Oublier ou accepter et avancer ?

IMG_7299.JPG
J’ai essayé les deux et j’ai choisi. Au début quand l’autre ne fait plus partie de notre vie on se sent vraiment seule, on fixe ce putain de téléphone entre deux crises de larmes et deux yeux gonflés de tristesse. On pleure toutes les larmes de son corps, on se dit je ne vais pas m’en remettre et ensuite vient le fameux, l’illustre : mais pourquoi ?!
On passe par bon nombres d’étapes comme la tristesse, la déception, la colère, la frustration, la déprime, les questions encore et encore et ensuite on tente d’oublier. Tout oublier. Oublier l’autre, ce qui s’est dit, ce qui a été partagé, ce qu’on a vécu et on se dit qu’en oubliant ça ira mieux et que de toute façon il peut pas souffrir autant que nous. J’ai essayé en vain mais au bout de plusieurs mois il a fallu admettre que ça m’était impossible. J’ai été marquée, attristée et blessée et je me suis sentie abandonnée mais ces cicatrices m’ont prouvé que j’avais aussi avancé, grandi et appris sur moi comme jamais aucune relation ne m’avait apporté avant. Et j’en suis arrivée à la conclusion que le mieux pour moi était peut-être d’accepter ses cicatrice et cette histoire, d’accepter que oui j’ai bien fait de vivre à fond et suivre mes envies car ça a provoqué tous ces changements positifs chez moi et je ne peux renier le chemin parcouru.

IMG_7300.JPG
Je vis en sachant que j’ai rit, aimé, parlé, partagé… La colère est partie, j’ai accepté que j’étais aussi fautive sur certains points et que les erreurs n’incombent pas toujours à l’autre. J’ai compris certaines hésitations et décisions non prises, j’ai compris que faire un choix est difficile même si pour moi c’était évident. Ce qui paraît facile pour l’un ne l’est pas pour l’autre. Il faut composer avec l’autre pour avancer et construire ! J’ai accepté le manque de l’autre et j’ai compris qu’une partie de moi serait toujours vide et serait ailleurs, avec cet autre qui ne fait plus partie de ma vie. Je ne dois pas culpabiliser de penser parfois à lui et que les avis des autres n’importent pas. Seul compte ce que j’ai vécu, moi seule connait l’autre et le plus important est mon opinion personnelle pas celle des autres. Alors j’accepte et prends conscience que j’avancerais avec un vide que personne ne comblera. Mais je sais que j’ai de la place dans mon coeur pour d’autres et qu’aussi surprenant soit-il certaines personnes arrivent à la remplir… Alors je n’oublierais rien, j’accepte qu’une partie de moi appartienne à un autre et je vis avec ce bagage… tout en laissant la place au nouveau… J’ai été blessée, j’ai mal encore parfois mais je ne veux et ne peux vivre comme ça. Je crois avoir pardonné, je n’ai pas oublié mais je suis sereine et la rancœur a je crois disparu. Ça prend du temps de trouver ce qui convient à chacun, certains oublieront d’autres non. Moi j’ai choisi d’affronter et de vivre avec mon histoire. Elle m’a construite en partie et je ne peux décemment pas faire comme si elle n’avait jamais eu lieu. J’ai choisis d’accepter et d’avancer… Et la vie peut parfois être surprenante alors vivons !

J’ai besoin de temps, merci de me le laisser

1353563421576898

Parfois ça va. Et parfois non. C’est comme ça. Dans la vie, il y a des hauts et il y a des bas. Chacun vit sa vie à sa façon et à son rythme. Surtout à son rythme. Quand il n’y a rien à signaler, les jours défilent comme à leur habitude. On est à droite à gauche. Enfin je vais parfois à droite et parfois à gauche et de temps en temps je reste chez moi. Pour moi. Pour me retrouver et prendre soin de moi et passer du temps juste avec moi.

Ca peut paraître étrange pour certains mais j’assume. J’aime me retrouver avec moi. Certains vont me trouver égoïste voire égocentrique ou encore ermite. Mais c’est comme ça, vivre avec soi n’est pas forcément chose aisée, s’accepter tel que l’on est, voir et accepter ses défauts n’est pas évident mais je le fais. Je n’aime pas toujours  celle qui est dans le miroir, je n’aime pas toujours les failles et les faiblesses que je vois en moi mais je les accepte car elles font partie de moi. Elles me rendent faible je le reconnais mais elles me rendent plus forte aussi. Nos faiblesses sont à mon avis un atout pour avancer et se construire et évoluer dans la vie en se relevant après chaque embûches. Courir à droite à gauche c’est bien, ça fait passer le temps plus vite, je profite de chaque instant mais parfois n’est ce pas juste une raison pour ne pas voir ma vie telle qu’elle est réellement ? Je suis seule, le revendique, en est même assez fière quand je vois ce que j’accomplis par moi même mais ce n’est pas pour ça que c’est tous les jours évident.

tattoo-tumblr-photography-for-myspace-on-we-heart--w-i-tattoodonkey.com_largeJ’aime prendre le temps d’aller mal pour mettre des mots sur mes maux au cœur. Ça peut prendre du temps, et ça survient n’importe quand. En ce moment c’est ce que je suis en train de vivre, et j’ai le sentiment que personne ne me laisse le soin de le vivre. J’ai le moral en baisse, j’ai le cerveau et mon cœur qui font des sauts dans le passé, ça me peine, m’attriste mais ce n’est pas pour autant que je suis malheureuse dans ma vie. En ce moment mes questions portent sur l’amour, le sentiment amoureux et j’ai de sérieux doutes sur la raison de le vivre. Est ce que ça vaut vraiment le coup ? Pourquoi vais je vouloir croire en une historie et m’y investir en ayant des sentiments pour l’autre quand je connais déjà la fin de l’histoire au fond de moi ? Est ce pour cela qu’à 31 ans je n’ai jamais été vraiment amoureuse ? Je n’aime pas ce sentiment qui rend dépendant à plus ou moins grande échelle selon les personnes, change ta façon de voir le monde… Alors je m’interroge et me dit que ce n’est peut être pas pour moi tout ça. J’aurais surement de belles histoires mais est ce que ça vaudra la peine que je me dise : peut être qu’avec lui je changerais d’avis ? J’ai déjà cru, et ça n’a servi à rien. Alors oui j’ai vécu des moments heureux mais j’ai comme un gout amer dans la bouche. Comme une impression de ne pas avoir vécu comme je le voudrais et je m’en veux. Et j’ai l’impression que dès que je vais mal, pour les autres je suis malheureuse dans ma vie tout simplement. Je leur fais pitié, ils me trouvent pathétique. J’ai l’impression de ne pas avoir le droit de ne pas aller. On va me dire fais ci, fais ça, penses à ci, à ça, t’inquiète pas l’amour viendra… Alors que j’ai plus besoin d’entendre mais vas y, fais la tête, sois énervée tu as le droit de toute façon ça passera, je te comprends… Alors stop laissez moi vivre et être triste si j’en ai envie et ne me faites pas me sentir mal parce que mes questions vous semblent être du n’importe quoi.

J’ai besoin parfois de me retrancher dans mon coin, et si j’ai besoin d’un coup de pied au derrière je sais à qui m’adresser, il n’y en a qu’une capable de faire ça comme il faut et hélas elle est loin de moi. Si je veux un conseil je le demande. Si je ne demande rien c’est que je n’ai besoin de l’avis de personne. Parfois juste échanger avec une amie, avoir une discussion simplement comme on peut en avoir plein. Je suis désolée si c’est mon mode de fonctionnement et qu’il déplait mais parfois l’avis des autres je m’en cogne. Je ne peux pas leur en vouloir de me conseiller, c’est pour mon bien mais hélas parfois j’entends mais n’écoute pas ce qu’ils me disent parce que certains de mes soucis ne pourront être résolus que par moi.

J’ai le sentiment que personne ne comprend que parfois je vais mal, et qu’après je vais bien et que tout simplement je suis comme ça. Quand je n’ai pas le moral, j’essaie de savoir pourquoi pour enfin trouver la solution à ce que je ressens. Je revendique mon statut de célibataire, il y a pire dans la vie et quand je dis que je ne veux pas être en couple parce que ça me fait peur, parce que je n’aime pas devenir  inconsciemment dépendante de l’autre, je considère avoir le droit de le dire, bien qu’étrangement j’espère quand même un peu parce que sans espoir à quoi bon ? Ça paraît si irréel pour certains ? Si inconcevable que j’ose dire que peut être l’amour c’est pas pour moi. Même si je dis que le passé c’est le passé, et bien je dis aussi que le passé fait ce qu’on est et que le passé récent a besoin d’être accepté pour pouvoir avancer. Et on ne contrôle pas toujours les retours imprévus du passé. En ce moment il y a des évènements qui resurgissent et avec lesquels j’ai du mal à m’entendre. Je suis en colère. Mais ça passera. J’avais juste besoin que vous le sachiez, et si vous avez envie de me donner un conseil ne le faites pas, ne vous fatiguez pas dites juste que vous comprenez ou pas en toute honnêteté.