Pourquoi je cours en fait ?

20140608-173201-63121722.jpg
Voilà une question que l’on pose souvent aux runneurs et que nous même on se pose dès qu’on est sur une course. Ma copine @koxinell m’a donné une très bonne réponse, elle m’a dit que Ryan Gosling m’attendait sur la ligne d’arrivée, quelle meilleure motivation que celle ci franchement ? Bon par contre j’ai toujours pas trouvé la ligne d’arrivée où se trouvait Ryan donc bah je vais continuer hein :)
Trêve de plaisanterie, parfois je me demande pourquoi je vais me faire suer (dans tous les sens du terme) à avaler des kilomètres dans mon petit short tout coloré… Quand on démarre une course c’est toujours une question qu’on se pose, quand le réveil sonne on n’a pas envie de se lever, de s’habiller et de prendre le métro pour aller enfiler les kilomètres.
Mais j’y vais quand même car avant une course il n’y a rien de mieux que de retrouver les copines avant le départ, attendre dans le sas de départ en bougeant ses petites fesses sur de la musique de boîte de Night et partir courir sans pression, juste pour le fun…
Même si le fun on l’oublie vite ! Alors on avance car si on est là c’est pour se dépasser et surtout s’éclater faut pas se leurrer, et passer cette ligne d’arrivée fièrement, et parce que chaque course est un challenge, un dépassement de soi, on fait bouger notre petit corps, on fait partir les tracas, les prises de tête, le stress… Car avancer pas à pas vide la tête enfin la mienne :) et courir avec les copines y a rien de mieux franchement pour se motiver… Certaines courses sont là pour de justes causes comme Odyssea et là pas besoin d’une motivation supplémentaire pour prendre la ligne de départ et d’autres sont plus marketing comme celle de ce matin : la course de 10km exclusivement féminine We Own The Night organisée par Nike dans Paris. Alors en fait on devrait la rebaptiser We Own The Morning car oui partout en Europe cette course se fait de nuit sauf à Paris qui n’accorde pas les autorisations ! Je m’étais inscrite à cette course depuis un moment et j’étais très motivée pour faire leurs sessions d’entraînement dans des lieux insolites dans Paris. Sauf que ça n’était pas si simple que ça pour y participer. Nous étions 8000 inscrites et je me demande si Nike n’a pas été débordé par cet engouement… Bref je n’ai fait que 2 sessions d’entraînement sur 4 semaines quand d’autres les enchaînaient sans problème juste parce qu’elles faisaient de la pub gratuite pour la marque, comme si mes copines et moi ne faisions pas de pub sur les réseaux sociaux ? Injustice ? Pour moi oui ce qui fait que j’avais de moins en moins envie de faire cette course mais bon quand je m’inscris à une course à moins d’avoir une impossibilité pour la courir j’y vais, même si je ne suis pas motivée.

20140608-173201-63121611.jpg
J’y suis donc allée sans envie de chrono, sans envie de me surpasser, juste courir ces 10km, profiter et voir ça comme la sortie du dimanche avec des faux plats et quelques cotes qui me faisaient un bon entraînement. J’ai couru en suivant mon petit lapin et j’ai fini cette course sous l’heure. J’ai même fait un bon temps (56’39") et je me suis aperçue que les entraînements commençaient à porter ses fruits, car je me suis sentie pas trop mal bien que la chaleur m’ait donné du fil à retordre dans les derniers kilomètres… Au final ça dérouille les gambettes et ça fait du bien au moral je me sens plus légère :) Si je cours, ça n’est pas juste pour me maintenir en forme, c’est pour me prouver ce dont je suis capable, pour voir mes copines et partager avec elle un petit moment supplémentaire, me défouler, apprendre sur moi et sur mon mental, avancer et progresser et me prouver chaque jour que je peux y arriver… Et ça m’aide à avancer ailleurs sans que comprenne comment et tant que ça fonctionne je n’arrêterais pas !!

Ma vie est un cliché et j’aime ça

We_Heart_ItPour certains je suis une jeune femme qui ressemble a un cliché : trentenaire, célibataire avec un chat et des amies célibataires autour d’elle et d’autres en couple! Un peu la Carrie Bradshaw sans les pompes, les fringues de luxe et New York :) Mais c’est pas totalement faux, de loin je peux être assimilée à un cliché :) et j’aime ça, ça vous en bouche un coin n’est ce pas? Pour d’autres je suis une jeune femme comme il en existe beaucoup et qui se moquent des clichés !

Pour certains donc je suis un cliché, pour la société aussi sûrement et alors? Voilà comment je me vois moi : un joli petit cliché sympathique qui bouleverse parfois l’image que les autres ont d’elle. Je suis célibataire et désolée pour vous je ne m’envoie pas en l’air tous les 4 matins et quand je sors on ne me drague pas et je ne drague pas non plus! Et franchement on s’en fout ! C’est pas grave, ce n’est pas un but en soi et ma vie n’est pas si triste et pathétique comme beaucoup peuvent le croire quand ils croisent une célibataire longue durée qui couche pas pendant des lustres et qui en plus a un chat ;) La célibataire cliché a automatiquement un sex friend sinon de quoi elle parlerait avec ses copines lors de soirées filles ? Si elle n’a pas de mec à fréquenter elle peut pas l’ouvrir elle y connaît rien non? Et bien j’en ai pas ! Comme c’est ballot par contre j’ai quand même toujours un avis sur la question :) Mais j’ai fait l’expérience des sex friends pendant plus d’une année et j’ai décidé que ça ne m’apportait rien… Du moins j’avais fait le tour (non pas des mecs célibataires de Paris hein) mais de mon expérience, et je savais enfin ce que je voulais !
La fille célibataire a toujours des amies en couple ! La j’avoue c’est le cas et même que ma chérie elle va se marier cet été et que ça me fait tout bizarre mais il y a aussi les autres super copines qui sont célibataires avec qui je peux parler rencontres, mecs, histoires de couple… pendant des heures au téléphone ! Car on a beau dire entre célibataires on se comprend !

1452187767La fille célibataire, pour être un beau cliché (fun, dans l’air du temps, qui la rend attachante) doit avoir un animal de compagnie :) Moi j’ai choisi le chat, le chien c’est moins tendance sauf si on aime se promener avec son Chihuahua dans son sac comme Paris Hilton ou qu’on s’appelle comme une ville ! La femme cliché parle de son chat autant que les mamans parlent de leurs enfants en exhibant des photos évidemment ! Je le fais, je suis fière de ma boule de poils, elle est belle, assez sage, pose bien sur les photos, me fait plein de câlins et me fait rire ! Pourquoi j’en parlerais pas hein ? Parce que c’est un animal et que certains trouvent ça pathétique? Et alors ? Si je devais parler seulement de ce qui intéresse les gens ou de ce qui fait croire que j´en ai dans le cerveau je dirais pas grand chose de mes journées et ça serait dommage non?

Quand on est un cliché on se doit d’aimer les fringues et les chaussures… J’aime ça enfin surtout les jeans j’en fait une collection et il m’en manque toujours plein. Hélas j’avoue que mon compte en banque parfois m’empêche d’être complètement cliché ! Ça me fend le cœur si vous saviez :) En tant que célibataire, trentenaire qui ne couche pas rappelons le, je me dois de critiquer les hommes, les détester pour ne pas m’aimer et les mettre dans le même panier ! Hélas je ne pense plus comme ça quel dommage, je casse ma réputation là! Je ne dis pas que je n’ai pas pensé ça durant un moment mais ça remonte à loin désormais :) Au final les hommes ils sont comme nous, une fois que tu sais ça tes rencontres masculines changeront des précédentes !

Tout ceci est bien sur des exemples de ce que j’ai pu moi même penser étant plus jeune (hélas), de ce que beaucoup pense des jeunes femmes trentenaires et célibataires !! D’où viennent toutes ces idées tordues je l’ignore mais elles ont la vie dure ! Le mieux est à mon sens d’assumer et d’en rire car certains clichés sont vrais et agréables à vivre. Je suis un cliché a ma façon, je suis mon propre cliché, pas celui des autres, le mien et certains clichés peuvent être magnifiques! J’en ai vécu plein quand je vivais près de l’océan, c’est un lieu idéal pour ça mais mon plus beau cliché reste celui vécu ici à Paris :)

La complexité de l’amitié

we-heart-it

we-heart-it

L’amitié c’est beau. C’est simple. Parfois. Car parfois c’est compliqué. Complexe. C’est tellement fort, entier, vrai, réel, honnête que parfois ça déborde, le trop plein fait qu’on ne se comprend plus, qu’on craque… Et après ça revient. Et ça repart comme avant. Plus enrichi de l’autre, mieux compris, plus aimé, respecté. C’est comme l’océan et ses marées. Les vagues sont plus ou moins hautes, fortes, destructrices, enrichissantes, surprenantes… Et elles partent. Se retirent. Redeviennent calmes, douces, tranquilles…

L’amitié c’est du partage, du rire enfin DES rires, des larmes, de la colère, de l’amour, des confidences, du soutien, de la présence, de l’honnêteté, de la pudeur et de l’impudeur aussi, de l’écoute, des bavardages, nombreux et animés. L’amitié c’est de la compréhension, de l’incompréhension, des coups de pied au cul, de l’attente, de la patience, de la passion, de l’entraide. L’amitié c’est entre filles, enfants, ados, adultes, entre hommes et femmes, entre hommes. L’amitié c’est inconditionnel, fort, puissant, timide. C’est naturel, difficile, simple, facile, sans questions et parfois sans réponses. L’amitié c’est la vie. Des hauts et des bas. Des arrivées et des départs. On y gagne. Et parfois on perd. Mais l’amitié c’est un ciment. Elle nous lie aux autres. A nous.

we heart itDes ami(e)s j’en ai. Ils/elles se comptent sur les doigts de mes 2 mains. Des vrai(e)s. Des entier(e)s. J’ai cet honneur. Je les aime. Tous. Qu’ils me fassent rire, pleurer, sourire, me poussent dans mes retranchements, me mettent hors de moi. J’espère qu’ils m’aiment aussi. Au moins un peu. Avec eux je suis moi. Juste moi. Parfois c’est facile pour eux. Parfois non. Je suis complexe. Compliquée. Grise. De différentes teintes. Pas facile à suivre. Agaçante, frustrante, décevante, drôle, souriante, bavarde, parfois un peu folle, complexée, amoureuse, pleureuse. Je suis entière, franche, honnête, dure. Mais c’est moi.

Ma plus vieille amie est dans ma vie depuis près de 25 ans. D’autres depuis quelques mois. Certaines depuis 5 ans, 10 ans. Ils et elles sont artistes, épicuriens, fous, posés et réfléchis, petits et grands, d’origines culturelles variées. Loin de moi géographiquement pour certaines. Proche de moi pour les autres. Nos rencontres sont à nous, juste à nous. L’amitié c’est la diversité, culturelle, intellectuelle, familiale, amoureuse. L’amitié c’est simple, tout coule de source. une intonation de voix, un regard et on comprend. On sait. Et parfois on ne sait pas. On doute. On force. On critique. On essaie. On se trompe. Et on apprend. Et on pardonne. Et on aime. Car jamais on ne cesse d’aimer nos amis. Les miens en tout cas. Parfois je me trompe. Et il y a rupture. Mais ça laisse la place à d’autres. L’amitié ça va, ça vient, mais c’est rare. L’amitié ça reste. Chez moi en tout cas c’est comme ça que ça marche. Mes amis, je les aime. Même si parfois ils m’agacent prodigieusement. Ils sont eux, différents. Compliqués. Mais enrichissants.

Mes décisions pour 2013

Image

2013. J’aime pas le chiffre ça sonne pas beau dans mon oreille. 31 ans. Idem ça sonne pas bien je trouve, je préfère 32 ans mais hélas je ne sais pas encore sauter une année… Pourtant j’en fais des bonds dans mon appart mais je retombe toujours au même endroit 1/4 de seconde plus tard.

Et je ne sais pas pourquoi mais 2013 je la sens pas comme étant mon année. 2012 fut très riche en émotions, en apprentissage autant sur moi, que sur les hommes, ma relation avec eux, mes envies, mes questions qui bien qu’elles changent d’une année sur l’autre restent malgré tout présentes ! J’ai beaucoup évolué encore cette année, j’ai beaucoup appris aussi et j’ai vécu de très beaux moments aussi. Des moments magiques :) et épanouissants qui m’ont rendu heureuse durant un laps de temps. J’ai réalisé certains de mes rêves, j’ai profité d’opportunités pour vivre de chouettes moments… J’ai profité de chaque instant passé en compagnie de quelqu’un car au fond de moi je savais qu’un jour tout finirait. Comme je le sais beaucoup trop souvent sans jamais me tromper. J’ai été présente pour beaucoup de personnes de mon entourage comme d’habitude. Comme toujours j’ai envie de dire. Et en cette fin d’année je suis fatiguée. Fatiguée de ce trop plein d’émotions bonnes et moins bonnes.

Image

J’avance mais pas comme je le souhaiterais. Jamais assez vite ni dans le bon sens. Il y a certaines parties de ma vie que je n’ai pas vécues, je les ai commencées tardivement, j’ai sûrement manqué plein de choses, je me freinais dans mes envies de voyages, d’audaces, de petits plaisirs… Et par conséquent en 2013, même si je ne la sens pas comme étant mon année, comme étant celle où je rencontrerais un homme qui me conviendra pour une durée plus longue que quelques mois, comme étant celle où j’arriverais à faire ce qui me plaît juste pour mon plaisir personnel, comme étant celle où je n’irais pas encore à New York mais dans une autre belle ville dont je rêve, j’ai décidé d’être égoïste, de penser à moi, de prendre du temps pour moi, de m’accomplir en tant que célibataire, en tant que femme indépendante et libre de ses choix et de faire un pied de nez à cette année 2013 en essayant de la réussir du mieux possible.

J’ai décidé de ne plus partir en quête d’un quelconque amour, d’une rencontre qui le temps de quelques semaines ou mois me rendrait à peu près heureuse, alors qu’au fond de moi mes doutes et questions seront là, je ne veux pas perdre de temps dans des histoires qui ne mèneraient à rien même si tout bien réfléchit elles nous apportent toutes quelque chose et nous mènent toutes quelque part. Mais me concernant elle me mène dans un endroit où je me retrouve seule. Encore. Alors je vais être patiente, en tout cas apprendre à l’être. Mais à contrario je vis mieux le célibat que mes histoires de couples. Tout simplement parce que je le connais depuis très longtemps, c’est comme un vieux pyjama tout doux qu’on n’aime pas trop quitter pour la nouvelle nuisette rencontrée au coin d’une boutique. Mais parfois la tentation de la nouveauté et l’attraction éprouvée pour elle prend le dessus et le pyjama tout doux s’enfouit au fond du placard pour ressortir quelques temps plus tard. Je vis très mal le début du célibat et les quelques crises qui parfois surviennent comme ça arrive à tout à chacun. Et je ne vis pas bien les débuts des relations de couple, cette impression étrange que l’on ressent quand l’autre prend petit à petit sa place dans notre vie, ça me perturbe, me bouleverse,me fait perdre mes moyens et douter. Mais je commence à savoir aussi profiter de ces moments là. Alors en 2013 j’ai décidé de changé ça, j’attends juste un cobaye mignon, sympa pour m’aider dans mon expérience :) J’aime être en couple mais le bonheur que m’apporte la présence d’un homme auprès de moi ne compense pas parfois la tristesse qui peut m’envahir une fois cet homme parti. Alors je me pose des questions : est ce que ça vaut le coup et j’attends de 2013 qu’elle me confirme ce que je redoute depuis plusieurs mois maintenant : oui ça peut en valoir le coup.

2013 doit être à la hauteur de 2012 dans mes petits bonheurs et nettement moins bonne dans mes petits malheurs le plus souvent subis. 2013 doit me prouver que je peux rencontrer la bonne personne et elle doit me permettre d’être encore plus sociable, aventurière, magique :) Je ne crois pas en 2013 mais on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Et puis je préfère partir défaitiste plutôt que trop optimiste car comme ça chaque surprise que je vivrais sera vécue à 200% et appréciée à sa juste valeur.

Partir en vacances entre amis ça doit vraiment être sympa

Je me demandais, enfin je demande à vous. C’est un constat : jamais je ne suis partie en vacances avec des amis. C’est pourtant pas fautes de l’avoir voulu mais on ne fait pas toujours ce qu’on voudrait :) J’ai réalisé ça hier soir et j’envie ceux qui ont la chance de vivre ça ! Se remémorer des souvenirs de vacances lors de soirées je n’ai jamais connu. Je le vis en tant que spectatrice, je souris aux bribes de souvenirs, des histoires racontées en me disant que moi mes vacances je ne peux les partager avec personne, alors bien sûr je les raconte mais mes souvenirs il n’y a que moi qui les ai, je n’ai pas d’anecdotes à partager avec mes amis… Alors je souris de voir les gens sourire, rire aux éclats de leurs exploits en vacances !!

Alors bien sur je suis déjà partie en vacances mais avant c’était avec ma famille, ce que j’aimais car on a beaucoup bougé en France et à l’étranger, puis j’ai commencé ma vie active et n’avait pas de vacances… ou bien mes amies avaient déjà eu les leurs, ou étaient déjà parties… Alors par contre je suis déjà partie en vacances avec un de mes ex mais bon même si c’était sympa dans mon souvenir c’était pas non plus à marquer dans les annales ! Je l’ai fait 1 fois seulement c’était suffisant. Mais partir avec ma meilleure amie par exemple, avec mon groupe de potes sur juste un week end ou carrément 1 semaine, ça serait tellement bien… Mais désormais c’est toujours un peu plus compliqué une fois adulte, on a grandit, on a nos vies dans des villes différentes et il nous est parfois difficile de faire coïncider nos emplois du temps…

Mes dernières vacances étaient l’an dernier quand je suis partie seule à Barcelone et au club Med à Otranto. J’y ai rencontreé des gens super avec qui je peux me remémorer cette période :) Mais voilà à 30 ans, je ne connais pas l’excitation de préparer son voyage avec mes amis, de regarder les brochures, voir où partir, quand, poser ses vacances et s’envoyer un mail en se disant c’est ok, let’s go !!!! Je ne connais pas ces petites joies de la préparation des vacances, qui part, qu’est ce qu’on va faire, quand prendre les billets d’avion, réserver, faire sa valise en se textotant de ce qu’on emmène comme fringues (typiquement un truc de gonzesse ça :) ), et l’énervement positif du départ quand tu te retrouves à l’aéroport ou quand tu rejoins tout le groupe pour partir… Ça me fait rêver tout ça :) Parfois je me dis que c’est peut être moi qui n’ai pas su saisir l’occasion quand elle s’est présentée, faut pas croire j’étais un peu "boulet" étant ado, et jeune adulte… j’ai commencé à m’éclater vraiment dans ma vie vers mes 22/25 ans c’est vous dire…

N’allez pas croire que je regrette les vacances que j’ai pu vivre; mais disons qu’en vieillissant je me rends compte de choses que j’ai pu manquées, que je n’ai pas eu l’occasion de vivre et je suis un peu triste d’avoir manqué ces petites choses qui font mes expériences de ma vie d’adulte… C’est la vie aussi, les évènements, les occasions qui font que je n’ai pas eu l’occasion de vivre ces expériences mais bon je n’ai que 30 ans j’ai encore le temps de vivre ça :) J’ai même hâte de le vivre que ça soit l’an prochain, dans 5 ans ou dans 10 ans, c’est en tête de ma liste des choses à faire…

Et vous déjà vécu ce genre d’expériences ?