Chercher SA place dans le monde pro aujourd’hui

pexels-photo-775201

Ce que je peux vous dire c’est que ce n’est pas aisé, c’est certain. On est tous passé par la recherche d’emploi au moins une fois, pour certains c’est facile, ils savent exactement ce qu’ils veulent faire. Pour d’autres c’est plus compliqué pour diverses raisons. Raisons personnelles, remise en question, doutes, dégoût du monde du travail, bref vous voyez le tableau. Pour ma part, c’est plus où se trouve ma place dans le monde professionnel ? Quelle est ma place, où suis je censée me situer ? Géographiquement, où est ma place ?

Se dire qu’on n’a plus sa place dans un job n’est pas facile, mais quand il s’agit de son bien-être personnel on n’a pas le choix, il faut penser à soi et à sa santé et prendre les décisions qui s’imposent. Je l’ai fait plusieurs fois ces 2 dernières années. Plus que je ne l’aurais bien voulu d’ailleurs. Mais ma santé prime et du coup, j’en suis à chercher ma place dans ce monde professionnel qui existe aujourd’hui. On retrouve, sans joie, Pôle Emploi, que j’ai connu pour ma part quand c’était l’Anpe et Assedic, autant vous dire que ça date. Puis vient la partie non évidente qu’est la recherche d’emploi, les lettres de motivation, les CVs à envoyer, les mails qui restent sans réponse etc. Bref on se pose forcément beaucoup de questions, et c’est normal. Ces phases de doutes ne sont pas faciles surtout avec un temps aussi merdique et où, sur les réseaux sociaux vous retrouvez les bonnes annonces de pas mal de monde, avec grossesses et mariage à gogo. Quand vous cumulez toutes les casquettes qu’aiment vous donner la société comme : au chômage, célibataire, sans enfants, c’est pas toujours simple. On a tous des périodes de doutes, on doit tous partir à la recherche de sa place dans ce monde, celle où on se sent bien et exactement là où on doit être. J’ai trop de conscience. Je sais que beaucoup de personnes utilisent leur chômage pour partir vivre à l’étranger durant des mois et donc vivre de cela. J’aimerais faire pareil, en dehors de mon chat à placer, rien ne me retient sauf mon éthique.

Processed with VSCO with hb2 preset

Je suis une femme active, je n’aime pas ne rien faire. J’ai besoin de travailler, mais pas n’importe où et surtout pas pour n’importe qui. Et puis se pose la question principale, rechercher du boulot dans quel domaine ? Quel poste ? Les rares fois où j’ai postulé auprès d’agences, je n’ai jamais eu de retour. Cela arrive souvent remarquez. Mais je savais que je ne voulais plus bosser en agence, bosser dans une entreprise où en dehors d’abattre du boulot, faire du chiffre à tout pris, se foutre des gens et ne pas respecter leurs personnalités, attentes… L’humain me manque, je n’ai plus envie de travailler dans des entreprises qui sont comme toutes les autres. Je recherche un challenge, un endroit où il fait bon venir le matin, où l’on est respecté dans notre travail, où les managers savent manager et sont humains. Alors je postule auprès de marques en général où dans des lieux auxquels je n’aurais pas pensé avant. J’essaie de prospecter également pour que mon Freelance puisse me rapporter un peu aussi, mais là encore c’est compliqué. Quand vous cherchez dans le marketing d’influence, les marques ne souhaitent pas faire appel à un free pour gérer cette partie, ils le font soit en interne car ils ne veulent pas payer une personne pour le faire, soit font appel à des agences. Et pour bosser avec des agences dans le cadre de ma collaboration avec une blogueuse, je vous assure que ce n’est pas forcément le bon plan. Entre les mails groupés, les mails sans retours, les tarifs (quand il y en a évidemment) proposés qui sont limites ridicules, le manque de professionnalisme des agences, de réactivité et j’en passe, je suis toujours stupéfaite de voir certaines jolies marques ayant de vraies valeurs passer par des agences. En agence, on ne prend pas le temps de connaître le client, et les employés, ce ne sont que des numéros ou presque. Et moi, je ne veux plus de ça. Je suis en attente d’une réponse pour un poste, selon les résultats de toute façon, il est clair que je partirais quelques temps ailleurs, pour me vider la tête, revenir ressourcée et prête à la suite. j’ai besoin de changer d’air, de m’aérer l’esprit et revenir les idées au clair. j’ai bien des projets, des idées, mais ai-je la force de m’y atteler, et de me plonger là dedans, j’en sais rien, sincèrement. On verra ce que l’avenir me réserve. Rien n’arrive sans raisons, je finirais par trouver ma place un jour, j’espère assez vite. Et si je ne trouve rien sur Paris, ce sera l’occasion pour moi de quitter cette ville et de partir en province. Je fais au jour le jour, demain est un autre jour, et j’apprends à chaque adversité, même si je vous l’avoue, je m’en passerais bien.

18 commentaires sur “Chercher SA place dans le monde pro aujourd’hui

Ajouter un commentaire

  1. Jamais facile tout ca. Je suis au chomage depuis 2 ans et demi, viens de rentrer en France, chez mes parents car en Belgique je ne pouvais plus vivre avec mes allocations chomage. Et maintenant ca va etre re-orientation sans savoir si cela va marcher….
    Courage!

    1. Oh bah merde ma pauvre !!! J’espère que ça va quand même niveau moral hein ! Le chômage permet pas de vivre et pourtant t’en as plein qui en profite sans soucis ! Ça me fait halluciner

      1. Ah ben en Belgique pour en vivre du chomage, avec le loyer que je payais c’était devenu impossible .
        Le moral tente de ne pas sombrer; pas toujours evident mais en étant avec mes parents, ca devrait etre moins pénible

      2. Oui je suppose ! Le chômage ici me permet de payer mes frais fixes, ensuite je suis dans le rouge et doit donc prendre dans mes économies :/ tu cherches dans quoi ?

      3. Mes economies sont parties aussi 😦
        Je recherche dans le R&D (recherche et développement) en tant qu’ingénieur projet, avec une spécialité dans le domaine automobile. Et toi?

      4. La com et marketing d’influence, le truc à la mode ! Quand je vois comment bossent les agences dites spécialisées franchement c’est n’importe quoi ! Y a un site qui est bien, je sais pas si tu trouveras ton bonheur mais c’est : welcometothejungle

  2. Coucou,
    Célibataire, sans enfant, un chat et au chômage aussi, je te comprends. Moi c’est ma santé qui m’a lâchée à cause du stress et des cadences impossibles où l’on te demande d’effectuer, sans réfléchir, comme un robot. Je suis dans le commerce/e-shop.
    J’en ai vraiment marre de ces entreprises qui ne considèrent plus le facteur humain mais parlent sans cesse argent, optimisation de CA (mais pas salaire, faut pas confondre), baisse de charges, chiffres, chiffres, chiffres, sans se soucier des gens derrière (ni les salariés, ni les clients ne sont pris en compte, c’est ça le pire).
    C’est dans toutes les professions la même chose, bien que je dois reconnaître que la comm est reconnue pour son intransigeance dans ce domaine.
    Bon courage pour la suite.
    bises

  3. Quel courage ! Pour ma part, c’est pour 2018 avec d’abord soit une rupture conventionnelle, soit une démission, puis prendre le temps de trouver ma voie. J’ai lu un article dans socialter dédié à ça et je pense passer par Switch Collective pour m’aider dans ma démarche.

    Mais j’ai aucune idée de où ça me mènera. Déjà se poser, comprendre ce qui me convient davantage puis voir s’il faut redémarrer des études, mener une vie alternative, ou trouver quelque chose d’intermédiaire.

    C’est pas rassurant de se projeter dans l’inconnu. Mais en même temps, j’ai besoin de contribuer à quelque chose qui a du sens et d’un cadre qui me convienne.

      1. Ta remarque est pleine de bon sens. On m’a recommandé de faire un abandon de poste pour être licencié pour faute grave. Ce qui me titille, c’est l’impression qu’il faille ensuite se conformer à pôle emploi. Or, j’ai très envie de prendre le temps pour trouver ma voie. En espérant parvenir à la trouver

      2. Abandon de poste ça peut prendre beaucoup de temps avant que l’employeur te licencie ! Le chômage et donc Pôle Emploi c’est obligatoire ne serait ce que pour avoir accès à une couverture sociale et toucher un minimum de revenu ! Fais un bilan de compétences sinon

      3. Tu dis que le licenciement par abandon de poste, ça peut prendre beaucoup de temps. Mais s’il n’y a pas de rupture conventionnelle, tu es d’accord pour dire que c’est le seul moyen de partir tout en pouvant avoir droit au chomage, non ?

  4. Bonjour,
    Merci pour ton retour, quel plaisir de te lire de nouveau.

    Je suis dans le même cas que vous…35 ans, célibataire, sans enfant et sans emploi mais sans chat 😉

    Habituée des CDD, le dernier d’ayant duré 1 an et 7 mois, et à la suite duquel je pensais être recrutée…et bien non….DECEPTION.
    Donc malgré de nombreux diplômes, je suis ingénieure et ai un doctorat en sciences des matériaux, et bien, je galère à trouver un poste de chef de projet R&D…Et à trouver ainsi ma place…
    En effet, « demandez vous ce que vous pouvez faire pour votre pays »? Et bien j’aimerais pouvoir le servie, mettre mes compétences au profit d’entreprises françaises dont les valeurs sont basées sur l’humain et non sur une politique décrétée par des bureaucrates déconnectés de la réalité. A 35 ans, je suis trop « vieille » pour être embauchée chez un grand groupe international dont la politique est d’employer des jeunes diplômés afin de les façonner et de limiter le coût des salaires, viennent ensuite 10 % d’handicapés et suivent 10 % de femmes.
    Je trouve cela honteux, et injurieux pour les femmes, soit dit en passant…
    Car quand on travaille dans ce genre de boîtes, nous voyons bien l’incompétence de ces jeunes, qui par leur manque d’expérience et projetés directement à des postes qu’ils ne peuvent maîtriser, sont incapables d’être productifs. Cela n’est pas de leur faute.
    Seulement les « décideurs » ne voient pas ce genre de choses…
    Bref, quant aux CVs envoyés, aux non-réponses, je compatis….
    Devons-nous sans cesse nous remettre en question ou changer de voie, se reconvertir?
    J’aime mon travail, enfin, quand j’en avais un. Ma hiérarchie et mes clients étaient très contents de moi, alors pourquoi ne pas me laisser ma chance, ni même m’accorder un entretien?

    Mon pays veut-il de moi?

    Nous avons tous notre place et par l’entraide, les jeunes diplomés embauchés peuvent acquérir les compétences des anciens de 35 ans 😉

    Belle journée à vous

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :