Question de timing

20140424-003336.jpg

Parfois c’est juste ça, une question de timing, de mauvais timing. Et hélas on n’y peut rien, on est là trop tôt ou trop tard, on a loupé le coche sans qu’on sache trop comment. Ce satané timing est présent partout et surtout dans les relations amoureuses…
Ce n’est pas comme si vous tentiez l’aventure du couple et que ça ne fonctionnait pas pour incompatibilité de caractère par exemple, non là c’est pire pour moi, vous avez manqué ce petit truc, ce petit passage dans l’espace temps qui fait que ça aurait pu être une jolie histoire amoureuse. Mais non vous êtes arrivés trop tard. Bien sûr personne ne peut dire si ça aurait fonctionné, si l’homme aurait pu ressembler à un prince et la femme une princesse, personne ne sait si l’histoire aurait été parsemée de magie, non personne ne peut savoir ça, mais vous ne saurez jamais vu que vous avez manqué le coche.
Arriver trop tard, de quelques semaines, mois ou années ça arrive et c’est frustrant. Hélas il faut être réaliste, on ne peut pas être toujours au bon endroit au bon moment par contre être au mauvais endroit au mauvais moment ça arrive plus souvent. C’est ainsi et on se doit de l’accepter car nous n’avons pas le choix.

20140424-003346.jpg
Pourquoi est ce une question de timing les rencontres amoureuses ? Pourquoi devons nous être là au bon moment ? Le hasard de la vie rentre en compte car bien souvent tout est question de hasard dans une rencontre… Mais on a beau faire des rencontres, parfois ce n’est pas le bon timing, pour telle et telle raison et tout est avorté avant même que ça débute, la personne rencontrée part vivre dans une autre ville, un autre pays ou elle n’est pas disponible (et ça arrive plus souvent qu’on ne le pense)… On a alors le sentiment de passer à côté de quelque chose, on l’aperçoit sans pouvoir le toucher ni l’obtenir, c’est là tout près, à notre portée, mais on ne peut l’avoir, on voit le tout s’échapper et nos rêves aussi… Les rencontres c’est compliqué, il y a tellement de paramètres qui doivent rentrer en ligne de compte que ça en devient une quête qu’on souhaiterait abandonner avant même de commencer. Mais si on ne croit plus en l’autre, si on ne croit plus aux belles choses en quoi croire ? Parfois je me demande pourquoi continuer à espérer, si tu as telle case de cocher, c’est la suivante que tu n’as pas, il manque toujours une putain de case pour que tout file tout seul vers un avenir inconnu mais sur une route prise à deux pour un temps indéfini. Pourquoi ces cases se cochent ou se décochent ? C’est déjà assez compliqué de rencontrer quelqu’un qu’en plus on doit lier plusieurs paramètres pour que l’histoire débute. Je suis jeune et j’ai envie d’y croire mais franchement quand je regarde derrière moi mon passé sentimental, même si il m’a construit c’est pas très réjouissant, quand je regarde devant, je ne vois rien, le vide et il est assez grand, et quand je regarde autour de moi mon entourage c’est pareil, les mêmes galères, les mêmes emmerdes, les mêmes questions et aucune réponse à part c’était pas le bon moment. Ce foutu bon moment qui n’arrive pas… Et le temps passe emmenant avec lui mes illusions et mes rêves et espoirs… Et parfois il y a cette petite lueur qui me dit : peut être… Elle est faible mais là n’est ce pas le plus important ?

L’amour ou le boum boum du cœur

20140402-221337.jpg

C’est quoi ce truc dont on nous rabat les oreilles constamment ? Ce sentiment qu’on doit ressentir pour autrui sous peine d’avoir raté un truc dans ta vie ? C’est la société qui te le dis pas moi. Cette espèce de sentiment qu’on ressent quand on ne l’attend pas, qui te piège de nouveau alors que tu jures par tes grands dieux que personne ne t’y reprendra… L’amour, apparemment, on lui court tous après, du moins on le cherche même sans en avoir conscience… L’amour, ce mot sonne pourtant bien à l’oreille mais si il ne faisait que du bien ça se saurait.
Non mais attendez, vous avez vu ce que c’est l’amour ? Le cœur fait boum boum, le ventre est en vrac, on rougit, on balbutie, on ne raisonne pas ou à l’envers, tout est tellement en rose que l’on ressemble à une vraie guimauve, et on fait vomir nos copines. L’amour rend gnangnan parfois, peut faire faire des choses stupides, on ne parle que de l’autre et de ses qualités et il n’a bien sûr pas de défauts. Ok je brosse large là mais avouez que c’est un peu ça surtout au début ! Rien ne nous oblige à aimer quelqu’un, être amoureux c’est compliqué vu qu’on ne contrôle rien, et aimer c’est pas simple. Aimer c’est faire tomber des barrières, c’est se laisser porter, suivre ses envies, accepter que l’autre n’est pas parfait, que l’échec fait partie de l’équation, et qu’on peut être aveuglé. Aimer peut être à sens unique, et il n’est pas forcément éternel. Mais aimer peut aussi être dans les deux sens fort heureusement, il fait vibrer, sourire, nous rend léger, donne une présence à nos côtés avec câlins et attentions, et rend la vie plutôt belle, mais aimer c’est parfois pleurer, ça nous tord le ventre d’angoisse, on s’inquiète et on cogite… Aimer peut nous remplir de joie et de bonheur comme nous rendre solitaire et triste. Personne nous oblige à aimer, on aime de diverses manières, je n’ai aimé aucun homme qui a traversé ma vie de la même manière, je n’ai même parfois jamais aimé certains d’entre eux. Je dis très rarement je t’aime, si je ressens au fond de moi mon cœur qui fait boum boum je perds pied, je ne contrôle pas ce que je ressens et c’est effrayant.
Aimer ne me réussit pas. J’ai aimé et regardez où j’en suis. Seule comme toujours. Parfois je me demande à quoi ça sert d’y croire encore ? Pourquoi m’évertuer à y croire et à espérer qu’un jour un homme fera mon bonheur ? Parce que la vie réserve des surprises ? Peut être oui car elle m’a offert de belles rencontres que je ne regrette pas, elle m’a offert de vivre comme je l’entendais mais elle ne m’offre pas ce que je recherche. Avoir le cœur qui fait boum boum c’est comme si je prenais une pente glissante, comme si j’allais sur une route que je serais la seule à prendre. Aimer est un sentiment que je déteste ressentir car je ne choisis pas la bonne personne à aimer. On apprend de ses erreurs, à chaque fois je me dis je ne veux plus, depuis près de 2 ans je continue à croire que ce n’est pas pour moi, bien sur je vais retomber dans le piège, une fois, deux fois, trois fois… Et bien sur je vais retrouver mon célibat… Vous allez penser que ma vision est bien noire, peut être oui, mais c’est ma réalité, c’est mon passé amoureux qui me fait écrire ces mots, mais l’amour, même si je ne veux pas de lui, que ça soit aujourd’hui ou demain il m’aura peut être par surprise un jour. Car l’amour est surprenant, étonnant et magique et la magie j’y crois alors peut être que samedi il sera dans l’avion qui m’emmènera à San Francisco :)

20140402-221030.jpg

Moi et pas une autre

20140331-225607.jpg

Je suis moi. Pas une autre. Je suis la bavarde qui remplit les oreilles, je suis celle qui a un iPhone greffé dans la main et qui répond aux sms dans la seconde normalement. Je suis celle qui sera présente, peut être trop parfois. Je suis celle qui écoute, qui conseille, qui encourage. Je suis l’amie sur laquelle on peut compter. Je suis celle qui sourit autant que possible, mais je suis aussi celle qui pleure. Celle qui craque, celle dont les barrières vont tomber à cause du trop plein. Je suis celle qui tente de se protéger mais qui veut vivre pleinement, je suis celle qui n’a aucun regrets juste celui de ne pas assez ouvrir les yeux peut être. Je ne suis pas wonder woman, je ne suis pas parfaite car c’est trop ennuyeux, je suis trop entière mais je suis moi. Je suis celle qui donne et celle qui reçoit, mais parfois pas autant que je le voudrais.
Je ne suis pas l’ex. Je ne suis pas celle qui cherchera à leur ressembler pour être aimée. Je ne suis pas celle qu’on imagine dans les rêves les plus fous. Je ne ressemble à personne d’autre. On ne me compare pas aux autres. Je ne suis pas celle qu’on aime parce que je ne suis pas comme l’autre. Je suis celle qu’on aimera pour ce que je suis. Je ne suis pas celle qui hoche la tête pour faire plaisir, je ne le suis plus. Je suis celle qui essaie d’être courageuse mais qui ne l’est pas encore vraiment. Je ne suis pas l’amoureuse toujours disponible pour l’autre, je ne suis pas la même amoureuse que l’autre, je suis moi, pas un contraire, ni un opposé. Je suis différente, je suis juste moi. Je suis telle que je me construis, je suis différente de celle que je serais demain, je ne suis pas la même qu’hier… Je ne suis pas l’amoureuse, je ne suis pas l’amante, mais ça changera peut être demain, ou après demain. Je suis celle qui vit, qui réfléchit, qui pense, échafaude, se torture, doute mais qui se sent vivante malgré tout. Je suis celle qui sait ce qu’elle vaut, qui sait ce qu’elle mérite, et qui a confiance en elle. Je suis celle qui est chanceuse d’avoir les amies que j’ai, et moi je suis l’amie, la fidèle, l’honnête autant que possible, celle sur qui on peut compter. je suis la célibataire qui écrit ses petites aventures sur la toile. Je suis celle qui avance, fait son bout de chemin, qui tente l’aventure de l’écriture, des challenges sportifs. Je suis celle qui a des doutes sur l’amour mais qui se fera encore piégée. Je ne suis personne d’autre que moi. Et c’est déjà pas mal…

Être courageuse… Ou pas

20140322-143513.jpg

Être courageux n’est pas donné à tout le monde. Je le suis pour certaines choses liées au sport par exemple où je vais avoir envie de me surpasser, je vais prendre mon courage à deux mains et foncer et tenter de remporter le challenge que je me suis fixé. J’ai aussi le courage de me lancer dans l’écriture d’un livre, le mien… Il avance mais c’est un gros défi que je me suis lancée et je vais prendre le temps de bien le faire, après tout rien ne presse.
Je m’aperçois qu’être courageuse en ce qui concerne mes relations sentimentales ou amicales est beaucoup plus difficile. Avoir le courage d’être honnête, de dire ce qu’on pense à l’autre surtout en ce qui concerne les sentiments n’est pas la chose la plus aisée qui soit, car se livrer c’est prendre un risque, on ignore l’impact que ça peut avoir : deux choix possibles, soit l’autre fuit, soit c’est l’inverse, c’est à double tranchant. Avoir le courage de se montrer faible demande une force de caractère et une certaine forme d’acceptation du risque. Car être courageux c’est accepter que l’inévitable peut se produire : se prendre le mur. L’amour ça te tord le ventre parfois et soit tu vas raisonner chaque acte par rapport à la réaction de l’autre, soit tu ne raisonnes plus et agis au risque de faire n’importe quoi, ou bien tu vis et réfléchis pas, il faut trouver le juste milieu. Mais avoir le courage de se livrer, de faire tomber les barrières n’est ce pas être honnête ? Après tout on a tous des sentiments, on ressent tous au fond de nous un petit quelque chose pour cet autre qui croise notre route, et ne pas l’avouer c’est renier ce qui se passe au fond de nous non ? Mais j’avoue ne pas regretter d’être courageuse quand j’y arrive car je suis moi et en accord avec ce que je ressens et pense. On ne pourra pas me reprocher ce courage. Je me sens faible et fragile quand je me livre mais après tout, le risque fait partie de la vie non ? L’honnêteté et la franchise sont deux choses primordiales pour moi dans toute relation, que ça soit amicales ou amoureuses. Mais je m’aperçois que tout est tellement plus simple dans les relations amicales que je me demande pourquoi ça ne l’est pas autant en amour.

20140322-143522.jpg
Avoir le courage de montrer aux autres mes faiblesses et mes forces, avoir le courage de ses opinions, avoir le courage de reconnaître nos possibles erreurs, c’est s’affirmer aux yeux des autres et montrer qui nous sommes, des êtres sensibles, vrais et entiers. Ne pas se voiler la face, ne pas fermer les yeux c’est avoir le courage de regarder la vérité en face, vérité qui peut ne pas nous plaire. J’essaie d’être courageuse en prenant les décisions qui sont bonnes pour moi même si c’est aller à l’encontre parfois de mes envies mais je n’y arrive pas toujours. Avoir le courage de me protéger moi avant les autres me demande beaucoup d’effort et un travail sur moi. Avoir le courage d’avancer seule me prend de l’énergie, faire des choix de vie, accepter les choses comme elles sont est compliqué mais ai je le choix ? Je ne vais pas attendre qu’un homme débarque pour gérer ma vie !! Mais parfois j’ai envie de mettre ce courage à la porte, car ça a beau être louable d’être courageux ça ne nous donne pas toujours ce qu’on recherche, même si on le mérite. Alors je me demande, dois je continuer ? Est ce que ça vaut la peine d’être aussi courageuse ? Et après mûres réflexions je pense que oui alors je vais continuer et essayer de l’être un peu plus :)

L’amour c’est comme un follower sur Twitter…

20140318-225405.jpg

Ça va ça vient. Pour combien de temps personne ne le sait. Les followers vont et viennent sur mon profil de blogueuse et dans ma vie amoureuse c’est pareil, ça vient et à chaque fois ça s’en va. Ils ne restent jamais bien longtemps, l’abonnement ne leur convient à priori pas, et parfois, comme sur Twitter, je ne sais pas pourquoi on m’unfollow. Tu le découvres un matin sur Twitter, tu hausses les épaules en disant pas grave il m’en restent encore quelques uns, dans ma vie amoureuse c’est pas pareil, je n’hausse pas les épaules d’un air nonchalant car pour moi c’est pas un de perdu 10 de retrouvés comme sur la planète de l’oiseau bleu !!
Monsieur Stromae dans sa chanson Carmen parle très bien du sujet : l’amour c’est comme l’oiseau de Twitter, on est bleu de lui seulement pour 48h, l’amour est enfant de la consommation, Il voudra toujours toujours toujours plus de choix, voulez-vous des sentiments tombés du camions, L’offre et la demande pour unique et seule loi ? Rien n’est plus noir comme vision de l’amour mais c’est assez vrai au final. Le nombre de sites internet de rencontres qui existent, payant pour 95% d’entre eux montre que l’amour rapporte. Cette génération kleenex qui est la mienne ne me donne pas toujours envie de tenter l’expérience du cœur qui fait boum boum pour l’autre. Cette sale habitude du : je te prends je te jette à la moindre occasion ne me motive pas à follower cet homme malgré son sourire et sa personnalité, l’envie de faire des efforts n’existe quasiment plus (alors pourquoi se prendre la tête?) ou alors c’est tout l’inverse, on fait tout pour pas perdre l’autre car peur de l’échec et de la solitude. On préfère rester en couple que tenter l’aventure (pas toujours très drôle je le reconnais) du célibat… et on se dit que l’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs et que se retrouver seul c’est prendre trop de risques et qu’au final notre situation n’est pas si mauvaise qu’on le pense. Ce que je peux comprendre mais entre perdre mon temps en couple et être seule, m’éclater, accumuler des expériences, multiplier les rencontres et suivre mes envies, mon choix est fait même si j’avoue vouloir de la stabilité. Mais est ce pour moi cette stabilité ?
20140318-225224.jpg

Est ce pour moi l’amour comme beaucoup l’imaginent avec les yeux qui débordent de cœurs quand notre regard se porte sur l’autre ? J’ai un doute, moi je suis celle qu’on suit, qu’on trouve sympa et drôle, plutôt jolie, assez formidable même mais que pourtant on ne suit pas sur la durée. C’est la réalité, pas très positive mais c’est ce qu’elle est. L’amour c’est aussi des échecs, des murs qu’on prend de pleine face, mais est ce qu’il ne vaut pas mieux souffrir et donc vivre que de ne rien ressentir du tout ? Sachant que je me ramasse continuellement, je continue pourtant à croire parfois, que sur un malentendu l’amour peut débarquer chez moi avant que je sois desséchée, et tant que je souffrirais pour un homme, je serais vivante, mon cœur battra pour un homme et un autre, et ça veut dire que je ne perds pas espoir et que parfois ça me tombe dessus sans prévenir. Alors je profite car on ne sait jamais de quoi demain sera fait et mes expériences m’ont fait comprendre que si je ne profite pas des temps impartis avec les hommes qui traversent ma route, j’aurais des regrets. Le monsieur belge nous dit de prendre garde à soi si on s’aime soi même et ce n’est pas la chose la plus facile au monde à faire. Je m’aime telle que je suis, je plais je le sais mais me protéger ça reste encore à travailler mais c’est nécessaire car comme le dit la chanson : Et puis chacun pour soi. Stromae finit sa chanson sur ses paroles qui pour moi veulent dire beaucoup même si ce n’est pas positif ça reste proche de la réalité car un jour la roue tourne, en amour comme ailleurs : Un jour t’achètes, un jour tu aimes, Un jour tu jettes, mais un jour tu payes, Un jour tu verras, on s’aimera Mais avant on crèvera tous, comme des rats…

