faibles, amoureux, heureux ou tristes… Twitter est un puits de rencontres, c’est l’endroit ou si tu te sens seul, il y aura toujours quelqu’un pour te répondre… Alors moi Twitter je suis pas prête d’en partir car j’ai pas fini mon tour du marché :)

Où est le bouton ?!

20140506-195647.jpg

Le bouton pour dire stop.
Le bouton pour dire danger.
Le bouton pour dire n’y vas pas au risque de te brûler les ailes et meurtrir ton cœur.
Le bouton pour faire reset.
Le bouton pour te raisonner.
Où est ce put*** de bouton qui nous empêcherait de foncer droit dans le mur. Cette petite voix qui nous raisonnerait et qu’on écouterait enfin. Où se trouve ce bouton qui nous éviterait tristesse, déception, pleurs, mal au cœur et à l’âme… Ok on a les amies qui vont tenter de nous raisonner quand on se lance dans une histoire qui leur paraît vouée à l’échec dès le départ, mais ne nous voilons pas la face au final on ne fait que ce qu’on veut même si au fond de nous on sait que les copines n’ont pas totalement tort. Mais merde à la fin on a qu’une vie autant la vivre à fond non ? Oui même si c’est en se brûlant les ailes… Mais est ce que souffrir comme ça en vaut la peine ? Est ce que tous les bons moments passés effaceront cette tristesse qui nous assaille ?
Si on n’écoute pas toujours les copines il nous faudrait donc un bouton qui nous stopperait au bon moment ! Ce mec n’est pas pour toi : bouton alarme. Ce mec est pas dispo : bouton stop. Ce mec est un flambeur : bouton danger… On aurait toutes besoin d’un bouton pour nous raisonner… mais au final l’excitation, l’envie, le désir ne seraient ils pas plus forts que ce bouton ?

Question de timing

20140424-003336.jpg

Parfois c’est juste ça, une question de timing, de mauvais timing. Et hélas on n’y peut rien, on est là trop tôt ou trop tard, on a loupé le coche sans qu’on sache trop comment. Ce satané timing est présent partout et surtout dans les relations amoureuses…
Ce n’est pas comme si vous tentiez l’aventure du couple et que ça ne fonctionnait pas pour incompatibilité de caractère par exemple, non là c’est pire pour moi, vous avez manqué ce petit truc, ce petit passage dans l’espace temps qui fait que ça aurait pu être une jolie histoire amoureuse. Mais non vous êtes arrivés trop tard. Bien sûr personne ne peut dire si ça aurait fonctionné, si l’homme aurait pu ressembler à un prince et la femme une princesse, personne ne sait si l’histoire aurait été parsemée de magie, non personne ne peut savoir ça, mais vous ne saurez jamais vu que vous avez manqué le coche.
Arriver trop tard, de quelques semaines, mois ou années ça arrive et c’est frustrant. Hélas il faut être réaliste, on ne peut pas être toujours au bon endroit au bon moment par contre être au mauvais endroit au mauvais moment ça arrive plus souvent. C’est ainsi et on se doit de l’accepter car nous n’avons pas le choix.

20140424-003346.jpg
Pourquoi est ce une question de timing les rencontres amoureuses ? Pourquoi devons nous être là au bon moment ? Le hasard de la vie rentre en compte car bien souvent tout est question de hasard dans une rencontre… Mais on a beau faire des rencontres, parfois ce n’est pas le bon timing, pour telle et telle raison et tout est avorté avant même que ça débute, la personne rencontrée part vivre dans une autre ville, un autre pays ou elle n’est pas disponible (et ça arrive plus souvent qu’on ne le pense)… On a alors le sentiment de passer à côté de quelque chose, on l’aperçoit sans pouvoir le toucher ni l’obtenir, c’est là tout près, à notre portée, mais on ne peut l’avoir, on voit le tout s’échapper et nos rêves aussi… Les rencontres c’est compliqué, il y a tellement de paramètres qui doivent rentrer en ligne de compte que ça en devient une quête qu’on souhaiterait abandonner avant même de commencer. Mais si on ne croit plus en l’autre, si on ne croit plus aux belles choses en quoi croire ? Parfois je me demande pourquoi continuer à espérer, si tu as telle case de cocher, c’est la suivante que tu n’as pas, il manque toujours une putain de case pour que tout file tout seul vers un avenir inconnu mais sur une route prise à deux pour un temps indéfini. Pourquoi ces cases se cochent ou se décochent ? C’est déjà assez compliqué de rencontrer quelqu’un qu’en plus on doit lier plusieurs paramètres pour que l’histoire débute. Je suis jeune et j’ai envie d’y croire mais franchement quand je regarde derrière moi mon passé sentimental, même si il m’a construit c’est pas très réjouissant, quand je regarde devant, je ne vois rien, le vide et il est assez grand, et quand je regarde autour de moi mon entourage c’est pareil, les mêmes galères, les mêmes emmerdes, les mêmes questions et aucune réponse à part c’était pas le bon moment. Ce foutu bon moment qui n’arrive pas… Et le temps passe emmenant avec lui mes illusions et mes rêves et espoirs… Et parfois il y a cette petite lueur qui me dit : peut être… Elle est faible mais là n’est ce pas le plus important ?

