Cette fausse réalité des réseaux

Aerial view of computer laptop on wooden table

Les réseaux sociaux ont en ce moment le vent en poupe dans les médias et sur les blogs. On parle de l’évolution de l’algorithme de Facebook, ou comment mieux poster sur Instagram et quelle stratégie adopter, ou tout le contraire, comment procéder à une digital detox. Et parfois on parle de cette fausse « réalité » qui est présentée par les réseaux sociaux. Peu par les médias, plus par les utilisateurs. Toutes ces personnes dont on peut envier la vie qu’ils « ont » mais qui une fois le post envoyé sur les réseaux, vont peut être repartir dans leurs noires pensées, se sentir de nouveau triste, vide de tout un tas de choses. Les réseaux ont cette triste réalité d’embellir parfois le quotidien. On peut même se demander si certains ont autre chose dans la vie que les réseaux sociaux, à épier la vie des autres et s’imaginer la leur ! Pour autant, je suis une fan des réseaux sociaux, j’adore partager mes photos de voyages sur mon blog et mon compte Instagram, en storie je vais montrer mon chat, ma bouffe et mes petites lubies du moment. Mais j’ai aussi 2 blogs où je raconte qui je suis, et comme vous le savez depuis un moment maintenant, tout n’est pas toujours rose.

Sur les réseaux sociaux comme partout, il faut être honnête avec soi même et ne pas se voiler la face. Etre soi en tout premier lieu c’est ce qui fait que les gens nous suivent, échangent et partagent avec nous, un petit bout d’eux. Quand je suis partie à Bali c’était une destination dont je rêvais. J’ai pas mal bougé lors de mon voyage de quasi 4 semaines, mais je n’ai pas aimé tous les endroits où je suis allée. Je l’ai dit. Honnêtement. Comme lorsque j’ai pris des cours de surf, j’étais ravie d’essayer encore et encore mais, lors d’une journée ce fut extrêmement difficile. Aucune honte à le dire bien au contraire. Lutter, douter fait partie de l’apprentissage de ce sport mais aussi de la vie. Lorsque je lis certains blogs où des endroits (que j’ai moi même visités) sont critiqués d’une façon que je trouve « snob » voire « désobligeant » ça me dépasse. Je veux dire, si on part en vacances à un endroit, Bali par exemple, on a conscience du choc des cultures. Si par la suite, on revient en critiquant le comportement des locaux, le temps, le prix, la culture etc, pourquoi aller là bas ? Pour faire comme tout le monde ? Pour attirer toujours plus l’attention sur soi ? Aucun intérêt. Un voyage se fait pour soi et non pour les autres et les épater et surtout pas pour augmenter ses followers. Même si je l’avoue, je suis toujours contente lorsqu’une nouvelle personne me suit sur Instagram et partage la même envie, et esprit que moi.

Woman reading magazine at coffee shop

Ce qu’on voit sur les réseaux, même si on en a tous conscience (du moins je l’espère) ce n’est pas la réalité, sauf si l’on est franc (je me répète). Pour moi, ceux que je suis régulièrement sur Instagram, j’essaie d’échanger régulièrement et apprendre à les connaître. J’ai déjà rencontré certains d’entre eux, et en général on échange autour de la vie, de voyages, de livres, de nouvelle lune, de voeux, d’aspirations et on s’encourage mutuellement. Les comptes que je suis vont m’inspirer, ou me challenger, me faire poser les bonnes questions, ou m’ouvrir à de nouveaux intérêts. Parfois certains vont mettre une phrase, une image qui fait écho chez moi et tombe au bon moment comme un signe. En aucun cas je n’envie la vie de ceux que je suis. J’admire leur implication, leurs décisions, leurs talents (si ce sont des créateurs par exemple), et ce petit truc en plus, mais ce n’est pas ma vie. A échanger avec certains d’entre eux, je connais les difficultés traversées, les doutes et complications. Pour autant, certains mettent du temps à le reconnaitre et à l’admettre. Pourquoi vouloir à tout prix montrer une image « parfaite » des choses, et de la vie si ce n’est pas le cas ? N’est ce pas tromper son lectorat ? Après tout, on suit les gens pour leur aura et ce qu’ils dégagent comme état d’esprit, idéaux… Attention, je ne parle pas de blogueurs ou influenceurs qui eux maitrisent parfaitement l’image et le marketing, mais bien des personnes lambda. Pourquoi ne pas admettre parfois les difficultés et les peurs que l’on traverse et admettre que la vie est dure, chiante, triste et compliquée ?

Peut être parce qu’admettre l’échec ou les doutes dans notre société n’est pas bien vu ? Que l’affirmer sur les réseaux sociaux est comme se confronter à soi même et que dire que tout va bien, que nous aimons notre vie est une façon de s’auto-persuader. Les réseaux sociaux sont comme un miroir dans lequel se reflète ce qu’on n’a pas mais qu’on voudrait avoir. Par exemple : la villa de @machin, le voyage de @bidule, vivre l’expérience de digital nomad comme @truc ou avoir un mec comme @missparfaite ! Les réseaux sociaux sont le reflet de ce qu’on veut bien montrer. Tout montrer n’est pas bon non plus je le reconnais, on a la maîtrise sur ce qu’on souhaite partager auprès d’autrui. Mais se voiler la face quel est l’intérêt ? Remarquez, il est plus simple de travestir la réalisé et montrer un visage parfait de l’endroit où l’on vit que de tenir un blog en tournant la vérité à chaque ligne. J’aime les réseaux sociaux, je travaille avec eux, je bosse avec des influenceurs qui maitrisent leur image, mais je reste moi. Ici ou ailleurs, c’est pour ça qu’on me suit, enfin c’est ce que j’aime à croire. Regarder mon feed Instagram me rappelle les endroits que j’ai eu le bonheur de visiter, et me rappelle aussi des sentiments parfois oubliés, des rires dont je ne me rappelais pas, et ce que j’ai accompli pour arriver à prendre ces images. Alors ici ou ailleurs, admettons que parfois la vie est dure, arrêtons de nous mentir et de faire croire que tout va toujours bien, et regardons nous en face. Ca sera le premier pas vers une franchise et une honnêteté qui se perdent de plus en plus, à mon grand désarroi !