20140318-225038.jpg

Qui vivra verra…

20140303-234007.jpg

C’est un peu mon mantra quotidien depuis plusieurs mois déjà. Il n’est pas toujours facile à appliquer car parfois on se projette c’est plus fort que nous mais néanmoins, le suivre est plutôt une bonne chose au final. Car comme je l’ai déjà répété dans maints articles, je ne sais pas ce que la vie me réserve pour demain. Je m’attends à être surprise tous les jours.
La seule qu’elle ne me donne pas pour le moment c’est l’homme. Quand je rentre chez moi le soir, aucune surprise ne m’attend, je pousse la porte et revient dans cet appartement vide de toute présence autre que la mienne et celle de mon fauve. Lui seul me fait la fête quand je rentre, lui seul me salue et est content de me voir car il sait que les câlins sont de nouveaux à la maison. Parfois rentrer chez moi c’est dur, personne à qui donner rendez vous, personne à appeler ou textoter, personne à qui faire des câlins jusqu’à épuisement… Personne (excepté les amies, merci à vous…)
Parfois une pensée, un idéal, un espoir vient et parfois s’enfuit… Alors pour combler cette solitude qui parfois me pèse bien plus que je ne le voudrais, je profite au maximum de ce que les autres me donnent. Car les surprises viennent d’eux la plupart du temps. J’ai conscience que mes amis proches se soucient de moi, ils sont présents, tachent de me faire rire même quand je n’en ai pas envie, me taquinent comme ils savent si bien le faire, espèrent pour moi qu’un jour je serais amoureuse et qu’on m’aimera en retour. Qu’un jour enfin je ne rencontrerais pas un mec qui me dira au bout de 3 mois, désolé c’est pas toi c’est moi mais nous deux ça ne marchera pas. Un jour un homme se projètera avec moi, aura des sentiments pour moi, se souciera de moi autant voire plus que mes amis, cet homme sera mon ami, mon amant, mon confident, mon amoureux. Tout sera simple car on sera deux à vouloir les mêmes choses et à avancer ensemble. Pour le moment ce n’est qu’une pensée, un espoir que j’espère toucher.

20140303-234016.jpg
Je me sens bien dans ma peau, j’aime ce corps qui est le mien, je m’assume en tant que femme indépendante, j’ai un caractère entier qui plait ou pas mais je ne changerais pas pour plaire, je plais comme ça en étant moi. Quand je vois mes amies célibataires qui sont tout simplement des filles géniales je me demande pourquoi elles sont seules même si elles le vivent bien et l’assument. Parfois je me dis que c’est injuste. Qu’on mérite un homme dans notre vie qu’on rendra heureux. Et puis un jour une rencontre peut se produire et là je me dis que si on vit notre vie à fond on ne peut qu’aboutir à nos rêves. Parfois je doute que l’amour soit pour moi, mais qui vivra verra. Ce n’est pas facile mais ça vaut le coup je pense d’être patiente et peut être un jour l’homme sera derrière ma porte, derrière un sms, derrière ce sourire ou ces beaux yeux… Je ne sais pas où la route va me mener mais je verrais bien :)

Et si…

20140227-233209.jpg

Et si c’était lui celui que je cherche. Et si c’était de cette opportunité dont j’ai besoin pour m’épanouir encore plus. Et si c’était cette rencontre qui allait changer ma vie et ma vision des choses. Et si c’était cette décision la meilleure. Et si ce petit rien pouvait tout changer ?
Et si… Rien que ces deux petit mots me montre que je crois encore à quelque chose de bon, de beau qui peut m’arriver et je prends confiance en moi un peu plus. Même quand on veut baisser les bras, qu’on a envie de tout envoyer valser, quand on veut dire merde… quand ces deux petits mots s’insinuent dans notre tête ça nous montre qu’on y croit au fond de nous malgré tout. Parfois croire aux choses ne suffisent pas je le sais très bien mais avoir l’espoir qu’une chose peut nous arriver, se dire que peut être ce bonheur on peut l’avoir, nous donne l’énergie nécessaire pour essayer d’atteindre ce but. En tout cas chez moi c’est comme ça, alors je sais que je suis prête et j’avance. Le chemin ne sera pas forcément facile, la déception peut m’attendre au tournant, tout comme l’échec ou la frustration… Mais après tout on se relève d’une chute non ? Et si on se dit qu’on a essayé pourquoi s’en vouloir ? Parfois ce n’est pas encore le bon moment ou la bonne personne… Quand on fait une jolie rencontre par exemple, dans notre petite tête un jour arrive ce fameux "et si" et avec lui l’espoir que peut être c’est lui ou elle et ça remet tout ou presque en question car on ne se pensait pas prêt, on est pris par surprise. Et si c’était comme ça que ça devait arriver? Parfois un petit rien me fait dire que ma vie est décidément très taquine.

20140227-233218.jpg
Et si j’y arrivais? Et si cette décision pouvait tout changer? Et si j’osais ? Et si je n’avais pas de regrets? Et si pour une fois je ne me trompais pas ? Et si c’était juste ça le bonheur, avancer, avoir confiance en soi, oser vivre, oser dire ce qu’on ressent, faire plaisir et se faire plaisir, aimer faire le bonheur de l’autre avec un mot, un rire, un cadeau ou juste être là. Et si je disais oui ? Et si la vie n’était qu’une succession d’événements imprévus, de surprises.., et si on acceptait les choses telles qu’elles sont, ne serions nous pas plus heureux ? Je crois que si et c’est ce que je fais chaque jour je vis et profite et ça fait du bien :)

La seule chose dont on est sûr en amour…

20140210-233849.jpg

C’est qu’on n’est jamais sûr de rien. C’est ce que dit Sophie Cadalen, psychanalyste très souvent invitée dans l’émission de Giulia Foïs : Point G comme Giulia sur Le Mouv´. J’ai acheté son dernier livre "Tout pour plaire, mais toujours célibataire" et je l’ai dévoré car le contenu de ce livre, c’est exactement ce que je pense depuis quelques mois et essaie de vivre.
Sophie Cadalen nous dit que la seule façon de donner une chance à l’amour, à la rencontre, c’est de partir à l’aventure, sans calcul ni mode d’emploi, sans avoir d’idées préconçues sur le couple ou sur la façon dont sera monsieur, c’est se laisser surprendre, se laisser vivre, suivre ses envies et ses désirs et ne pas se focaliser sur ce qu’on imaginait… Laisser libre court à ce qu’on ressent et se laisser porter sans avoir au préalable fait un plan établi de ce que sera la relation. Jamais on ne rencontre quelqu’un comme on le prévoyait, c’est toujours inattendu et surprenant. Ça fait peur évidemment de se lancer dans une relation car on doit faire tomber nos barrières et nos doutes, mais vivre une histoire pleinement c’est aussi accepter le fait que l’issue de la relation nous est inconnue. Rencontrer l’autre c’est abandonner ses illusions pour laisser place à d’autres rêves, c’est vivre sa vie en acceptant l’idée que l’échec fait parti de toute histoire, c’est comme ça. Mais qui ne tente rien n’a rien. Laisser l’autre découvrir notre univers et profiter du moment présent, se laisser surprendre par l’imprévu est je pense la meilleure façon de profiter d’une relation sans se prendre la tête, car une histoire évolue au fil du temps… tout comme les individus évoluent ensemble et l’histoire se construit petit à petit. Parfois l’amour frappe à la porte et s’insinue dans la relation, et parfois non mais si on a vécu notre histoire à fond, il n’y aura rien à regretter !

20140210-234421.jpg
On ne peut présager de rien alors pourquoi trop y penser au final, pourquoi vouloir se voir dans 10 ans, pourquoi ne pas tout simplement se dire je suis bien avec cette personne, je profite, je vis, je suis surprise et on verra ce que l’avenir nous réserve. On a bien sur nos peurs qui se rappellent à nous, notre passé amoureux et ses échecs qui refont surface mais chaque personne, chaque homme que j’ai rencontré et que je rencontrerais sera différent du précédent et mes aventures/histoires avec eux aussi, alors je décide de profiter et de vivre car la vie passe trop vite. L’échec est un risque mais je le prends malgré tout sinon à quoi bon vivre selon ses désirs ? L’amour ne se contrôle pas, les envies, les sentiments non plus alors je préfère les suivre le plus possible et être heureuse car je mérite d’être heureuse et si ma vie sentimentale n’est pas telle que je l’imaginais il y a de ça encore 2/3 ans mais qu’elle me convient aujourd’hui, c’est le principal… C’est un vaste sujet que j’essaierai d’approfondir dans un autre post ou dans mon livre :) Je vous laisse méditer sur ces quelques phrases que je suis depuis plusieurs mois et qui me réussissent pas trop mal :
"Suivre l’élan qui nous porte vers quelqu’un ne représente pas forcément un mauvais calcul…"
"Ne pas laisser filer le désir qui nait, sous prétexte que l’histoire risque de ne pas durer… Nous pouvons nous autoriser le pur plaisir de la rencontre sans préjuger de l’endroit ou elle nous emmènera… Seul l’avenir nous le dira".
"Je me comporte en être responsable dès lors que je choisis de vivre sciemment certaines aventures…"
"La jouissance nait de ce moment magnifique où l’on s’oublie à soi même pour se laisser porter par la vague."

Sommes nous doués pour le bonheur

20140130-234219.jpg

Est ce inné le bonheur ? Je ne crois pas, le bonheur ça se travaille chaque jour. Et pour mieux le trouver j’ai mis en place un petit jeu : chaque jour je me trouve un petit bonheur. C’est parfois pas grand chose… Mais si ça me fait sourire et embellir ma journée que demander de plus. Par exemple il y a les gamelles du chat, ou un compliment, une surprise que je n’attendais pas, un mot de mon neveu… C’est un petit grain de sable qui te fait du bien dans une journée parfois morose !
Accéder au bonheur, c’est vivre pour soi, c’est prendre des décisions, parfois simples et parfois non. C’est décider de prendre cette route plutôt que l’autre. Vivre chaque opportunité qui se présente à moi sans essayer de me poser trop de questions, juste profiter (je ne dis pas que c’est simple par contre). Mais il n’est pas toujours facile de vivre nos envies et pourtant je vous assure que vivre ses envies il n’y a rien de meilleur. Et il n’est pas toujours évident de ne pas trop penser à nos actes, nos choix qui nous permettent de toucher un peu le bonheur (parole de fille, il n’y a qu’à lire mon dernier article).
Je suis jeune, je veux vivre et essayer de réaliser mes rêves. Rêves de voyages lointains, rêves pour ma vie privée… et je vais me donner les moyens pour y arriver. Mes rêves de voyages sont sûrement les plus simples à réaliser, de l’envie, des sous, la super copine avec qui partir à défaut de l’amoureux et hop !! Peut être que parfois certaines routes seront plus longues que d’autres pour arriver à ce dont je rêve mais je vais persévérer. Ma route sentimentale par exemple n’est pas la plus facile à suivre mais je n’ai aucun regrets. Cette route m’a fait ouvrir ce blog, m’a donné envie d’écrire un livre (faudrait peut être que je commence d’ailleurs), a fait celle que je suis aujourd’hui. Elle n’est donc pas si mal après tout, juste un peu trop longue… J’ai décidé de ne pas m’encombrer de personnes qui me jugeraient, qui veulent me changer pour que je corresponde à l’image qu’ils ont de moi. Je fais le tri et ne garde que les meilleurs :)

20140130-234230.jpg
Prendre des décisions demande du courage mais parfois ça vaut le coup de prendre son courage à deux mains si c’est pour notre bonheur personnel. Le bonheur est une idée que l’on se fait, chacun voit son bonheur de façon différente, j’espère un jour faire le bonheur de quelqu’un mais pour celui là ça ne dépend pas que de moi. Vivre pour atteindre le bonheur c’est comme la quête du Graal, je suis heureuse dans ma vie même si je changerais bien des petites choses (mon célibat par exemple), mais malgré le manque de tendresse, de câlins, de la présence d’un homme, ma vie n’est pas si mal quand j’y réfléchis. Je ne suis pas forcément douée pour le bonheur, je vais me poser des questions, douter, pleurer, mais si je me relève plus forte et avance pour atteindre le bonheur, le mien, ça en vaut la peine non ? Le bonheur, la joie de vivre ne sont pas aisées à atteindre, on passe par toute sorte de phases. Je ne suis pas douée pour positiver, ni pour être heureuse chaque jour et pourtant, je le suis la plupart du temps… Alors même si parfois ma journée a été merdique, morose, pourrie puissance 1000, j’arrive toujours à trouver un petit moment de bonheur, même en étant célibataire… Et un jour mon bonheur sera de retrouver mon homme le soir en rentrant chez moi et pourquoi pas, le bonheur d’avoir une famille.

Quand tu blogues attends toi à des surprises…

20140116-003734.jpg

Quand tu décides de devenir blogueuse, tu espères un lectorat fidèle et des commentaires. Plein de commentaires. Mais il y a certains commentaires dont je me passerais volontiers. Bien sur les gens ont le droit de ne pas être d’accord avec moi, ça s’appelle avoir ses propres opinions et vouloir les défendre et je suis pour, ici chaque commentaire est validé et reçoit une réponse, c’est un minimum que je vous dois. Je n’ai pas la prétention d’avoir souvent raison mais j’essaie d’avoir une vision large des choses et voir les bon côtés.
J’ai un blog de célibataire qui vous racontes ses aventures, ses déboires, ses espoirs et désespoirs mais tout en gardant une vision positive de l’amour bien que ça ne soit pas tous les jours évident. Évidemment je vais parler des relations hommes-femmes et de ce que j’en pense, je vais dire ce que je pensais des hommes et ce que j’en pense aujourd’hui, je vais parler d’amour même si je n’ai pas encore la chance de le vivre, je vais parler célibat… Bref parler ici de ce qui est mon quotidien. Je respecte les opinions de chacun, les avis qui divergent du mien… Encore heureux me direz vous :) Les gens qui viennent me lire, vous, parfois vous avez envie de vous exprimer ici, de parler, de m’encourager, de m’aider, me conseiller et me donner votre point de vue sur mes posts. Mon blog m’a permis de rencontré de belles personnes, des amies, un ex aussi et ce n’est pas fini, il me permet de me rapprocher des gens, de certaines personnes qui peut être me cernent mieux grâce à mes posts. Ce sont les belles surprises que mon blog m’apporte.

20140116-003746.jpg
Et parfois certaines personnes viennent me commenter qui sont de véritables catastrophes. Les lire me fait mal aux yeux tellement la langue française est abîmée. Ensuite ces personnes viennent pour me critiquer, me juger, cracher sur les femmes pour certains et sur les hommes pour d’autres. Ces personnes sont aigries, blasées, et peu importe le post leur avis ne change pas. Ils sont campés sur leur position. Je veux bien que l’on ai été blessé par un ancien amoureux/amoureuse mais être aussi méchants envers la genre féminine ou masculine me gêne, me peine pour ces personnes qui sont sûrement très tristes. Je n’ai pas toujours fait les bons choix amoureux mais ces choix là font ce que je suis aujourd’hui, je sais ce que je ne veux plus et ce que je veux. Bien sur j’ai été blessée, triste, j’ai pleuré pour des hommes et ça sera sûrement pas fini mais ce n’est pas pour autant que je vais cracher sur vous messieurs. Je respecte la gente masculine, j’aime les hommes et ce qu’ils m’apportent. Et quand on me dit que nous les femmes sommes des salopes, qu’on mérite notre malheur avec les hommes, que les hommes ne sont que de beaux salauds, je m’insurge, j’ai décidé de stopper ces personnes car mon blog n’est pas un defouloir. Ici on respecte mon point de vue, ici ce n’est pas un defouloir pour des aigris, ici c’est chez moi et je demande à ce qu’on me respecte et qu’on ne me juge pas, qu’on ne vienne pas me dire que je mérite d’être seule…
Avoir un blog c’est génial, c’est ma soupape d’évacuation qui me fait me sentir mieux mais même si les commentaires sont toujours géniaux il y a toujours des petits grain de sable qui viennent parfois gâcher et salir cet endroit. Même si chacun a le droit de s’exprimer je crois qu’à un moment il faut dire stop aux boulets non ?