L’amour ou le boum boum du cœur

20140402-221337.jpg

C’est quoi ce truc dont on nous rabat les oreilles constamment ? Ce sentiment qu’on doit ressentir pour autrui sous peine d’avoir raté un truc dans ta vie ? C’est la société qui te le dis pas moi. Cette espèce de sentiment qu’on ressent quand on ne l’attend pas, qui te piège de nouveau alors que tu jures par tes grands dieux que personne ne t’y reprendra… L’amour, apparemment, on lui court tous après, du moins on le cherche même sans en avoir conscience… L’amour, ce mot sonne pourtant bien à l’oreille mais si il ne faisait que du bien ça se saurait.
Non mais attendez, vous avez vu ce que c’est l’amour ? Le cœur fait boum boum, le ventre est en vrac, on rougit, on balbutie, on ne raisonne pas ou à l’envers, tout est tellement en rose que l’on ressemble à une vraie guimauve, et on fait vomir nos copines. L’amour rend gnangnan parfois, peut faire faire des choses stupides, on ne parle que de l’autre et de ses qualités et il n’a bien sûr pas de défauts. Ok je brosse large là mais avouez que c’est un peu ça surtout au début ! Rien ne nous oblige à aimer quelqu’un, être amoureux c’est compliqué vu qu’on ne contrôle rien, et aimer c’est pas simple. Aimer c’est faire tomber des barrières, c’est se laisser porter, suivre ses envies, accepter que l’autre n’est pas parfait, que l’échec fait partie de l’équation, et qu’on peut être aveuglé. Aimer peut être à sens unique, et il n’est pas forcément éternel. Mais aimer peut aussi être dans les deux sens fort heureusement, il fait vibrer, sourire, nous rend léger, donne une présence à nos côtés avec câlins et attentions, et rend la vie plutôt belle, mais aimer c’est parfois pleurer, ça nous tord le ventre d’angoisse, on s’inquiète et on cogite… Aimer peut nous remplir de joie et de bonheur comme nous rendre solitaire et triste. Personne nous oblige à aimer, on aime de diverses manières, je n’ai aimé aucun homme qui a traversé ma vie de la même manière, je n’ai même parfois jamais aimé certains d’entre eux. Je dis très rarement je t’aime, si je ressens au fond de moi mon cœur qui fait boum boum je perds pied, je ne contrôle pas ce que je ressens et c’est effrayant.
Aimer ne me réussit pas. J’ai aimé et regardez où j’en suis. Seule comme toujours. Parfois je me demande à quoi ça sert d’y croire encore ? Pourquoi m’évertuer à y croire et à espérer qu’un jour un homme fera mon bonheur ? Parce que la vie réserve des surprises ? Peut être oui car elle m’a offert de belles rencontres que je ne regrette pas, elle m’a offert de vivre comme je l’entendais mais elle ne m’offre pas ce que je recherche. Avoir le cœur qui fait boum boum c’est comme si je prenais une pente glissante, comme si j’allais sur une route que je serais la seule à prendre. Aimer est un sentiment que je déteste ressentir car je ne choisis pas la bonne personne à aimer. On apprend de ses erreurs, à chaque fois je me dis je ne veux plus, depuis près de 2 ans je continue à croire que ce n’est pas pour moi, bien sur je vais retomber dans le piège, une fois, deux fois, trois fois… Et bien sur je vais retrouver mon célibat… Vous allez penser que ma vision est bien noire, peut être oui, mais c’est ma réalité, c’est mon passé amoureux qui me fait écrire ces mots, mais l’amour, même si je ne veux pas de lui, que ça soit aujourd’hui ou demain il m’aura peut être par surprise un jour. Car l’amour est surprenant, étonnant et magique et la magie j’y crois alors peut être que samedi il sera dans l’avion qui m’emmènera à San Francisco :)

20140402-221030.jpg