Publicités

12 commentaires sur “Cette fausse réalité des réseaux

Ajouter un commentaire

  1. Superbe analyse. Pour moi en bref, les réseaux sociaux tel que Fb et cie, pour se créer la vie parfaite mais les blogs c’est le contraire. On se met à nu. C’est des vraies histoires de vraies personnes. Du vécu. Des expériences de vie.

  2. Franchise et honnêteté, ou êtes vous? Vous n’êtes résolument pas à la mode car tout est à la sublimation, à la surblimation…
    Le reste est caché… surtout ne pas en parler car l’intérêt commun est visiblement d’en mettre plein la vue à son visiteur.
    Le temps est à la politique de l’autruche : pas étonnant que tout va si mal. Mais est ce que tout va vraiment mal?
    Voilà… le problème dans ce cas, c’est qu’avec un tel discours tel que je viens de l’avoir, c’est chiant pour les gens.
    En tout cas ca fait du bien de te lire missbavarde car je vois qu’il y a encore des personnes censées et sensibles et quelques part ça me rassure un peu 😉.
    À moi de vendre du rêve : je me lève, je déjeune, et aujourd’hui c’est réunion 🕺🏼
    Bonne journée miss!

  3. J’adhère totalement à ton article! Les réseaux sociaux montrent souvent une image biaisée de la réalité. On le sait mais la plupart du temps on se fait avoir.

  4. Bravo pour cet article criant de vérité ! 😀
    Je fais, hélas, partie de celles qui ont eu tendance à idéaliser/fantasmer la vie des autres, parce que leur feed Instagram me faisait rêver avec toutes ces photos léchées montrant des moments de vie parfaitement parfaits.
    C’était à un point où peu à peu, je perdais mon identité, ma singularité.

    Le déclic s’est fait quand une grosse influenceuse, pour laquelle j’ai une énorme admiration, a annoncé son divorce. Je suis tombée des nues !! Non sérieux, c’était comme si le ciel m’était tombé sur la tête ! Je pensais qu’elle avait tout réussi : boulot créatif stimulant, cheffe d’entreprise respectée et à succès, appartement parisien magnifique, mariage romantique, vie amoureuse splendide.

    Soudain, je réalisai là, que sa vie n’était pas parfaite, qu’il fallait vraiment que j’arrête de penser que tout-le-monde-a-une-chouette-vie–sauf-moi.
    Ensuite, mon amoureux et moi sommes partis en vacances et j’ai énormément insisté pour qu’on aille visiter un village qui apparaissait régulièrement dans les superbes photos instagram d’un gros compte que je suivais;
    Ben, on y est allés et j’ai pas aimé le village. C’était joli, mais finalement, un peu trop bling bling pour moi.
    Grosse honte pour moi, qui réalisai là également, que je me laissais influencer jusque dans mes choix de lieu de vacances !!

    Ensuite, il y a eu Jay-Z qui a confirmé avoir trompé Beyoncé. Certes, ça n’a aucun rapport avec les réseaux sociaux, mais j’avais toujours mis la relation entre Beyoncé et Jay-Z, au vu de tous les mots d’amour dont ils se gratifiaient dans leurs chanson respectives et comment ils déclariaient mutuellement avoir eu la chance inouïe de s’être trouvés.

    Bref, tous ces exemples mis bout à bout, m’ont fait prendre du recul et surtout poussé à faire le ménage dans mes abonnements Instagram. Il a aussi fallu travailler mon rapport à ma propre vie, me regarder en face, les yeux dans les yeux, et énoncer ce qui n’allait pas dans ma vie, qui me poussait à rêver à celle des autres ( ma vie pro ne me fait pas rêver);

    Depuis, je vais mieux, mon rapport à Instagram est plus sain et je mets davantage d’énergie à travailler à améliorer ma vie pro et moins d’énergie à idéaliser celle des autres 🙂

    1. Je vois tout à fait ce que tu veux dire et je suis contente que mon article ait fait mouche ! C’est super que tu aies pu faire le point aussi et oui Instagram ce n’est pas la réalité ! Et les filtres ça aide pas mal à embellir la vérité 😉 bravo à toi ! Moi je mets que des photos de palmiers ah ah ah 🙂

  5. Merci de cette réflexion ! Pour ma part, j’ai peu à peu réussi à prendre un peu de distance… Il faut dire que mon blog, mon compte, c’est maintenant pour le partage et le plaisir d’avoir des gens qui réagissent, s’expriment sur tel ou tel sujet – on peut alors commencer un petit échange (même minuscule) et c’est ce qui me met en joie désormais !

  6. Bel article 🙂
    C’est vrai que toutes ces « fausses » vies que dévoilent un certain nombre d’influenceurs créent un profond mal-être et le pire c’est pour les ados, qui sont de grands consommateurs des réseaux. Ils s’identifient à des choses qui ne sont pas une réalité et ça crée une grosse désillusion au final.

    1. C’est ça ! Et je suis sure que certains ont effectivement une belle vie mais on ne le sait plus car trop d’images vues chaque jour toutes aussi chouettes les unes que les autres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :