Pourquoi ressentons nous le besoin de nous justifier ?

20131201-162815.jpg

On s’est tous retrouvés un jour ou l’autre à justifier auprès de l’entourage amical, sentimental, familial ou professionnel, des choix, des décisions sans qu’on sache vraiment pourquoi. Ni même si c’est vraiment nécessaire de se justifier. On se justifie pour se dédouaner de quoi ? D’un choix, d’une envie ou pour se sentir mieux ? Est ce qu’on nous demande de nous justifier à tout bout de champ sur tout ? Non. Personne ne nous le demande vraiment et pourtant on le fait. À croire qu’on ne peut se passer de l’avis des autres, de leur aval pour avoir notre conscience plus sereine. Mais si on est en accord avec nos actes, nos paroles, pourquoi on se justifie malgré tout ? Est ce un besoin primordial ? Ne pouvons nous pas vivre sans justifier tel ou tel propos ?
Je me suis aperçue que je me justifiais assez régulièrement sur plein de trucs comme mon caractère, mon célibat, mes envies ou mes idées… comme si je devais des explications sur ce que je vis ou décide. Je ne m’en rends pas compte tout de suite, c’est plus tard que je m’aperçois de ma justification. Par exemple au travail, si je dois me justifier ou rendre des comptes c’est à mon responsable voire mes collègues sur l’organisation de certains dossiers par exemple mais est ce que je dois me justifier sur tout ? Est ce que je dois dire pourquoi aujourd’hui ça ne va pas ? Pourquoi cette semaine j’ai dépassé mon taux de râlerie officiel ? Pourquoi je m’occupe de tel projet et pas un autre ? Non je ne pense pas y être obligée, d’ailleurs mes collègues ne me demandent rien, c’est moi qui leur explique le pourquoi du comment. Sûrement parce que je me dis que je leur dois une explication sur mon humeur du jour par exemple. Mais est ce nécessaire vraiment de le faire si on ne me demande rien ? Non je ne pense pas. Pourtant je vais le faire parfois, inconsciemment.

20131201-162822.jpg
Idem avec les amis. Sans qu’on me demande quoi que se soit, je vais me justifier sur la raison pour laquelle je ne peux venir à la soirée. Pourquoi je le fais si on ne me demande rien ? Par habitude oui, et sûrement pour ne pas avoir de remarques sur le fait que l’on me voit peu. Peut être aussi pour éviter trop de questions, me justifier me permet de prendre les devants, c’est peut être dans ces cas là comme un moyen de défense, de protection. Mais le faire m’apporte quoi ? Rien. Et est ce que mes amis ont besoin de savoir pourquoi je ne suis pas dispo ? Non je ne pense pas, pourtant je vais le faire alors que franchement ce que je fais ne les regarde pas vraiment. Pareil quand je suis en couple. Pourquoi me justifier auprès de monsieur quand je ne peux pas le voir ? Pour éviter ses questions ou satisfaire sa curiosité, ou pour tout simplement être tranquille ? Pourquoi quand nous sommes en couple avons-nous le réflexe de nous justifier encore plus ?
J’ai remarqué que les non justifications entraînent parfois des questions, des insinuations, des doutes chez les autres. On ne se contente que très rarement d’un simple oui ou non parce qu’on a l’habitude depuis l’enfance d’entendre des explications sur tout. Et alors quand vous êtes une bavarde comme moi et que vous décidez d’être plus silencieuse qu’à l’accoutumée, d’être moins dispo pour tout un tas de raison qui me sont propres ça entraîne les inévitables remarques : Tu fais la gueule… Pourquoi tu dis rien… Bref vous voyez le tableau… Alors n’allez pas croire que je me justifie à tout bout de champ non plus mais dans les périodes de doutes, de stress, de fatigue je vais inconsciemment le faire plus souvent. Me justifier me permet aussi de me rappeler pourquoi je fais ci ou ça, pourquoi je suis comme je suis et donc de me sentir mieux, alors parfois me justifier me remet en tête ce que je suis alors ça n’est peut être pas si mauvais que ça? Et vous, les justifications c’est habituel ou plutôt rare ?

Publicités

32 commentaires sur “Pourquoi ressentons nous le besoin de nous justifier ?

Ajouter un commentaire

  1. Je suis comme toi, j’ai tendance à toujours vouloir expliquer, justifier. Et souvent, comme toi, je me dis « mais après tout, je fais ce que je veux ! ». Mais je crois que parfois, on se justifie pour se convaincre nous même que nos choix sont bien réfléchis et nos décisions sont les bonnes. Mais souvent, on se justifie, parce qu’on veut « rendre des comptes », et là, on devrait s’abstenir 🙂

  2. Je suis assez d’accord avec Nanou, j’ai aussi tendance à me justifier mais surtout pour me convaincre moi même et me donner de l’assurance dans ce que je fais. Mais j’ai remarqué que souvent un « non » ou un « oui » suffisent et qu’il n’est pas nécessaire d’en dire plus. C’est d’ailleurs un bon exercice pour gagner confiance en soit et pour s’affirmer. Si la personne souhaite vraiment savoir pourquoi, c’est à elle d’avoir du « courage » et de te demander pourquoi !

      1. Mine de rien, si tu as confiance en toi, tu as déjà fait la moitié du chemin parcouru. Maintenant faut le faire comprendre aux autres de te faire confiance, je n’en suis pas encore là 🙂

      2. bien d’accord avec toi, un de mes problèmes est que je fais plus jeune que mon âge et par conséquent beaucoup de personnes ne donnent pas crédit à mes propos et c’est vraiment casse pied

    1. Un bon nombre de personne A-D-O-R-E-R-A-I-T de faire plus jeune que leur âge, le monde est souvent mal fait de ce point de vue. Cela dit, pour résoudre ce problème, le premier truc, c’est de te sortir ça de ta tête. Si tu es convaincu du contraire, tu convaincras les autres plus facilement 😉
      Go on missbavarde !!!

  3. Il y a quand même un élément constant pour ceux qui se justifient : ils ne sont pas dans la « norme » et vont à contre-courant. Prenons un exemple : tu es en couple, amoureuse, avec un travail et une maisonnette douillette. Pas de soucis à ce niveau-là puisque ton quotidien ressemble à l’image que les gens ont de la vie « normale ». Mais dans le cas présent tu es célibataire (une trentenaire mignonne et seule? Vous n’y pensez pas!) et tu mènes ta vie comme tu l’entends. Du coup les gens sont perdus. Tu ne corresponds pas / plus aux schémas « classiques » (inculqués par les médias, les parents, les arts ou que sais-je encore) donc ça dérange, ça intrigue. On te somme de te justifier. Idem pour les soirées où tu ne vas pas. Une soirée est un moment où on s’amuse. Si tu n’y vas pas c’est que tu es bizarre.

    Et encore là on ne parle que d’une situation somme toute banale. Imagine si tu avais eu une sexualité pas banale (libertinage, BDSM, pokemonophile etc), des activités étranges (collectionneuse de tournevis du XIVe siècle) voir des goûts douteux aux yeux des autres (ne pas aimer Twilight, cracher sur le dernier Musso, dire du mal de « 50 nuances » etc)

  4. JA-MAIS…
    L’avantage quand tu es franche et que les gens le savent, c’est qu’ils ne te demandent plus de te justifier par peur d’entendre des « parce que j’en ai rien à foutre » 🙂

  5. Je suis tout à fait d’accord avec toi, moi aussi j’ai tendance à beaucoup me justifier, d’une part parce que je ne veux pas qu’on me juge, et d’autre part pour ne pas vexer les autres. Mais au final il vaut mieux être soi-même, parce que se justifier sans arrêt dénote un certain manque de confiance en soi.
    Par contre, pour ce qui est de la vie en couple je suis un peu moins de ton avis, ça me vexerait que mon homme me dise « non, je ne viens pas », sans que je ne sache pourquoi. Pour moi c’est tout à fait normal de s’expliquer. Même un simple « j’ai une eu longue journée, je suis fatigué », peut suffire.

  6. Hello,
    Je pense que nous nous justifions de manière différente (voir quasi nulle parfois) en fonction de l’importance de nos interlocuteurs. En bref si c’est ton homme (ta famille ou tes parents) tu te justifieras plus que si c’est un simple passant. On peut éventuellement ajouter la justification de protection, qui comme tu l’as évoqué, est une façon de se rassurer et de se protéger, ou encore de ne pas passer pour un idiot(e) (un peu moins en fait). Mais au final on se justifie pour éviter que les autres se fassent une idée complétement fausse de notre façon d’être.

    Doit on dans ce cas la mentir ? ou de manière plus soft ne rien dire… Quand le matin les gens nous demande si ça va.. dans les 95% du temps on répond un « ça va et toi » qui se résume à une formule de politesse permettant d’omettre clairement son « mood » sur le moment. Mais encore mieux, d’éviter une longue conversation pour au final entendre plus de plaintes que d’écoute (ce que font généralement les personnes quand on parle de nos soucis… c’est humain, vous avez sans doute déjà entendu un explication surenchèrie ).
    Donc au final doit on plaire à tout le monde ? Est ce une forme d’aboutissement que d’être dans la tête de chacun quelqu’un de lisse et finalement façonné à l’image que l’on attend de nous ?

    1. C’est une excellente question 🙂 Doit on plaire à tout le monde, je pense que non en fait… tant que ceux qui nous sont proches nous aiment et nous apprécient tel qu’on est… je me demande pourquoi on veut toujours bien faire et paraitre comme tu dis lisse, sympa et une personne top géniale (en tout cas, ça demande un bon article de réflexion ça 😀 je peux te laisser la plume (enfin le clavier si tu veux ^^). Plus sérieusement j’ai depuis petite eu cette tendance à vouloir être celle que les autres attendent ou imaginent, être la fille top (c’était valable aussi quand j’étais en couple) et je comprend que ça ne me sert pas, ça m’apporte rien surtout pas les gens, et ça ne m’aide pas non plus à garder un homme ^^ Nos failles font qu’on nous aime aussi et qu’on est intéressant. bref ce fut une de mes longues réflexions de cette année, vivement 2014 que je continue sur cette lancée car je pense être bien partie !
      PS : pas de fautes en vue

      1. Tu as bien raison, inutile de vendre du rêve. A trop vouloir bien faire on fini par se frustrer soi même. Bref parfois juste lâcher prise dire et prendre la vie (les autres) comme elle vient. Bref je viens de faire de belles phrases « bateau »…. j’en rajoute une dernière avant de partir. L’Amour c’est totale, le bon le mauvais, le charme, les failles… les petits défauts se transforment alors en de délicates douceurs que l’on aime plus que tout. Soyons vrai !

      2. Très jolie conclusion et lire ça des le matin c’est quand même pas mal du tout pour bien démarrer la journée 🙂 et comme tu le dis si bien se sont parfois des petites choses qui nous font aimer l’autre encore plus 🙂

  7. Je me justifie souvent. Quand je fais connaissance avec un mec et que ce dernier me demande si je suis célibataire, je lui réponds oui. Et quand j’ajoute que je souhaite le rester encore quelques temps car je n’ai tout simplement pas envie de me caser tout de suite ou juste parce que je ne ressens pas le besoin d’avoir un homme dans ma vie, on me demande à chaque pourquoi. Alors a chaque fois, je justifie mon choix de vie et je m’aperçois à chaque fois que finalement cela ne sert à rien vu que les gens ne comprennent pas mon choix, me jugent, et n’essayent même pas de comprendre. Ils disent juste que je suis une menteuse ou que je ne suis pas normale et bien d’autres réflexions désobligeantes. Bref depuis quelques j’ai décidé d’arrêter de me justifier notamment au sujet de mon choix concernant ma vie sentimentale. Les gens n’ont pas besoin de savoir ce qui motive mon choix car de toute manière ils ne le respectent pas. Maintenant quand on me demande pourquoi je suis célibataire ou pourquoi je ne souhaite pas avoir un homme dans ma vie je leur réponds tout simplement que c’est comme ça et que si cela ne leur plaît pas, c’est pareil et je ne changerais pas d’avis pour leur faire plaisir.

  8. Bonjour,

    Je pense que l’on se justifie pour une seule et unique raison: nous ne sommes pas indifférent au jugement des autres. Nous nous justifions afin que notre entourage ne puisse nous juger, nous critiquer, nous détester car malgré ce que parfois nous aimerions croire, sans les autres nous ne sommes rien. Ce que pense les autres de nous, nous importe, il faut essayer de se détacher de ça car au fond il faut s’aimer avant tout et non pas essayer de se faire aimer par tout le monde. J’aime beaucoup ton concept de réflexion, on se pose des questions et on y répond je pense que beaucoup de personnes peuvent se sentir concerné, c’est pour ça que je vais écrire un livre moi aussi j’ai un projet qui ressemble au tien on dirait.

  9. Une Belle et sacré philosophie que vous détenez, beaucoup de plaisir à vous lire, vos illuminations sur ce sujet vont beaucoup m’aider. Merci encore.ciao

  10. J’ai lu une phrase, qui disait: ‘on arrête de se justifier quand on a maintenant des certitudes’’. je me retrouve dans ce que vous dites. Chez moi c’est depuis mon enfance. Élevé par une personne qui voulait que je ne lui cache rien, mais rien du moindre pan de ma vie, pire je devais lui laisser choisir pour moi parce que je ne saurais pas faire les bons choix pour moi. C’était selon elle un gage de notre amitié, une confiance en elle qu’elle méritait pour m’avoir pris sous son elle.
    Cette personne n’ai plus de ce monde, depuis longtemps ; et elle a laissé m’a laissé pour héritage une personnalité à remodeler. Je ne l’en veux pas, on ne donne que ce l’on a. Je dois réapprendre à assumer mes choix, à croire en moi-même combien mes choix me conduisent se soldent par un échec. Des lors que ma tendance à me justifier et m’expliquer a commencé à m’agacer, j’étais dans un processus de guérison, mais connaitre son mal est une chose en guérir est une autre. Ce qui revient dans les témoignages c’est le manque de confiance, et se justifier c’est pour moi comme une façon de me rassurer que mes choix et mes pensées ou paroles sont bien appréciées.
    J’ai compris que je ne vivais pas ma vie, mais celle de l’idée que je me faisais de moi à travers les autres. Ca tellement commencé à me gonfler que j’ai cherché à savoir si j’étais seul au monde avec cette tendance fâcheuse et puérile, c’est mon humble avis. Je me suis aperçu que je n’étais pas seule, et que je pouvais en guérir. Me faire à nouveau confiance et avoir des certitudes que ce que je suis, pense, fait est bien, est un challenge de tous les jours et surtout que guérir c’est entre autre assumer, mes choix, et vivre pour moi. Les autres eux, ne nous demandes pas leur avis pour vivre leur vie

    1. La dernière phrase est tout à fait vrai ! Vis pour toi ta vie t’appartient a toi et aies confiance ca viendra au fur et à mesure mais on y arrive 🙂 si ce que tu fais est bon pour toi que tu sens que c’est ça que tu dois faire alors ton choix est bon !! courage 🙂 bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :