Ce sentiment inexplicable…

20140310-224354.jpg

Que l’on ressent lorsqu’une musique nous transporte est étrange vous ne trouvez pas ? Pourquoi cette musique va me rendre mélancolique, triste, sereine, heureuse, en paix avec moi même ? Pourquoi ce morceau plutôt qu’un autre va me faire vibrer, sourire, me faire du bien ? Est ce la voix ? La mélodie ou les paroles ? Pourquoi ce titre va me parler et faire ressortir certaines émotions ? C’est différent selon les personnes, il n’y a pas de règles… Pourquoi ressentons nous parfois le besoin de nous réfugier dans cette atmosphère, de nous évader du quotidien, du bruit ambiant, besoin de nous retrouver dans cette bulle où on laisse libre cours à nos émotions…
Ce sentiment dû à la musique peut être transposé sur les gens de notre entourage aussi. Pourquoi lui et pas un autre ? Pourquoi cette fille ci et pas sa voisine ? Pourquoi cet homme me plait autant ? Le physiologique, les odeurs, le ressenti dû à l’alchimie particulière entre les deux personnes rentrent en ligne de compte en partie mais pour le reste ? Pourquoi j’ai choisi cette amie en particulier, pourquoi nous sommes nous choisies ? Qu’est ce qui fait qu’on s’entende aussi bien ? Pourquoi suis je autant à l’aise avec cette homme et pas avec les précédents ? Qu’est ce qui explique nos choix, les bons comme les mauvais ? On ignore pourquoi cette personne ci va nous plaire… C’est comme ça il n’y a pas vraiment d’explications… Dans le choix de nos amoureux, nos amies, on évolue au fil des années, on saura se tourner inconsciemment vers ceux qui nous font du bien… Plus je vieillis et mieux je m’entoure. J’apprends de mes erreurs, des autres aussi. J’ignore pourquoi cette personne me fera autant de bien, peut être est ce dû à son écoute, sa présence, nos fous rires, les aventures et les défis personnels qu’on se lance, peut être est ce dû au fait de ne pas réfléchir, de vivre tout simplement.

20140310-224512.jpg
J’ignore pourquoi tel morceau me fera pleurer ou rire, me rendra heureuse ou mélancolique, me donnera confiance… Je sais juste ce que ça m’apporte et je ne cherche pas d’explications. C’est comme une sortie de secours, en cas de besoin, je sais quoi écouter, qui textoter… Toutes ces personnes qui me font du bien un petit peu chaque jour, je les ai choisis, parce que la vie, le hasard les a placés sur ma route et parce qu’ils sont qui ils sont : eux mêmes. Parfois il n’y a pas d’explications, on ne peut pas expliquer pourquoi on s’entend mieux avec cette fille, pourquoi nos amies changent, pourquoi on évolue, pourquoi c’est cet homme qu’on aime et pas le voisin, pourquoi on n’aime plus… À quoi bon vouloir savoir ? Pourquoi se justifier de ce qu’on ressent ? On le ressent c’est bien tout ce qui compte non ?

20140310-224407.jpg

Qui vivra verra…

20140303-234007.jpg

C’est un peu mon mantra quotidien depuis plusieurs mois déjà. Il n’est pas toujours facile à appliquer car parfois on se projette c’est plus fort que nous mais néanmoins, le suivre est plutôt une bonne chose au final. Car comme je l’ai déjà répété dans maints articles, je ne sais pas ce que la vie me réserve pour demain. Je m’attends à être surprise tous les jours.
La seule qu’elle ne me donne pas pour le moment c’est l’homme. Quand je rentre chez moi le soir, aucune surprise ne m’attend, je pousse la porte et revient dans cet appartement vide de toute présence autre que la mienne et celle de mon fauve. Lui seul me fait la fête quand je rentre, lui seul me salue et est content de me voir car il sait que les câlins sont de nouveaux à la maison. Parfois rentrer chez moi c’est dur, personne à qui donner rendez vous, personne à appeler ou textoter, personne à qui faire des câlins jusqu’à épuisement… Personne (excepté les amies, merci à vous…)
Parfois une pensée, un idéal, un espoir vient et parfois s’enfuit… Alors pour combler cette solitude qui parfois me pèse bien plus que je ne le voudrais, je profite au maximum de ce que les autres me donnent. Car les surprises viennent d’eux la plupart du temps. J’ai conscience que mes amis proches se soucient de moi, ils sont présents, tachent de me faire rire même quand je n’en ai pas envie, me taquinent comme ils savent si bien le faire, espèrent pour moi qu’un jour je serais amoureuse et qu’on m’aimera en retour. Qu’un jour enfin je ne rencontrerais pas un mec qui me dira au bout de 3 mois, désolé c’est pas toi c’est moi mais nous deux ça ne marchera pas. Un jour un homme se projètera avec moi, aura des sentiments pour moi, se souciera de moi autant voire plus que mes amis, cet homme sera mon ami, mon amant, mon confident, mon amoureux. Tout sera simple car on sera deux à vouloir les mêmes choses et à avancer ensemble. Pour le moment ce n’est qu’une pensée, un espoir que j’espère toucher.

20140303-234016.jpg
Je me sens bien dans ma peau, j’aime ce corps qui est le mien, je m’assume en tant que femme indépendante, j’ai un caractère entier qui plait ou pas mais je ne changerais pas pour plaire, je plais comme ça en étant moi. Quand je vois mes amies célibataires qui sont tout simplement des filles géniales je me demande pourquoi elles sont seules même si elles le vivent bien et l’assument. Parfois je me dis que c’est injuste. Qu’on mérite un homme dans notre vie qu’on rendra heureux. Et puis un jour une rencontre peut se produire et là je me dis que si on vit notre vie à fond on ne peut qu’aboutir à nos rêves. Parfois je doute que l’amour soit pour moi, mais qui vivra verra. Ce n’est pas facile mais ça vaut le coup je pense d’être patiente et peut être un jour l’homme sera derrière ma porte, derrière un sms, derrière ce sourire ou ces beaux yeux… Je ne sais pas où la route va me mener mais je verrais bien :)

Dans la tête d’une fille

20140127-082154.jpg

C’est pas toujours très clair :) Et il suffit qu’en plus on soit fatiguée je ne vous raconte même pas l’imbroglio présent dans notre petite tête. C’est que ça cogite sérieux et sur tout hélas… Un défaut j’en conviens volontiers mais c’est dans nos gènes, on l’a toutes à plus ou moins grande échelle… Tout n’est pas rose ou blanc chez nous. Quand notre mec nous dit noir on va se dire qu’il veut dire jaune, bah oui pourquoi irions nous croire qu’il veut vraiment dire noir ? Dans notre tête, l’information dite par chéri ne prend pas le chemin le plus direct, à quoi bon ? C’est tellement plus fun que l’information passe par tous les coins et recoins de notre tête avant d’arriver au bout : au noir (vous suivez c’est bon ?)
Nous les femmes avons tendance à interpréter quasi tout même ce qui n’a pas lieu d’être interprété. Le beau gosse te dit bonjour en souriant, tu vas te dire il craque sur moi, et pas juste l’explication la plus plausible : il est poli (mais il peut aussi craquer sur toi !!). Dans notre tête il y a un bon nombres de virages, de loopings que l’information doit prendre avant de franchir la ligne d’arrivée. Franchement mets toi dans la tête d’une fille et dis moi pourquoi l’idée irait droit au but alors que la petite route de droite voire celle de gauche sont tellement tentantes, ça a l’air tellement sympa alors pourquoi ne pas l’emprunter juste un peu pour voir ? La femme interprète les propos de tout à chacun (surtout les dires de chéri et ceux des copines). Pourquoi se torturer me diras tu? Parce qu’on s’ennuie, qu’on n’a pas confiance en nous, que ça nous protège du bon comme du mauvais ? Se préparer au pire c’est se protéger d’une certaine façon non ? Qui a dit que la femme était simple ? :) Bref j’en sais trop rien mais faut que cette sale manie se stoppe. Pendant longtemps j’interprétais tout de travers dès que j’étais concernée. Gros manque de confiance en moi pendant très longtemps alors que j’étais plutôt douée concernant les autres, j’étais assez observatrice. Dans ma tête je ne pouvais pas plaire à ce mec, car qu’est ce que j’avais de si particulier qui pouvait lui plaire ? Jamais l’idée que je pouvais plaire justement parce que je ne faisais rien de plus qu’être moi ne m’avait effleuré. J’ai donc pendant longtemps pensé que je ne plaisais pas et que les autres se trompaient. Mais il a bien fallu que je me fasse à cette idée au fur et à mesure de ma vie sentimentale et puis j’ai vieilli. Et désormais j’ai beaucoup plus confiance en moi (j’ai pas dit totale confiance hein ne nous emballons pas !!) et je me fie plus à mes observations, mon ressenti et mon instinct et j’essaie de moins interpréter (j’essaie j’ai dit) et de croire à ce qu’on me dit car j’ai compris depuis de longs mois que les gens autour de nous (pour la plupart), nous disent ce qu’ils pensent et ce qu’ils ont envie de nous dire tout simplement, sans fioritures, sans détours juste par honnêteté.

20140127-082208.jpg
Tout n’est pas sujet à interprétation et heureusement (et si on interprète trop y a toujours les copines pour arrêter nos délires :) ) Croire ce qu’on me dit c’est beaucoup mieux pour ma petite tête, je fais plus confiance aussi. Je donne toujours autant mais j’essaie d’être plus moi, de dire plus souvent ce que je pense (surtout mes désaccords en fait) et je ne m’en porte pas plus mal, et je n’ai aucun regrets mais il y a toujours cette partie de moi où je vais voir un peu de noir dans le rose, peut être pour ne pas m’emballer ? Parfois je vais douter, me dire je n’aurais peut être pas dû mais au final je suis moi, et si ça ne plait pas hélas je n’y peux pas grand chose. J’essaie de prendre les événements comme ils viennent, de profiter et de patienter, voir ce que la vie me réserve. J’ai toujours de petits doutes car prendre des risques fait peur et l’on peut ne pas toujours avoir ce que l’on espère, mais tant que je suis moi, après tout c’est ce qui compte. Interpréter, faire tourner les choses dans ma tête fera toujours partie de moi, car j’ai encore du mal à croire que de belles choses m’arrivent, que mes amis sont aussi formidables et que j’ai de la chance tout simplement… Profiter et vivre au jour le jour c’est tellement agréable… Que j’ai décidé de continuer comme ça et de laisser mon cerveau de côté, un peu… :) mais je n’ai pas dit que c’était facile par contre !!!

On a qu’une seule vie, autant la vivre à fond.

20140116-235032.jpg

Jusqu’à présent je crois savoir que je n’ai qu’une vie, et pas 9 comme les chats (en même temps quelqu’un a déjà demandé à un chat si c’était vrai cette idée saugrenue ?). N’ayant donc qu’une vie et que j’espère longue bien sur, j’ai décidé de la vivre pleinement. Et de me surpasser, repousser mes limites, me prouver ce dont je suis capable, vivre à l’instinct et selon mes envies… Peut être que me pousser au delà de moi même est une façon de combler le vide que je ressens parfois quand je rentre chez moi et que je n’ai personne qui m’attend, personne à embrasser, à qui raconter ma journée en me blottissant dans ses bras… Je rentre chez moi et retrouve ma petite bête poilue à 4 pattes… Remarquez un mec c’est une bête poilue aussi mais que sur 2 pattes (d’ailleurs si vous n’avez jamais lu mon post sur un homme, un chat ou les 2, n’hésitez pas allez lire ça :) ). Peut être que ces challenges sportifs pour la plupart, sont une façon de me prouver que j’existe et que je suis vivante. Faire les choses selon mes envies, mes souhaits, mes espérances… tout en souhaitant ne pas trop me tromper ni regretter…
Je veux écrire un livre, je me lance. Je veux faire un 20km en 2h, je m’entraîne pour. Je veux profiter de la vie, je le fais autant que possible. Je veux être heureuse, il ne tient qu’à moi de l’être. Je veux voyager, je prends mes billets et je réfléchis à quelle destination ensoleillée je peux aller cet été. Je fais des rencontres qui me font du bien, alors je souris et profite de ces petits bonheurs quotidiens ! Je suis fière de ce que je vois dans le miroir, alors je reste moi, juste moi et en suivant mon instinct. Ma vie je ne veux pas la manquer, et j’espère être amoureuse d’un homme qui me rendra heureuse avec trois fois rien… et je veux me prouver ce dont je suis capable, comme un combat entre moi et moi et bien sur j’en sors gagnante.

20140116-235040.jpg

Alors quand une petite Koxinell me propose un challenge encore plus énorme que les autres avec elle et 2 comparses runneurs, je fonce. Et voilà comment je me suis retrouvée inscrite au Mud Day sur Paris le 11 mai prochain. Le Mud Day c’est quoi ? C’est simple : de la boue, 13km, de l’extrême, du fun, de la bonne humeur, du dépassement de soi avec un parcours semés d’embûches sur un terrain militaire. Je suis excitée et étonnée par ma détermination, certes 2014 est placée sous le signe du challenge mais là c’est que du fun agrémenté d’eau glacée, de boue (c’est bon pour la peau), d’embûches qui peuvent paraître insurmontable, et de soutien, d’entraide, d’amitié récompensée par une bonne bière à l’arrivée :) Et ma question n’est pas vais je y arriver ? Non c’est : comment je vais faire avec mes lunettes et quoi porter !!! Rendez vous le 11 mai pour le savoir…
Je n’ai qu’une vie, et elle me surprend depuis quelques semaines, elle est enrichissante, difficile, remplie, drôle, et pleine de surprises… Et j’ai hâte d’être à demain pour découvrir mon petit bonheur du quotidien… Car vivre sa vie c’est ça aussi, se dépasser, être soi en accord avec ses désirs, prendre des risques, et sourire, rire et se dire que chaque jour un petit bonheur est là et si la journée est morose, se rattacher à ce petit bonheur et l’apprécier à sa juste valeur.
20140116-235232.jpg

Après quoi je cours ?

20131226-224344.jpg

Ou après qui ? Moi, peut être, ou bien après l’amour (en espérant que l’homme ne soit pas trop rapide ^^). Peut être que je cours aussi après des petits bonheurs, ou juste après la vie. Peut être que je cours pour un chrono, après un challenge. Je cours peut être tout simplement pour ma satisfaction personnelle, pour mon bien être physique et mental. Peut être que je cours pour avoir ce sentiment de liberté que je commence à ressentir lors des courses, quand je m’aperçois que durant une micro seconde mes pieds ne touchent plus le sol. Peut être que je cours parce que la vie est dingue, pressée et que prendre son temps est un concept parfois difficile à toucher mais tellement bon à vivre.
Je cours peut être pour le simple plaisir de me retrouver en extérieur ou bien est ce parce que je dois rattraper tout ce que je n’ai pas eu le temps de faire quand je faisais ma feignasse dans mon canapé ! Ce qui est sûr c’est que je cours. De plus en plus vite. Je cours chaque jour comme si ma vie filait à toute allure. Je cours pour vivre ma vie à fond, pour ceux qui n’ont plus cette chance. Je cours parce que la vie est parfois courte et je veux pouvoir voir tout ce qu’elle me réserve. Mes baskets foulent le bitume sans se plaindre, les jambes suivent sans rechigner, et je cours, cours, pour vider ma tête, pour prendre du temps pour moi avec moi, pour être dans mon monde. Je cours pour me muscler et prendre du poids. Je cours pour me prouver que je suis capable d’avancer km après km dans un temps toujours plus court.
Je cours avec mes amis, je cours seule. Je cours après le temps qui parfois défile à une vitesse vertigineuse et que j’ai souvent du mal à rattraper. Je cours parce que la vie est parfois une course, mais je cours pour lui montrer que c’est toujours moi qui suis mon propre maître et le rythme, c’est moi qui le décide. Je cours parce que je suis vivante, dynamique, énergique et que mon corps a besoin de bouger. Je cours pour mieux profiter de mes moments de pause qui me font un bien fou. Car je suis une fille qui aime les grasses matinées, les siestes, le repos, le lezardage sur une plage ou à défaut d’une plage : mon canapé.

20131226-224353.jpg
On court tous après quelque chose dont on n’a peut être pas forcément conscience. On va courir alors que l’on sait à peine marcher. On va courir après le savoir, les connaissances car notre curiosité nous poussera toujours à en vouloir un peu plus. On court après les garçons, on court après les filles. On court après l’amour, après un job, pour avoir notre avion qui nous emmènera dans cette lointaine contrée, on court après un métro pour ne pas arriver en retard à notre rencard… On court tous plus ou moins car on n’a pas le choix parfois.
Je cours mais je n’oublie pas de prendre mon temps pour courir utile, courir quand il est nécessaire de le faire. Courir quand c’est inutile me fatigue. Et j’aime me fatiguer pour ce qui en vaut la peine. Je cours et tâche de dévorer ma vie comme elle le mérite. Et parfois je m’arrête de courir, et je regarde en arrière et souris. Et alors je suis fière de ma course, de ce que j’ai accompli, de ce que je suis, de celle que je deviens avec la trentaine. Je suis fière de mon parcours parfois parsemé d’embûches et de longues côtes… Et dans ces moments de plénitude, de repos, de fainéantise je me dis que j’ai bien fait de courir et que je ne vais pas tarder à remettre ça. Je sens que 2014 me réserve un beau parcours et j’ai hâte de courir cette année et de profiter de chaque mètre parcouru. Quant à mes baskets, rassurez vous elles vont prendre l’air dimanche dans notre première sortie longue de 2h… ;) le bonheur est au bout du chemin à ce qu’il paraît, et même si je le touche toujours un peu plus, j’espère vous confirmer l’info bientôt !!

20131226-224426.jpg

Petits bonheurs de célibataire

20131218-222220.jpg

Être célibataire a du bon, quand je serais en couple je trouverais sûrement qu’il y a aussi du bon mais pour le moment ce n’est pas le sujet que je maitrise le mieux (bon j’avoue j’ai quelques idées de ce qui est bon en couple mais je ne dirais rien ^^)! Quand tu es célibataire tu vis, en toute logique, seule comme une grande dans ton appart et tu as ta petite routine qui te va bien agrémentée de quelques pépites de folie qui mettent du peps dans ton quotidien.
Je vous livre 2/3 petits bonheurs (que vous pouvez bien sur compléter). Comme je vis avec moi même je m’octroie quelques petites choses, parfois non sexy, ah bah oui je ne suis pas une princesse !! Par exemple quand je reviens d’une session footing, j’adore mettre mon pyjama en pilou confortable (mais un peu moche et anti sexy je peux en convenir) sur le chauffe serviette de la salle de bain. Une fois qu’il est chaud, je l’enfile à toute vitesse (je m’habille rarement aussi vite qu’en enfilant mon pyjama d’ailleurs) et je file me mettre sous ma couette… Il n’y a rien de plus fun l’hiver que de se coucher en ayant un pyjama tout chaud (à défaut d’un homme bouillotte, on fait ce qu’on peut avec les moyens du bord !). Le we je vous avoue que j’aime m’habiller confortable, mon bon vieux jean qui me suit depuis près de 6 ans, un teeshirt et un bon gros pull pour pas me geler… Et le top est parfois de s’accorder une soirée "je ne fais rien à part ma feignasse" dans ces cas là j’opte pour une bonne série, un thé, le chat sur les genoux, un bon plat maison et là c’est parti, je prends du temps pour moi et j’aime ces moments qui me permettent d’être bien, sereine et reposée. Quand j’ai un homme à voir forcément je ne vais pas mettre mon jean pourri (mais tellement confortable), je vais opter pour une autre tenue plus adéquate pour un rencard, il aura tout le temps de rencontrer mes 21 autres jeans…

20131218-222231.jpg
Plus sérieusement, apprécier sa vie de célibataire n’est pas toujours évident, mais quand on prend le temps d’aimer des petites choses insignifiantes pour certains mais pas pour nous comme le dérapage incontrôlé du fauve, le "non" ferme de mon neveu qui préfère regarder Trotro que me parler au téléphone, ce qui me fait beaucoup rire d’ailleurs, un fou rire partagé avec des amis, une rencontre super avec des animatrices radio, un achat de billet pour le concert de Yodelice, la confirmation du voyage pour San Francisco ou tout simplement se dire que notre vie est quand même plutôt très sympathique.
La vie de célibataire est parfois barbant je le reconnais mais il faut savoir apprécier les petits bonheurs qui étincellent parfois nos journées car c’est en appréciant de petites choses qui nous font du bien qu’on a le sourire, qu’on se sent bien dans nos pompes et qui nous fait dire que oui, la vie réserve de jolies surprises :) Et en ayant le sourire aux lèvres, on a quand même plus de chance de rencontrer l’amoureux. Et je suis bien consciente que porter mon jean pourri, pleurer devant la télé, sortir sans être maquillée je pourrais le faire avec mon amoureux… Et j’en rêve même car en couple ou célibataire le principal est d’être soi même et de chercher chaque jour un petit bonheur.

Kosmic Day

20131025-201021.jpg

Quand je serais grande, je serais amoureuse. Et je me marierais. Ou pas je sais pas en fait. Ce que je sais en revanche c’est que si je me marie, ça ne sera pas un truc comme tout le monde, conventionnel avec la robe meringue, la marche nuptiale en fond sonore et une cérémonie sans saveur déjà vue 300 fois… Je n’ai pas envie d’avoir un mariage qu’on peut retrouver chez tout le monde. J’aurais envie d’un mariage qui nous ressemble à mon homme et moi, une union intime, originale…

Pour ça je sais qui contacter. Mon amie Laurence créatrice de Kosmic Day offre une alternative aux unions conventionnelles/traditionnelles. Vous voulez une union qui vous ressemble ? Laurence est là pour réaliser vos rêves, vous accompagner dans cette étape importante et créer et célébrer une cérémonie sur-mesure juste pour vous. Créée depuis plus d’une année maintenant, Laurence et son concept original qui fait du bien au moral des futurs jeunes mariés (vous ne verrez jamais une mariée aussi zen que celle accompagnée de Kosmic Day ^^) a fait son petit bonhomme de chemin et les magazines spécialisés dans le mariage lui ont consacré plusieurs articles comme le magazine Mariée ou Oui… Et je te rassure que tu sois homo ou hétéro, jeune ou vieux… Y a pas de différence :)

Un événement KosmicDay est organisé le 6 novembre prochain à Paris pour avoir plein d’infos, des réponses à vos questions, rencontrer Laurence et de jeunes mariés qui ont fait appel à Kosmic Day pour rendre leur mariage inoubliable, et comme je suis sympa, je vous donne le lien (cliques ) pour choper une invitation et y emmener votre homme. Pour accéder au site KosmicDay c’est . Il y a aussi la page Facebook ici et depuis peu un compte Twitter . Alors si tu veux t’unir pour la vie avec ton homme et de manière originale pense à Kosmic Day :)

20131025-201051.jpg

20131025-201157.jpg

20131025-200956.jpg